Les allophones fréquentent les écoles francophones au Québec

La très grande majorité des élèves du Québec... (SIMON GIROUX, archives LA PRESSE)

Agrandir

La très grande majorité des élèves du Québec -toutes langues maternelles confondues- apprenaient leur alphabet à l'école en français, soit 90% de ceux du préscolaire, primaire et secondaire.

SIMON GIROUX, archives LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphanie Marin
La Presse Canadienne

La très grande majorité des élèves dont la langue maternelle est autre que le français ou l'anglais fréquentent les écoles francophones au Québec: au primaire et au secondaire, ils sont passés de 15 à 89 % entre 1971 et 2015, rapporte l'Office québécois de la langue française (OQLF).

«Une progression très marquée», soit six fois plus d'élèves, note l'Office, qui a publié deux rapports vendredi, soit un sur l'enseignement collégial et un autre sur les établissements préscolaires, primaires et secondaires.

L'OQLF relève aussi une hausse importante de près de 20 points de pourcentage depuis 1976 du nombre d'anglophones qui fréquentent l'école en français, cette proportion atteignant même 28 % en 2015.

D'ailleurs, cette année-là, la très grande majorité des élèves du Québec - toutes langues maternelles confondues - apprenaient leur alphabet à l'école en français, soit 90 % de ceux du préscolaire, primaire et secondaire.

Mais cette fréquentation accrue de l'école française n'est pas toujours un choix: ces chiffres s'expliquent en partie par l'adoption par le gouvernement du Québec en 1977 de la Charte de la langue française qui oblige certaines catégories d'enfants à fréquenter l'école en français au primaire et au secondaire. Au niveau collégial toutefois, ils ont la liberté de choisir.

«C'est sûr que le fait que la Charte a été adoptée, et les nouvelles normes pour l'inscription à l'école de la langue française, cela peut être un des facteurs qui a joué», a souligné en entrevue le porte-parole de l'OQLF, Jean-Pierre Le Blanc.

Il est ainsi à noter qu'entre 1986 et 2015, la proportion d'élèves admissibles à l'école anglaise a chuté chez les anglophones et les allophones, respectivement de 12 et de 26 %.

Chez ceux ayant une langue maternelle tierce, la plus grande portion de la hausse de fréquentation de l'école en français est survenue dans les années suivant l'adoption de la Charte, entre 1976 et 1991, est-il noté dans le rapport.

Mais parmi ceux qui sont admissibles à aller à l'école en anglais, 11 % en 2015 avaient quand même choisi une école enseignant dans la langue de Molière.

Pour bien mesurer ces données, l'OQLF précise qu'en 2015, 76,6 % des élèves du Québec étaient de langue maternelle française, 8 % de langue maternelle anglaise et 15 % de langue maternelle tierce. De 1971 à 2015, la proportion d'élèves de langue maternelle tierce a plus que triplé, est-il noté.

Enseignement collégial

En 30 ans, la proportion des étudiants de langue maternelle autre que le français et l'anglais a plus doublé dans les cégeps francophones. Ils étaient 25 % en 1985, mais 58 % en 2015.

D'autre part, les francophones vont un peu moins au cégep en français - une baisse de 2,8 points de pourcentage en 30 ans.

L'OQLF dit avoir basé son rapport sur les données fournies par le ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer