Yves Bolduc quitte la vie politique: «c'est fini»

Yves Bolduc et Philippe Couillard.... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Yves Bolduc et Philippe Couillard.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Embourbé dans la controverse, se sentant largué par le premier ministre, Yves Bolduc quitte la vie politique et retourne à la pratique médicale. Il a décidé de toucher une prime de départ d'environ 150 000$, prime à laquelle deux récents députés démissionnaires ont renoncé.

Philippe Couillard procédera vendredi à ce qu'il appelle un « ajustement » de son cabinet ministériel. Le remaniement sera donc mineur et visera surtout à nommer un successeur à M. Bolduc à l'Éducation.

«C'est fini», confiait M. Bolduc ce matin à La Presse, qui l'a joint chez lui. Par la suite, il a rencontré M. Couillard à ses bureaux, puis ses collègues députés réunis en caucus.

« Compte tenu de tout ce qui se passe autour en termes d'événements et de nouvelles, j'ai tout simplement pris la décision de retourner à la pratique médicale, ce que j'adore », a affirmé M. Bolduc, aux côtés du premier ministre. Il démissionne autant comme ministre qu'à titre de député. « C'est un départ de la politique », a-t-il résumé, ému.

Philippe Couillard a parlé d'une « journée triste ». « J'ai accepté la décision de mon ami, mon collègue Yves », a-t-il dit. « C'est une décision qui est toute évidence sereine. J'ai été frappé par ça ce matin. » Il avait lui-même recruté Yves Bolduc pour se présenter dans Jean-Talon, lors de son départ de la politique en 2008. M. Bolduc a pris la barre de la Santé jusqu'en 2012.

Philippe Couillard a exprimé son « chagrin », ajoutant que « ce n'est pas des moments agréables pour personne ». Il a précisé par la suite que la personne qui « souffre le plus dans une journée comme ça » reste M. Bolduc.

« La politique, ce n'est pas facile. C'est un engagement profond, qui est courageux, et Yves l'a accompli avec beaucoup de sincérité et de passion », comme député, ministre de la Santé puis de l'Éducation où il « s'est toujours préoccupé avant tout de la réussite de nos enfants ».

Yves Bolduc a décidé de toucher sa prime de départ, que l'on estime à environ 150 000 $. Or le caquiste Christian Dubé et la péquiste Elaine Zakaïb ont tous deux renoncé à une prime de départ lorsqu'ils ont quitté la vie politique l'an dernier. Le choix de M. Bolduc soulève l'ire de l'opposition.

Depuis mardi, Philippe Couillard refusait toutefois de réitérer sa confiance à l'égard d'Yves Bolduc, une situation qui devenait de plus en plus intenable. La Presse révélait mardi qu'un remaniement était probable aujourd'hui, que M. Bolduc se retrouverait sur la touche et conserverait uniquement l'Enseignement supérieur.

Parmi ses collaborateurs, on ne pense pas que Philippe Couillard ait sollicité qu'il quitte le conseil des ministres, mais «il s'est rendu compte qu'il serait radioactif partout où il irait», explique-t-on.

Le ministre Bolduc s'est senti largué par le premier ministre, qui, à plusieurs reprises, a ostensiblement refusé d'indiquer qu'il avait toujours confiance en son ministre de l'Éducation.

Les spéculations vont bon train sur son remplaçant. Hélène David, titulaire de la Culture, vient d'arriver à Bruxelles pour une mission officielle, mais au gouvernement, on avait vérifié qu'elle pourrait être nommée ministre désignée pour être assermentée plus tard.

Une autre rumeur, celle de Christine St Pierre, parait mise de côté. Du côté de François Blais, un autre candidat potentiel, on n'avait aucune nouvelle quant à un éventuel remaniement en début de matinée.

Le ministre Bolduc s'est maintes fois retrouvé sur la sellette depuis sa nomination à l'Éducation. Il a été critiqué au sujet d'une prime de 215 000$ qu'il avait touchée pour prendre en charge des patients alors qu'il était député dans l'opposition. Il a déclaré qu'il ne voyait aucun problème à ce que les commissions scolaires coupent les achats de livres. Puis, la semaine dernière, sa déclaration sur les fouilles à nu « très respectueuses » a fait le tour du globe.

Pour Kathleen Weil, ministre de l'Immigration, cette démission montre à quel point le politique peut être difficile. « C'est quelqu'un qui, en tant que ministre de la Santé et de l'Éducation, était toujours à l'écoute. Il cherchait toujours à trouver des solutions », a-t-elle dit. « On perd un politicien très dévoué qu'on apprécie tous. Et je pense que tous les commentaires que vous aurez de tout le monde, c'est à quel point on l'aime comme être humain. »

Pour Sam Hamad, qui côtoyait Yves Bolduc depuis 2008 comme voisin de circonscription, l'ancien ministre était «un gars compétent, généreux, un gars d'équipe  qui voulait servir tout le monde». «Même à l'Assemblée nationale, quand des collègues avaient besoin d'aide médicale, il n'hésitait pas à les aider». Pour le ministre du Travail, ce départ «est une perte ». « Je suis passé par là en 2004, je comprends ce qu'il vit, ce qu'il ressent et c'est très difficile. (...) C'est le côté ingrat de la politique. La politique c'est un sport extrême et difficile», a conclu M. Hamad.

Pour Gaétan Barrette, qui n'avait jamais été tendre à l'endroit de Yves Bolduc comme président des spécialistes ou candidat de la Coalition avenir Québec en 2012, on voit « le côté ingrat et injuste de la politique ». « Mon collègue a beaucoup donné, avec beaucoup de fair-play», a dit le ministre de la Santé. Pour lui et pour sa famille, c'est beaucoup d'attaques. «Il a pris sa décision hier soir, selon ce qu'il nous a dit», a noté M. Barrette, pour qui Philippe Couillard a donné tout le soutien nécessaire à son ministre controversé.

Aux yeux de l'opposition, la situation de M. Bolduc était devenue intenable.

« À partir du moment où M. Couillard a refusé de lui renouveler sa confiance, c'était terminé, a observé le chef par intérim du Parti québécois, Stéphane Bédard. C'était seulement une question de temps. » Cette démission montre les faiblesses du gouvernement selon lui. C'est la preuve d'une « panique » et un « aveu d'échec » du premier ministre.

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, juge que Philippe Couillard porte une large part de responsabilité pour les déboires de M. Bolduc. Selon lui, le premier ministre aurait dû relever le ministre de ses fonctions dès l'émergence de la controverse sur sa prime.

« À partir de là, malheureusement, le Dr Bolduc n'avait plus la crédibilité pour être ministre de l'Éducation, a dit M. Legault. Et dès ce moment, M. Couillard aurait dû agir et éviter que le supplice se poursuivre pendant des mois et des mois. C'est rendu triste, la situation. »

Le député de Québec solidaire, Amir Khadir, estime que c'est Philippe Couillard, et non Yves Bolduc, qui mérite d'être blâmé pour les déboires de son ministre de l'Éducation.

« Il ne faut pas être dupe, ce sont les orientations du gouvernement libéral qui sont dans le champ, non pas les personnes qui doivent les défendre, a dit M. Khadir.  Même si on change les ministres ils devront tout de même continuer à défendre des politiques indéfendables. »

Réactions du milieu de l'éducation

À la suite de l'annonce de la démission de M. Bolduc, la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ) à tenu à souligner la disponibilité et l'ouverture d'Yves Bolduc comme ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport.

« Trois jours à peine après avoir été nommé à son poste, le ministre Bolduc a rencontré le conseil général de la Fédération afin de lui présenter ses grandes orientations. Il a rapidement convoqué une Table Québec-Commissions scolaires, et a rencontré de nouveau le conseil général en décembre, deux semaines seulement après avoir déposé son projet de fusions des commissions scolaires », a rappelé la présidente de la FCSQ, Josée Bouchard, qui lui souhaite bonne chance dans la poursuite de sa carrière.

Louise Chabot, présidente de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), a également réagi. «Ce n'est pas une surprise pour nous, nous savions que ce n'était qu'une question de temps. On espère qu'un changement de ministre apportera un souffle nouveau à ce ministère. Ceci étant dit, l'éducation, ce n'est pas l'affaire d'une seule personne, mais du gouvernement lui-même et ce que l'on souhaite surtout, c'est que ce gouvernement nous arrive avec une vision claire de l'éducation et qu'il consulte ceux qui font l'école tous les jours.»

«Et de 12!», a lancé Sylvain Mallette, président de la Fédération autonome de l'enseignement, faisant référence au ballet de ministres qui se succèdent au Québec depuis vingt ans. 

«Les syndicats ont beaucoup tapé sur Yves Bolduc, mais il faisait surtout partie d'un gouvernement dont on n'entend pas dire qu'il entend changer de cap. Rien n'indique que le programme gouvernemental changera avec un nouveau ministre. Rien ne bougera surtout du côté du ministère de l'Éducation, un ministère idéologique au possible fait de "pédagocrates" qui font ce qu'ils veulent des ministres.»

La Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) salue ce changement de garde.

« Depuis l'entrée en poste du ministre Bolduc, on a vu plus de 200 millions de coupes dans les universités, la mise sur la glace de la Politique nationale de la recherche et de l'innovation et des frais de scolarité triplés pour les étudiants français. Il était temps que quelqu'un reprenne la tête de ce ministère, a déclaré Jonathan Bouchard, président de la FEUQ. On souhaite la venue d'un ministre capable de se tenir debout devant le Conseil du trésor, qui connaît ses dossiers et les défend, qui ne considère pas l'éducation comme une simple ligne budgétaire.»

Selon la FEUQ, c'est une occasion de nommer un ministre attitré à l'enseignement supérieur.

Pour l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ), «le mal a été déjà été fait». « Cette démission n'est pas une surprise, mais pas nécessairement une bonne nouvelle. On ne croit pas que ça mènera à des changements dans le milieu de l'éducation. On s'inquiète plus largement de la vision du Parti libéral qui s'entête à couper en éducation et dans les services sociaux », dit la porte-parole de l'ASSÉ, Camille Godbout. 

À la Fédération nationale des enseignants et enseignantes du Québec (FNEEQ), la démission du ministre Bolduc n'est pas une surprise.

«Nous avions plutôt été surpris par sa nomination puisqu'il n'était pas issu du milieu de l'éducation. Force est de constater qu'en moins d'un an en poste, il a accumulé les faux pas, il était un poids pour le gouvernement Couillard, a dit la présidente Caroline Senneville. On souhaite que le prochain ministre ait une connaissance des réseaux scolaires, du préscolaire à l'université, et qu'il soit fermement engagé à faire de l'éducation une priorité pour tout le Québec. On peut douter de cette volonté de plusieurs gouvernements, on se prête à un jeu de chaise musicale dans un ministère aussi important. Le système d'éducation est un pilier de la société, s'il est bien financé et efficace, on peut y trouver des solutions à de nombreuses problématiques que vit le Québec.»

« C'est une très bonne nouvelle. Dans les derniers mois, le ministre Bolduc a clairement démontré qu'il était incapable de porter ses dossiers et de les défendre, a déclaré Alexis Tremblay, président de la Fédération étudiante collégiale du Québec. Force est de constater que l'éducation a reculé depuis son arrivée, on n'a qu'à regarder la diminution de l'offre de services aux élèves.»  « Ça ne veut pas dire que le meilleur est à venir, nuance-t-il.

Pour la FECQ, il est impératif que le gouvernement nomme un ministre dédié exclusivement à l'enseignement supérieur, prêt à défendre l'accessibilité aux études et le développement des établissements scolaires en région, deux choses qui ont reculé dans la dernière année.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer