Une association étudiante dissoute

La mobilisation pour ce printemps 2015 rencontre plusieurs... (PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE)

Agrandir

La mobilisation pour ce printemps 2015 rencontre plusieurs obstacles sur son chemin. Des étudiants contestent de plus en plus la légitimité des votes de grève.

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Leduc
La Presse

Contestée en raison de ses méthodes jugées non démocratiques, l'Association facultaire étudiante de science politique et droit de l'UQAM, l'une des figures de proue du mouvement de grève étudiante, a perdu son référendum et elle est dissoute depuis hier.

À la question: «Étant donné que l'UQAM reconnaît les associations étudiantes sur la base de leur représentativité, estimez-vous que l'Association facultaire étudiante de science politique et droit de l'UQAM (AFESPED) est représentative des intérêts des étudiantes, étudiants de la Faculté de science politique et de droit?», la réponse a été «non» à 52%, avec un taux de participation de 58%.

Au téléphone, à la permanence de l'AFESPED, on nous a confirmé le résultat tout chaud, tout en refusant de commenter davantage. «Je n'ai plus aucune légitimité pour le faire», nous a-t-on répondu.

Étudiante en droit, Marie-Pier Désilets a fait partie du comité qui, depuis février, combattait l'association facultaire qui représentait à la fois des étudiants de droit et de science politique. 

«Le résultat démontre que bon nombre d'étudiants se sentaient mal représentés et qu'ils n'étaient pas d'accord avec les façons de faire de l'association, qui avait toujours tendance à ne favoriser qu'une seule idéologie et qui y allait de procédures discutables, telles que de très faibles quorums.»

De façon surprenante, Mme Désilets invite cependant les étudiants à respecter le vote pour une grève du 25 mars au 7 avril, qui a eu lieu sous la défunte association. «On invite les étudiants à respecter ce qui a été fait jusqu'ici.» 

La démarche de son comité ne visait pas «à combattre la grève», précise-t-elle, mais la légitimité et la représentativité de l'association.

Mme Désilets assure que les assurances des étudiants tiennent toujours.

Les étudiants du programme de droit tiendraient jeudi une assemblée sur la pertinence de reconduire la grève au-delà des deux semaines prévues. 

En science politique, on a déjà procédé à des votes de grève par module (en plus du vote facultaire sous la défunte AFESPED), et grève il devrait donc y avoir. D'autres votes sont prévus la semaine prochaine pour ce qui est de sa reconduction possible.

Alexandre Luiggi, un étudiant en droit de l'UQAM qui contestait son association, dit que le résultat du vote «a un peu pris de court tout le monde».

Pour sa part, Camille Godbout, porte-parole de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ), a simplement dit que son groupe «respecte la souveraineté locale de chaque association».

La direction de l'UQAM a pris acte du vote, mais  n'a pas donné de détails sur la suite des choses.

L'Association facultaire étudiante des sciences humaines de l'UQAM (AFESH) s'en est pour sa part bien tirée, lors d'un autre référendum dont les résultats ont aussi été dévoilés hier: 1553 étudiants ont voté pour le maintien de l'AFESH, comparativement à 1000 pour sa dissolution (et 121 abstentions).

Dans certains cégeps et universités, les partisans de la grève étudiante rencontrent sur leur chemin une opposition de plus en plus organisée.  

- Avec Nicolas Bérubé

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer