La position du syndicat de l'UQAM critiquée par 184 professeurs

Les étudiants qui ont voté pour la grève... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

Agrandir

Les étudiants qui ont voté pour la grève ne peuvent paralyser une université, a tranché le juge Robert Mongeon, le 1er avril dernier. L'injonction provisoire qu'a alors obtenue l'UQAM était valide jusqu'au 13 avril et vient d'être reconduite.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Leduc
La Presse

Par une lettre envoyée aux médias, 184 professeurs de l'UQAM, dont l'ex-premier ministre et ex-leader étudiant Bernard Landry, font part de leur désaccord avec leur syndicat, notamment la présidente, qui, selon eux, appuie «sans discernement les actions étudiantes».

«Nous nous dissocions du ton et de la nature des propos tenus par Mme (Michèle) Nevert, en particulier à l'émission du matin de Radio-Canada, au lendemain du saccage, peut-on lire. Ces interventions font énormément de tort à l'UQAM et contribuent à amplifier le niveau de crise institutionnelle.»

La semaine dernière, la présidente du syndicat des professeurs de l'UQAM, Michèle Nevert, disait en entrevue avoir tout fait pour convaincre le recteur, Robert Proulx, de renoncer totalement à faire appel aux policiers et à chercher un renouvellement de l'injonction obtenue des tribunaux, ce que l'établissement a d'ailleurs obtenu ce matin, jusqu'au 21 juillet.

Les signataires disent ne pas se reconnaître dans ces positions. «Nous saluons cependant l'appel au calme du syndicat lors d'un point de presse vendredi après-midi, venu tardivement à notre avis», est-il aussi écrit. 

Par leur lettre, ces 184 professeurs soulignent que la «tempête financière qui agit et met en péril l'avenir des universités québécoises ne se réglera pas par le saccage de l'UQAM». 

Enfin, écrivent les professeurs, «si la décision de l'administration d'en appeler aux forces policières peut paraître exagérée pour certains, une absence d'intervention l'aurait été encore davantage». 

La présidente du CA soutient le recteur

Pour sa part, Lise Bissonnette, présidente du conseil d'administration de l'UQAM, soutient sans réserve les mesures mises de l'avant jusqu'ici par le recteur, Robert Proulx. «Pour peu aimables qu'elles soient, les procédures disciplinaires, l'injonction demandée et obtenue étaient non seulement conformes au droit, mais courageuses», écrit Mme Bissonnette dans une lettre envoyée à l'ensemble de l'institution.    

Ce qui a heurté la liberté de penser, à l'UQAM, poursuit-elle, «ce n'est pas l'intervention policière, mais l'irruption dans une partie du campus de bandes organisées, substituant le hurlement à la parole, décrétant que l'enseignement, donc le libre cours des idées, y était hors d'ordre».

Dans le même souffle, la présidente du conseil d'administration dénonce «un phénomène nouveau à l'UQAM», soit «celui de l'attaque personnelle à l'égard du caractère du recteur, des procès d'intentions et même de l'information mensongère que les mêmes critiques font circuler à propos de son indépendance d'action. Aux plus lourds moments de l'histoire mouvementée de notre université, le discours n'a jamais atteint ce niveau de mesquinerie». 

L'injonction de l'UQAM reconduite

La Cour supérieure a ainsi reconduit l'injonction de l'UQAM visant à lui permettre d'offrir ses cours et de maintenir le calme au sein de l'institution. La décision a été rendue sur le banc par le juge Martin Castonguay. L'injonction sera valide jusqu'au 21 juillet.

La première injonction provisoire obtenue par l'UQAM ne lui a pas permis d'éviter la violence et la levée de nombreux cours ces derniers jours.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer