Tensions et intimidation au collège de Maisonneuve

Des « groupes d'étudiants » se sont approprié un étage... (photo edouard plante-fréchette, la presse)

Agrandir

Des « groupes d'étudiants » se sont approprié un étage complet de la bibliothèque du collège de Maisonneuve, où ils intimident et harcèlent les membres du personnel qui leur demandent de respecter les règles et de ne pas faire de bruit.

photo edouard plante-fréchette, la presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le collège de Maisonneuve a été le théâtre de plusieurs incidents parfois violents dans les derniers mois alors que des groupes d'élèves semblent avoir pris le contrôle de certains secteurs du cégep où ils font la pluie et le beau temps. Des employés se disent intimidés. Une bataille a fait des blessés et forcé la police à intervenir.

L'un des protagonistes de cette bagarre fait partie du groupe de dix jeunes Montréalais arrêtés en mai dernier à l'aéroport de Montréal alors qu'ils tentaient d'aller grossir les rangs d'un groupe islamiste en Syrie. Le jeune homme est un élève du cégep.

Rappelons que cinq élèves de Maisonneuve ont quitté le Canada en janvier 2015 et ont réussi à se rendre en Syrie et en Irak. Quatre, dont celui dont il est question dans cet article, ont été interceptés en mai. Deux autres sont derrière les barreaux en attendant leur procès pour avoir eu des substances explosives en leur possession.

Bataille et couteau

C'est arrivé le 7 décembre. Le Service de police de la Ville de Montréal a confirmé que ses patrouilleurs sont intervenus dans le stationnement de l'établissement après qu'une bataille impliquant plusieurs personnes a éclaté.

Le conflit s'est déclaré dans l'établissement entre un groupe de six élèves en administration qui préparaient un examen devant la bibliothèque et une quinzaine d'autres jeunes, qui, selon plusieurs employés et élèves, monopolisent quotidiennement cet espace. Le garçon intercepté par la GRC à l'aéroport en mai faisait partie de ce deuxième groupe.

Selon nos informations, ce sont les commentaires sur le bruit ambiant lancés par une jeune femme qui tentait d'étudier qui auraient mis le feu aux poudres. S'en est suivie une série d'insultes et d'injures entre les deux camps. Puis les élèves en sont venus aux coups, selon ce que nous a raconté une personne impliquée dans l'incident qui a demandé l'anonymat, de peur de représailles.

Les élèves du programme d'administration ont ensuite changé d'étage pour continuer à étudier. Des membres de l'autre groupe les auraient suivis, les invitant à « venir dehors voir comment ils allaient régler ça » et les prévenant qu'ils allaient « payer » parce qu'ils avaient « touché à leur sang ».

Lorsqu'ils ont quitté l'établissement une trentaine de minutes plus tard, ils étaient attendus par plusieurs hommes qu'ils ne connaissaient pas, vêtus de noir, la tête recouverte d'un capuchon. L'un d'eux a sorti un couteau. Deux élèves ont été sévèrement battus et ont fini à l'hôpital. Un autre a pu se sauver et appeler la police. La voiture de l'un d'eux a été vandalisée.

Selon la personne impliquée dans l'incident à qui nous avons parlé, les agents de sécurité du collège auraient indiqué aux victimes qu'ils « avaient des problèmes avec ce groupe », mais qu'ils avaient les mains liées et ne pouvaient pas intervenir.

« Ils ne veulent pas prendre parti. Pendant ce temps, c'est comme si nous, on n'avait pas notre place au cégep. »

Intimidation à la bibliothèque

Autre situation inquiétante : des « groupes d'étudiants » se sont approprié un étage complet de la bibliothèque, où ils intimident et harcèlent les membres du personnel qui leur demandent de respecter les règles et de ne pas faire de bruit.

Le problème est devenu suffisamment grave pour que le syndicat des professeurs adopte cette semaine en assemblée générale une résolution exigeant une intervention de la direction. Selon cette résolution, que La Presse a obtenue, les employés de la bibliothèque sont victimes d'« incivilité » et de « harcèlement » quasi quotidiennement. Les élèves ne peuvent pratiquement plus utiliser le cinquième étage de la bibliothèque pour y travailler.

Le président du syndicat, Benoît Lacoursière, fait même état de menaces. Des fauteurs de trouble ont « pris des photos des voitures de certains employés et de leur plaque d'immatriculation, dit-il. Les employés se font insulter et intimider. Ils ont de la difficulté à fermer le soir. Il y a beaucoup de bruit. Les gens parlent fort. Il y a des partys bouffe. »

La directrice des affaires corporatives et des communications par intérim, Line Légaré, affirme pour sa part ne jamais avoir eu vent de menaces. Elle assure que le Collège s'attelle déjà à régler ce qui, assure-t-elle, est surtout un problème de bruit. Des comités ont été mis sur pied à cette fin. Le syndicat des employés de soutien, qui représente les bibliothécaires, confirme que la direction s'occupe du problème.

La loi du silence

À Maisonneuve, plusieurs employés et ex-employés de divers départements accusent la direction de fermer les yeux. Tous ceux à qui La Presse a parlé ont refusé que leur nom soit publié par crainte de perdre leur emploi. Selon eux, l'établissement multiplie les mots d'ordre de ne pas parler publiquement du sujet.

Selon un enseignant, dont les propos ont été appuyés par quatre autres employés à qui nous avons parlé, les intimidateurs sont toujours les mêmes. Ils sont connus et ils en mènent large.

Questionnés à ce sujet, syndicats, association étudiante et direction marchent sur des oeufs.

« Le problème, c'est qu'il y a des élèves qui se sont confiés et que leurs plaintes sont restées sans réponse », déplore un membre du corps enseignant.

On accuse aussi la direction d'avoir laissé un groupe d'élèves s'approprier pour prier un espace destiné « à la méditation, la gestion du stress et l'intériorisation pour tous ».

L'endroit, baptisé La Source, a été aménagé en 2012 dans une cage d'escalier inutilisée. Alors qu'au début, les gens y lisaient, y faisaient du yoga et y priaient côte à côte, plusieurs sources affirment que ceux qui ne sont pas de confession musulmane ont peu à peu cessé de s'y sentir à leur place et que l'endroit est devenu un lieu uniquement destiné à la prière et même au prêche.

Le collège a mis fin au projet cet été, « principalement pour des raisons de sécurité, parce qu'il s'agit d'un escalier de secours où il y avait des attroupements », dit Line Légaré. Selon nos sources, c'est surtout parce qu'on craignait qu'il ne s'y tienne des propos radicaux à l'abri des oreilles indiscrètes.

- Avec Vincent Larouche, La Presse

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer