Grève: Blais suggère d'expulser 2 ou 3 étudiants par jour

En expulsant des étudiants, « on fait réfléchir... (La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

En expulsant des étudiants, « on fait réfléchir les autres, c'est clair », a mentionné François Blais.

La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le ministre de l'Éducation, François Blais, a recommandé aux recteurs des universités d'aller jusqu'à expulser chaque jour deux ou trois étudiants « qui vont beaucoup trop loin » dans le mouvement de grève.

Lors d'une rencontre, il a invité les recteurs à imposer des sanctions contre les étudiants « qui exagèrent ».

« Il y a des règlements disciplinaires, et ça peut aller jusqu'à l'expulsion. Ils (les recteurs) peuvent le faire. Si c'est fait pour 2 ou 3 personnes par jour, ça refroidirait, je pense, les ardeurs de certains », a-t-il affirmé mardi dans une entrevue à la station de radio CHOI.

En expulsant des étudiants, « on fait réfléchir les autres, c'est clair », a-t-il ajouté. « On fait ça avec les enfants quand on veut corriger leur comportement. On ne dit pas du jour au lendemain : va dans ta chambre, tu n'auras pas de souper. On commence par leur dire : il va y avoir une sanction pour ce que tu as dit à ta mère, etc. Et on s'assure qu'on pose ce geste-là. »

Selon lui, « il ne faut pas mettre de l'huile sur le feu, mais il y a des limites à respecter, et les recteurs ont les outils pour faire respecter ces limites-là ».

«Scandaleux»

«Les propos du ministre Blais sont scandaleux», a déclaré Camille Godbout, porte-parole de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ). 

À son avis, le gouvernement cherche à multiplier les mesures répressives «pour faire taire les jeunes» qui combattent «son projet d'austérité». 

Chose certaine, a-t-elle dit, les déclarations récentes du ministre de l'Éducation «ne font pas dans la dentelle».

De son côté, Québec Solidaire invite les recteurs à faire preuve de jugement et à ne pas céder au "bullying" ministériel.

Pour la députée Manon Massé, "on ne gère pas une situation comme celle-là en traitant les étudiants comme des enfants trop gâtés".

Bien qu'aucune de ses associations n'ait voté pour la grève générale, la Fédération étudiante collégiale du Québec a été outrée des propos du ministre Blais. Son président, Alexis Tremblay, fait remarquer qu'au début, bon nombre de personnes ont cru qu'il s'agissait d'un poisson d'avril.

«Ce sont des propos irresponsables, qui ne peuvent qu'attiser les tensions», a dit M. Tremblay.

Inquiet de la montée de la répression qu'il dit observer à travers «les débordements policiers» et «les commentaires du ministre Blais», Alexis Tremblay rappelle que le droit de grève étudiant est reconnu depuis longtemps.

- Avec Louise Leduc

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer