250 postes de professionnels en moins dans les écoles

Les coupes de 250 postes de professionnels de... (Photo Alain Roberge, archives La Presse)

Agrandir

Les coupes de 250 postes de professionnels de l'éducation découlent des règles budgétaires 2015-2016 préparées par le ministère de l'Éducation.

Photo Alain Roberge, archives La Presse

(Québec) Ce qui était une possibilité devient maintenant une certitude: environ 250 postes de professionnels de l'éducation seront supprimés dans les écoles en raison des compressions du gouvernement.

C'est ce qu'a confirmé la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ) à La Presse hier. Ces coupes de postes découlent des règles budgétaires 2015-2016 préparées par le ministère de l'Éducation et présentées aux commissions scolaires mardi. On parle par exemple de conseillers pédagogiques, de psychologues, de psychoéducateurs et d'orthophonistes.

Plus tôt cette semaine, la CSQ disait craindre la suppression de 250 postes de professionnels, dont 68 à la CSDM. La centrale syndicale se basait sur les plans d'effectif élaborés par 69 commissions scolaires en vue de la rentrée de l'automne. 

Davantage de postes abolis?

Deux commissions scolaires, qui n'ont pas voulu être identifiées, ont affirmé à La Presse hier que les règles budgétaires pourraient entraîner l'abolition de davantage de postes. Mais la FCSQ estime qu'en général, les commissions scolaires ont bien anticipé les coupes contenues dans les règles budgétaires lors de la préparation de leur plan d'effectif.

«Des contrats de professionnels ne sont pas renouvelés. Et ça, ce sont des services directs aux élèves qui sont touchés», a affirmé la présidente de la FCSQ, Josée Bouchard.

Elle a confirmé que le gouvernement réduit de moitié, de 10 millions de dollars, la subvention versée pour les 20 journées pédagogiques du calendrier scolaire.

La facture des parents grimpera pour les activités spéciales organisées durant ces journées. «Je ne sais pas comment on va faire pour ne pas l'augmenter», a dit Josée Bouchard. Elle a même ajouté qu'en vertu des nouvelles règles budgétaires, le gouvernement donne le feu vert pour facturer plus de 8$ par jour aux parents qui laissent leur enfant à l'école plutôt que l'envoyer à la sortie de groupe. C'était interdit auparavant.

Compressions dans les services de garde

Pourtant, François Blais a soutenu hier qu'«on ne demanderait pas plus d'argent aux parents» en raison des compressions dans les services de garde des écoles. Ce sont selon lui des «ponctions chirurgicales» qui font toujours l'objet de discussions avec les commissions scolaires. Comme des services de garde en milieu de scolaire dégagent des surplus, «on a convenu que ça pouvait être intéressant d'aller de ce côté-là», a-t-il expliqué lors d'une mêlée de presse. Mais pour Josée Bouchard, si certains services de garde réalisent des surplus, les écoles utilisent ces sommes pour donner de l'oxygène à d'autres secteurs en mal de financement.

La FCSQ est toutefois formelle: les autres coupes dans les services de garde - environ 17 millions selon elle - pourront être compensées par la hausse du tarif exigé des parents. Le tarif passe de 7,30$ à 8$ par jour, comme l'a déjà annoncé le gouvernement. La CSDM affirmait pourtant à La Presse que le gouvernement baisse sa subvention d'une somme supérieure à la hausse du tarif. La FCSQ soutient que ce n'est pas le cas. Elle explique l'erreur de la CSDM en disant que le gouvernement a modifié la méthode de calcul de sa subvention.

Les coupes prévues

206 millions, dont...

62,7 millions de réduction dans la masse salariale, conséquence de la loi sur le contrôle des effectifs

62,4 millions de coupes paramétriques dans l'administration

27 millions dans les services de garde

54 millions dans d'autres enveloppes. Mais Québec interdit les compressions dans l'aide aux devoirs, l'aide alimentaire et l'achat de livres pour les bibliothèques. Il ne veut pas revivre les controverses de l'an dernier.

Source : FCSQ

Québec refuse pour le moment de rendre publiques les règles budgétaires, plaidant que des discussions se poursuivent avec les commissions scolaires.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer