Éducation sexuelle en Ontario: des enfants restent à la maison

Le nouveau programme d'éducation sexuelle a créé un... (PHOTO DARREN CALABRESE, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Le nouveau programme d'éducation sexuelle a créé un fort mouvement de protestation en Ontario. Sur notre photo, des manifestants font entendre leur mécontentement devant le parlement ontarien, à Toronto. « Des mathématiques et non de la masturbation ; des sciences et non du sexe », pouvait-on lire sur ces pancartes brandies en février dernier.

PHOTO DARREN CALABRESE, LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Allison Jones
La Presse Canadienne
Toronto

Les parents dans un quartier de Toronto ont mis à exécution leur menace de garder leurs enfants à la maison au premier jour d'école, afin de protester contre le nouveau programme provincial d'éducation sexuelle jugé mal adapté à l'âge des élèves.

Mardi, à Thorncliffe Park, près de la moitié des élèves de l'école manquaient à l'appel, a indiqué un porte-parole du conseil scolaire. Au printemps dernier, pratiquement tous les élèves de la première année à la cinquième année avaient été retirés des classes durant une manifestation organisée par les parents.

Des parents déplorent le manque de consultation sur le programme, alors que d'autres ne veulent pas voir leurs enfants à l'école primaire recevoir un enseignement sur les relations entre personnes de même sexe et l'identité sexuelle.

La ministre provinciale de l'Éducation, Liz Sandals, a appelé les parents opposés au programme à en parler d'abord aux enseignants et directeurs, faisant valoir qu'il circulait «beaucoup de désinformation».

Mme Sandals a fait valoir que la majorité des commentaires reçus étaient positifs.

La première ministre Kathleen Wynne a soutenu qu'en plus des conseils scolaires, 70 organisations de santé et groupes de parents avaient été consultés dans l'élaboration du programme, qui n'avait pas été modifié depuis 1998.

«Lorsque nous rédigeons un programme en géographie, en études sociales ou en mathématiques, ce genre de consultations n'a pas lieu car ce n'est pas la façon de faire historiquement dans la province. Nous avons cru dans ce cas qu'il était nécessaire d'avoir une consultation plus large avec les parents», a dit Mme Wynne, mardi.

Le député provincial progressiste-conservateur Monte McNaughton, détracteur virulent du programme, a exhorté Mme Wynne à repartir de zéro et à consulter les parents.

Au printemps, Mme Sandals a laissé entendre que des groupes conservateurs étaient à l'origine d'une partie de l'opposition au programme, et ces jours-ci, des candidats conservateurs font campagne contre le plan d'éducation sexuelle en vue du scrutin fédéral.

«S'il y a un groupe de personnes que nous n'avons pas consulté de manière approfondie, nous le reconnaissons, ce sont les candidats conservateurs fédéraux», a lancé la ministre.

Le candidat conservateur fédéral de Brampton, Kyle Seeback, a fait un envoi à ses électeurs s'interrogeant à savoir si le programme proposé est approprié en fonction de l'âge des élèves.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer