Un ancien ministre de l'Éducation donne raison à François Blais

En entrevue avec La Presse, un ancien ministre de... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

En entrevue avec La Presse, un ancien ministre de l'Éducation, qui a exigé l'anonymat le plus complet, a soutenu que M. Blais «a raison».

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un ancien ministre de l'Éducation donne raison à François Blais au sujet de la résistance aux changements et du manque de données fiables au Ministère. Mais pour le Syndicat de la fonction publique du Québec (SFPQ), le ministre actuel alimente les préjugés contre les fonctionnaires et «ne mérite pas» d'être à la tête de l'Éducation.

La Presse a révélé hier le compte rendu d'une rencontre que le ministre Blais a eue le 18 septembre avec des doyens de facultés d'éducation. On peut y lire que, selon M. Blais, le ministère de l'Éducation est «vieillot», lent et s'appuie sur peu de données fiables. En entrevue avec La Presse, le ministre a soutenu qu'il ne se souvenait pas d'avoir utilisé le terme «vieillot», mais il a reconnu que le Ministère avait du travail à faire pour récolter plus de «données fiables».

«L'enfer!»

En entrevue avec La Presse, un ancien ministre de l'Éducation, qui a exigé l'anonymat le plus complet, a soutenu que M. Blais «a raison». «C'est vrai qu'il y a de la résistance aux changements», a dit cette source. C'est surtout le cas, selon elle, lorsqu'il est question de pédagogie, de méthodes d'enseignement et d'évaluation. Pour certains projets, «ç'a été l'enfer!», se souvient cet ancien ministre.

La «résistance», plus forte que dans d'autres ministères, peut s'expliquer par le fort roulement à la tête de l'Éducation. «Ce n'est pas un ministère où on peut changer de ministre tous les ans ou tous les deux ans comme on l'a vu. Quand il y a toujours un nouveau ministre qui arrive avec son petit caprice, sa petite idée, ça déstabilise.»

Cette source confirme également qu'il manque parfois de données fiables à l'Éducation, comme l'a dit M. Blais. Mais c'est le résultat de décisions politiques «prises au fil des ans, tous gouvernements confondus», selon l'ancien ministre. Les directions de planification stratégique ont commencé à être supprimées sous Lucien Bouchard, avec la lutte pour l'atteinte du déficit zéro. Ces directions, qui faisaient entre autres des veilles sur les meilleures pratiques, «permettaient une meilleure prise de décision».

Les coupes dans ce type de services se poursuivent encore aujourd'hui. «Faites le lien avec l'austérité! À force de couper, le Ministère a perdu de l'expertise. Avant, il y avait encore de l'argent pour donner des mandats de recherche aux universitaires. Il n'y en a plus. Et ce n'est pas vrai que les fonctionnaires peuvent faire tomber du ciel des données fiables avec une baguette magique!»

Propos «insultants»

Pour la présidente du SFPQ, Lucie Martineau, les propos de M. Blais sont «insultants» pour les fonctionnaires. Selon elle, il n'y a pas plus de résistance aux changements à l'Éducation que «chez l'être humain en général». Elle trouve paradoxal que le ministre se plaigne d'un manque de données fiables. «Le gouvernement vient d'abolir les directions régionales du ministère de l'Éducation. Alors c'est évident qu'il y a moins de possibilités d'avoir des données.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer