La session sera annulée si la grève se prolonge, dit Québec

Une manifestation qui se tenait devant l'hôtel Reine... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE)

Agrandir

Une manifestation qui se tenait devant l'hôtel Reine Elizabeth a rapidement été interrompue par les policiers, mardi à Montréal.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le ministre de l'Éducation, François Blais, menace d'annuler la session des étudiants grévistes si le débrayage se prolonge dans des universités et des cégeps. Contrairement à 2012, le gouvernement n'a pas les moyens de financer la reprise des cours, prévient-il.

« Je veux que les étudiants le sachent : il pourra y avoir des conséquences de cette nature-là. Ça ne pourra pas être indéterminé dans le temps », a indiqué le ministre lors d'un bref point de presse mardi.

« Pour le moment, la conséquence que nous envisageons, c'est qu'on sait très bien, dans le contexte financier qui est le nôtre, un contexte extrêmement difficile et exigeant, qu'on ne peut imaginer qu'il y aura un financement pour des reprises l'été prochain ou le printemps prochain. En 2012, le coût de la grève a été un coût pour la sécurité, mais aussi pour les reprises. Je ne vois pas comment je pourrais priver de financement les écoles primaires et secondaires pour financer des gens qui ont décidé de se mettre à la porte de l'université. On a cette préoccupation. »

Selon le ministre Blais, 10% des étudiants collégiens et universitaires « n'ont pas eu accès à leurs cours » lundi en raison de la grève. Le pourcentage a baissé mardi : ce serait entre 5% et 7%, dit-il. Les mandats de grève varient d'une association à l'autre. Le mouvement est plutôt « marginal » à ses yeux dans la mesure où ni la FEUQ ni la FECQ n'appellent à faire la grève.

Le ministre a lancé un appel à la « majorité silencieuse », celle des étudiants opposés au débrayage, pour qu'elle s'exprime lors des assemblées. « La meilleure façon de sortir de cette spirale, c'est qu'ils aillent voter le plus tôt possible et disent non », a-t-il insisté.

Il n'est pas question pour lui de baliser le droit de grève des étudiants. Il ne croit tout simplement pas à ce droit. « Je sais qu'on a des problèmes au Québec avec cet enjeu-là. Il y a une confusion », a-t-il déploré.

Cet ex-doyen de faculté à l'Université Laval demande aux établissements d'assurer l'accès aux salles de cours malgré la grève. « Je leur demande, dans la mesure du possible, d'appliquer les règles qui existent déjà et, si nécessaire, des sanctions », comme l'UQAM veut le faire pour neuf étudiants qui risquent l'expulsion, a-t-il dit. « Je reconnais que c'est difficile, sensible, qu'ils ne veulent pas ajouter de l'huile sur le feu. Parce que pour le moment, le mouvement est assez circonscrit. Ils font ce calcul-là comme je le fais. Mais dans la mesure du possible, ils ont des règlements qu'ils peuvent appliquer. Ils ont un pouvoir d'autorité, et de sanction si nécessaire. »

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer