Les écoles des réserves font peu de diplômés, selon un rapport

Les écoles situées dans les réserves ne favorisent pas la réussite des élèves... (PHOTO STÉPHANE LESSARD, ARCHIVES LE NOUVELLISTE)

Agrandir

PHOTO STÉPHANE LESSARD, ARCHIVES LE NOUVELLISTE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Geordon Omand
La Presse Canadienne
Vancouver

Les écoles situées dans les réserves ne favorisent pas la réussite des élèves autochtones et il n'existe pas de solution facile et rapide pour résoudre ce problème, indique un nouveau rapport de l'institut C.D. Howe.

L'étude publiée jeudi par le groupe de recherche révèle que seuls quatre jeunes adultes sur dix vivant dans une des réserves à travers le pays ont terminé leurs études secondaires.

Ces données sont très éloignées des statistiques hors réserves, où sept autochtones sur dix obtiennent un diplôme d'études secondaires. Le taux est de neuf sur dix pour les non autochtones. L'étude précise également que huit Métis sur dix terminent leurs études dans les écoles secondaires à travers le pays.

L'un des auteurs de l'étude, John Richards, croit que toute tentative de réforme devra se faire de manière progressive et qu'il ne suffira pas de donner plus d'argent, bien que l'augmentation du financement soit un élément essentiel de tout plan d'amélioration des écoles sur les réserves.

L'étude souligne par ailleurs les nombreuses conséquences associées à un faible niveau d'éducation, comme le chômage, la pauvreté, les limites sociales et économiques, le crime, les problèmes de santé et la dépendance permanente envers le gouvernement pour le logement.

Le rapport estime que ces perspectives sombres devraient rendre primordiale l'amélioration de l'éducation sur les réserves pour les Premières Nations, l'Assemblée des Premières Nations et le gouvernement fédéral.

John Richards ne croit pas qu'il faille préconiser immédiatement une solution législative, citant les échecs de l'accord de Kelowna il y a une décennie et, plus récemment, du projet de loi C-33 - la loi sur le contrôle par les Premières Nations de leurs systèmes d'éducation -, vivement critiqué par les communautés autochtones.

«Un prérequis pour l'amélioration des écoles sur les réserves est de reconnaître la méfiance légitime des Premières Nations envers le gouvernement, une méfiance ancrée dans les efforts du Canada pour démanteler les langues et cultures autochtones, particulièrement par le biais des pensionnats autochtones», lit-on dans le rapport.

Une porte-parole d'Affaires autochtones et du Nord Canada a déclaré que le gouvernement libéral ferait de «nouveaux investissements importants» pour s'assurer que les enfants des réserves recevront une éducation de qualité, tout en respectant le contrôle qu'ont les Premières Nations sur l'éducation des jeunes autochtones.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer