Des élèves se rebellent contre le port obligatoire du soutien-gorge

Un nouveau règlement visant à imposer « le port... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Un nouveau règlement visant à imposer « le port de sous-vêtements » a provoqué un climat de rébellion, jeudi, chez des élèves de l'école secondaire Robert-Gravel, dans le Mile End, à Montréal.

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page


Jeudi, des élèves de l'école Robert-Gravel, à Montréal, ont accroché des soutiens-gorge aux casiers pour manifester leur désaccord après l'annonce de l'imposition du port de sous-vêtements, règlement qui devait entrer en vigueur pour l'année scolaire 2016-2017. « Des élèves n'étaient pas contents de ce nouveau règlement, qui était perçu comme sexiste, raconte une personne fréquentant l'école Robert-Gravel qui a requis l'anonymat. Pour montrer leur appui, des gars se sont promenés dans l'école avec des soutiens-gorge attachés par-dessus leurs vêtements. »

« Free the nipple »

Dans un courriel envoyé aux parents jeudi soir, la direction de l'école écrit : « Une forte activité sur les réseaux sociaux est née [mercredi] soir conduisant à une contestation s'inspirant du mouvement social "free the nipple" », une référence à la mouvance internationale cherchant à désexualiser les seins féminins. Alain Perron, porte-parole de la Commission scolaire de Montréal (CSDM), signale que le conflit entre des élèves et la direction s'est résolu rapidement et de manière raisonnable. « Il y a un mouvement spontané qui est né cette semaine, mais finalement tout est rentré dans l'ordre, à la satisfaction du conseil d'élèves et des parents aussi. »

Situation inconfortable

Dans sa lettre aux parents, la direction de l'école secondaire Robert-Gravel - qui met l'accent sur le théâtre et où les filles sont largement majoritaires - a dit que le règlement initial avait été demandé par des enseignants. « Certains [enseignants] ont dû intervenir cette année auprès de certains élèves, les plaçant devant une situation inconfortable en lien avec le port ou non de sous-vêtements », y lit-on. Selon nos informations, c'est la décision de certaines élèves de ne pas utiliser de soutien-gorge et de porter des vêtements qui ne cachaient pas toujours leurs seins qui serait à l'origine de ce malaise.

Visite des classes

Jeudi, la direction a décidé de « reformuler » le règlement. La formulation initiale, « le port des sous-vêtements est obligatoire, et ils ne doivent pas être visibles, et ce, autant chez les filles que les gars », a été changée pour « les sous-vêtements et les parties du corps qui se trouvent normalement sous les vêtements ne doivent pas être visibles, et ce, autant chez les filles que chez les garçons ». Le directeur de l'école a visité les classes de l'école pour aborder la controverse avec les élèves et faire le point sur le nouveau règlement, jeudi, une initiative qui a été bien reçue, nous dit-on.

Pas d'uniforme

Sur la trentaine d'écoles secondaires présentes sur le territoire de la CSDM, seules deux écoles n'ont pas de code vestimentaire qui requiert le port d'un uniforme : l'école Robert-Gravel et l'école Joseph-François-Perrault, où la musique est mise à l'avant-plan. « Dans la majorité des écoles secondaires de la CSDM, étant donné que les élèves doivent avoir un polo, souvent identifié aux couleurs de l'école, et un pantalon foncé, c'est sûr qu'il y a une espèce de décorum qui s'installe », dit Alain Perron.

QU'EST-CE QUE LE MOUVEMENT « FREE THE NIPPLE » ?

La campagne internationale « free the nipple » est née en réaction à la censure des mamelons féminins sur les photos, notamment celles qui sont partagées sur les réseaux sociaux. Instagram et Facebook demandent en effet que leurs usagers « gardent leurs vêtements » dans les photos qu'ils diffusent. Or, les images d'hommes ayant le torse nu sont acceptées, mais les femmes qui voudraient faire la même chose voient leurs images censurées par les gestionnaires du site. Cela a mis à l'avant-plan le fait que l'anatomie féminine, notamment les mamelons, est automatiquement considérée comme sexuellement chargée, ce que dénoncent les gens qui appuient le mouvement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer