L'UQAM évite le recours à la force

La levée de cours de l'UQAM, qui s'est... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE)

Agrandir

La levée de cours de l'UQAM, qui s'est déroulée sans violence, a néanmoins perturbé professeurs et étudiants.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Leduc
La Presse

Voulant éviter de jeter de l'huile sur le feu, l'UQAM n'a pas fait appel aux policiers, mardi, bien que des manifestants aient défié l'injonction obtenue la semaine dernière et fait lever six cours.

Voulant éviter de jeter de l'huile sur le... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Des policiers se sont présentés en matinée au pavillon Judith-Jasmin, mais ils n'ont pas été appelés par l'administration, a précisé Jenny Desrochers, porte-parole de l'UQAM.

En entrevue, elle a insisté sur le fait que les policiers ne seront contactés qu'«en dernier recours». «Il est arrivé dans le passé que certaines interventions ne soient pas heureuses et nous voulons éviter que cela se reproduise.»

Est-ce à dire que l'UQAM renonce à faire respecter l'injonction qu'elle a réclamée? Mme Desrochers assure que non, qu'une enquête est en cours pour identifier les manifestants qui ont perturbé les cours, aussi bien jeudi dernier que mardi.

L'UQAM doute qu'il s'agisse exclusivement de ses étudiants.

Le ministre de l'Éducation, François Blais, s'est montré très peu loquace. Par le truchement de son attachée de presse, Julie White, il a simplement fait dire qu'il comptait sur les recteurs pour assurer la sécurité des professeurs et des étudiants.

La levée de cours de l'UQAM s'est déroulée sans violence, mais elle a néanmoins perturbé professeurs et étudiants au pavillon Judith-Jasmin, qui se trouve au coeur de la tourmente et où sont postés quantité d'agents de sécurité.

«J'ai eu un peu peur quand j'ai vu ces visages masqués», a dit Sabrina Daigle.

Anne-Marie Baraby, chargée de cours en français, a tenté pendant un bout de temps de poursuivre son cours, mais sans succès. Les manifestants - dont certains croassaient comme des corbeaux - faisaient trop de bruit.

«Il faut croire que l'injonction, ça ne donne pas grand-chose», a lancé Mme Baraby.

«Je comprends les revendications des manifestants, mais je suis très inquiète pour mes étudiants. Avec tous ces cours ratés, plusieurs vont avoir des échecs.»

La fin de semaine de Pâques, Mme Baraby dit l'avoir passée à envoyer des courriels à ses étudiants et à ses collègues. Aux premiers, elle a demandé d'arriver une demi-heure plus tôt et de repartir une demi-heure plus tard, histoire de rattraper un peu le retard qu'ils accusaient à cause de la grève. Avec les seconds, elle réfléchissait à des façons de minimiser les conséquences sur ses étudiants en repensant au mode d'évaluation. Une partie du contenu de ses cours est aussi versé dans l'internet.

Vote pour un retour en classe

En assemblée générale, mardi, les étudiants en langue et en communication de l'UQAM, en grève depuis le 23 mars, ont tenu un scrutin secret et voté de façon décisive pour le retour en classe: 703 étudiants sur 993 étudiants ont préféré mettre un terme à la grève.

Le retour en classe de ces 3900 jeunes inscrits à l'École des langues, des médias et du département de communication sociale et publique de l'UQAM est un premier pied de nez au comité exécutif par intérim de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ) dont ils font partie. Rappelons que l'ASSÉ a expulsé son comité exécutif en fin de semaine.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer