Le Collège algonquin d'Ottawa ferme son campus saoudien réservé aux hommes

Tout comme l'ensemble du système d'éducation saoudien, les... (Capture écran du site internet du College algonquin)

Agrandir

Tout comme l'ensemble du système d'éducation saoudien, les campus satellites de l'établissement doivent se soumettre à l'interprétation stricte de la loi islamique en vigueur en Arabie saoudite, qui interdit aux hommes et aux femmes d'étudier dans une même classe.

Capture écran du site internet du College algonquin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
TORONTO

L'un des collèges ontariens ayant établi des campus réservés aux hommes en Arabie saoudite se retire du pays.

Le Collège algonquin d'Ottawa a annoncé, vendredi, qu'il mettra la clé sous la porte de son campus satellite dans la ville de Jizan. Il y offrait depuis trois ans une dizaine de programmes portant notamment sur le commerce, la comptabilité et le génie électrique.

Dans un communiqué, le conseil des gouverneurs du Collège algonquin a indiqué avoir demandé à la direction générale de prendre des mesures pour transférer la responsabilité de ce campus en Ontario.

La présidente de l'institution, Cheryl Jensen, a expliqué qu'après plus d'un an de négociations, aucune entente ne permettait au campus satellite d'atteindre ses objectifs financiers.

À son ouverture, en 2013, le campus saoudien du Collège algonquin prévoyait attirer 2000 étudiants et générer plus de 25 millions $ en revenus annuels.

Mme Jensen souligne que l'établissement a toujours fait preuve de transparence quant à la nécessité d'être financièrement viable pour poursuivre ses activités en Arabie saoudite.

Le Collège de Niagara continue pour sa part d'offrir des cours de tourisme, d'hôtellerie et de commerce à son campus satellite de Taïf.

Quant au Collège Centennial, également établi à Toronto, il a fermé les portes de son campus d'Arabie saoudite en avril 2016. Avant que son bail n'expire, il proposait à sa clientèle - exclusivement masculine elle aussi - de suivre une formation en milieu de travail. Il a toujours maintenu qu'il ne rejetait pas les étudiantes, mais qu'il était «peu probable que des femmes se trouvent dans le domaine de l'automobile en Arabie saoudite».

Tout comme l'ensemble du système d'éducation saoudien, ces campus satellites doivent se soumettre à l'interprétation stricte de la loi islamique en vigueur en Arabie saoudite, qui interdit aux hommes et aux femmes d'étudier dans une même classe.

L'Ontario finance ses 24 collèges communautaires à hauteur de 1,44 milliard de dollars, ce qui représente environ 40% de leur budget.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer