Collège de Maisonneuve: Québec appelle la direction à «prendre ses responsabilités»

Le ministre de l'Éducation, Pierre Moreau, a soutenu... (photo jacques boissinot, la presse canadienne)

Agrandir

Le ministre de l'Éducation, Pierre Moreau, a soutenu hier que c'était à la direction du collège de Maisonneuve que revenait la responsabilité d'assurer un climat sûr et favorable à l'apprentissage entre ses murs.

photo jacques boissinot, la presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Deux ministres demandent à la direction du collège de Maisonneuve d'agir, alors que des incidents parfois violents, dont une bataille impliquant un jeune radicalisé, ébranlent le cégep.

Le collège de Maisonneuve est aux prises avec... (photo edouard plante-fréchette, la presse) - image 1.0

Agrandir

Le collège de Maisonneuve est aux prises avec des incidents violents depuis quelque temps. Des groupes d'élèves se seraient même approprié un étage complet de la bibliothèque, où ils intimident des membres du personnel.

photo edouard plante-fréchette, la presse

Le nouveau ministre de l'Éducation Pierre Moreau appelle la direction à « prendre ses responsabilités » et à « s'assurer de la sécurité » de ses élèves et de son personnel.

«C'est la responsabilité de la direction d'assurer la sécurité et un climat sûr et favorable à l'apprentissage. Nous nous attendons à ce que la direction s'acquitte de ses responsabilités», dit l'attachée de presse du ministre, Catherine Poulin.

«On regarde la situation de près et on est très attentifs parce qu'il ne peut pas y avoir une situation qui persiste en matière d'intimidation.»

Martin Coiteux
ministre de la Sécurité publique

«Mais la première responsabilité incombe au collège», a déclaré M. Coiteux.

Le maire Denis Coderre, qui donnait hier un point de presse en compagnie du ministre, est du même avis.

«S'il y a des situations d'intimidation ou de radicalisation, vous avez déjà un lien entre le Centre de prévention de la radicalisation et les institutions scolaires. Donc il y a un travail qui peut se faire là. Et si, à la lumière du travail qui va se faire, on se rend compte qu'on a besoin d'aller plus loin, le centre peut envoyer ça aux autorités compétentes.»

SITUATION TENDUE

Hier, La Presse révélait que le cégep, déjà échaudé l'an dernier par le départ de plusieurs élèves vers la Syrie, avait été le théâtre de plusieurs incidents parfois violents dernièrement. Des groupes d'élèves semblent avoir pris le contrôle de certains secteurs de l'établissement, où ils font la pluie et le beau temps. Des employés se disent intimidés. Une bataille a fait des blessés et forcé la police à intervenir.

L'un des protagonistes de cette bagarre fait partie du groupe de dix jeunes Montréalais arrêtés en mai dernier à l'aéroport de Montréal alors qu'ils tentaient d'aller grossir les rangs d'un groupe islamiste. Le jeune homme est un élève du cégep.

Des groupes d'élèves se sont aussi approprié un étage complet de la bibliothèque, où ils intimident et harcèlent les membres du personnel qui leur demandent de respecter les règles et de ne pas faire de bruit.

Plusieurs sources parlent de tensions, de malaise et de climat de peur entre les murs de l'établissement. La direction du cégep assure pour sa part que la bagarre est un incident isolé et que le problème à la bibliothèque ne concerne que le bruit.

QUÉBEC DOIT AGIR

Inquiets, les partis d'opposition demandent à Québec d'agir. Dans un communiqué, la députée Agnès Maltais, porte-parole du Parti québécois en matière de laïcité, a réitéré une demande de son parti, soit créer un observatoire de l'intégrisme. « Pendant la campagne électorale, le premier ministre s'était engagé à lutter contre la radicalisation et l'intégrisme religieux. Pourtant, tout ce que nous avons sur la table pour le moment, c'est un projet de loi [le projet de loi 59 visant à contrer les discours haineux] qui s'en prend à la liberté d'expression de tous les Québécois », a déclaré Agnès Maltais.

«Je le répète: le projet de loi 59 est un projet de loi liberticide, et il n'est pas du tout adéquat pour lutter contre la radicalisation ou prévenir des situations comme celle qui semble avoir cours au collège de Maisonneuve. Ce qu'il nous faut, ce sont des ressources supplémentaires. Ainsi, les établissements d'enseignement et les corps policiers seraient en mesure d'appliquer correctement les dispositions du Code criminel, qui permettent déjà de poursuivre les dangereux prédicateurs.»

La Coalition avenir Québec demande quant à elle que Québec charge la Sûreté du Québec d'enquêter sur la situation au cégep. « Les parents sont tenus dans l'ignorance. Leur seule façon d'être informé semble être par les médias. Même chose pour les professeurs et les étudiants. Ce n'est pas normal qu'il y ait un problème de sécurité [dans un cégep] », dit Jean-François Roberge, porte-parole de la CAQ en matière d'éducation.

«Il n'y a pas de raison qu'on tolère l'intolérable, dit-il. On parle de groupes et de problèmes de radicalisation.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer