Quel avenir pour l'Université de Montréal?

L'Université de Montréal entreprendra une consultation auprès de... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE)

Agrandir

L'Université de Montréal entreprendra une consultation auprès de sa population dans le cadre d'un projet de grande transformation.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Leduc
La Presse

L'Université de Montréal - aujourd'hui déficitaire et sous le coup d'un plan de redressement - ne sera bientôt plus du tout la même. Sa haute direction a annoncé un projet de grande transformation, sans en dire beaucoup plus.

Y aura-t-il fermeture de facultés? Mise en place de cours virtuels? La recherche demeurera-t-elle au coeur de sa mission, ou l'établissement cherchera-t-il à se mettre à la remorque des besoins des entreprises? Telles sont quelques-unes des craintes que des professeurs, des chargés de cours et des étudiants ont formulées à une direction qui assure être ouverte à toutes les suggestions.

Un vice-recteur à la transformation vient bel et bien d'être nommé, mais son rôle, indique Guy Breton, est de consulter toute la population universitaire - par l'entremise d'un sondage commandé à une firme externe, l'Institut du Nouveau Monde - et ensuite de proposer un plan de transformation, qui sera soumis à débat.

«Cette consultation est totalement bidon», lance Jean Portugais, président du Syndicat des professeurs de l'Université de Montréal, qui est convaincu que la haute direction sait parfaitement où elle s'en va.

«Elle sait tellement où elle s'en va qu'elle a pris soin de faire passer de cinq ans à deux ans les mandats des doyens, qui sont maintenant sur des sièges éjectables. Les indices sont très clairs: des facultés sont en voie d'être fusionnées ou abolies.»

Vrai, la longueur du mandat des doyens a été raccourcie, convient M. Breton. Parce que s'il n'y a pas de plan pour l'instant, il y en aura un bientôt. À ce moment-là, «je ne veux pas me retrouver avec des doyens et des vice-doyens qui ne seraient pas d'accord [avec ce plan]», a dit M. Breton.

Selon lui, l'Université de Montréal veut s'emparer «des marchés de formation» en faisant correspondre les cours aux besoins des entreprises.

Guy Breton lit dans les attaques qu'il essuie un signe de son ouverture et de sa franchise, au point que «des gens n'y croient pas et y voient une machination».

Dans les faits, son objectif, dit-il, est «d'être un leader, de mobiliser les gens».

Des vents contraires

Pour l'heure, il affronte beaucoup de vents contraires. Les professeurs ont déposé à la fin de février une plainte au Tribunal administratif du travail, demandant que l'Université de Montréal cesse de s'ingérer dans les affaires syndicales et s'abstienne de s'adresser directement ou indirectement aux professeurs (à qui il est demandé de boycotter le sondage commandé à l'Institut du Nouveau Monde).

Ils ne sont pas les seuls à dire tout haut leur désapprobation.

Huit groupes - dont les représentants des professeurs, des chargés de cours et la Fédération des associations étudiantes - viennent d'écrire une lettre commune au recteur réclamant plus de transparence et le mettant en garde contre toute décision unilatérale. «Toute réforme de l'Université de Montréal ne peut se réaliser sans la participation et l'accord de sa communauté.»

S'il n'y a pas de plan, y a-t-il certaines inclinations?

Le recteur envisage-t-il, ne serait-ce que pour résorber son déficit (de quelque 9,4 millions sur un budget d'à peu près 700 millions), de fermer des facultés ? Peut-être que des cours seront regroupés, a-t-il indiqué, en répétant néanmoins que rien n'est décidé et que tout est sur la table.

Les étudiants risquent-ils d'être encore plus nombreux dans une même salle de classe? Pas vraiment, répond-il, puisque les tendances à la baisse dans les universités ne laissent pas présager de hausses dans les inscriptions de toute façon.

L'Université de Montréal envisage-t-elle de prendre le tournant des cours en ligne ouverts à tous (MOOC en anglais), comme le redoute le syndicat de professeurs?

«On va nécessairement en faire plus, mais ce n'est pas ça qui va nous sauver», a dit M. Breton, qui manifeste très peu d'enthousiasme pour cette voie.

Si le recteur Guy Breton assure qu'il est ouvert à tout et qu'il ne contournera aucunement les syndicats, le fait est que les choses se feront rapidement.

À preuve, son invitation, à la fin de l'entrevue, «à se reparler l'automne prochain».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer