Climat de tension à l'UQAM

Les étudiants en droit et en science politique... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE)

Agrandir

Les étudiants en droit et en science politique font la file pour participer à l'assemblée extraordinaire organisée par leur association.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ambiance tendue à l'UQAM: alors que des étudiants - ceux de droit et de science politique - se prononcent pour une grève, d'autres contestent la légitimité d'associations étudiantes. Pendant ce temps, des professeurs, eux, se disent victimes d'intimidation.

C'est au terme d'une assemblée générale qui a duré cinq heures, mardi, que les étudiants de droit et de sciences politiques, regroupés au sein d'une même association comprenant quelque 2000 membres, se sont prononcés à main levée pour une grève du 25 mars au 7 avril, à condition que 30 000 étudiants au total fassent de même.

La grève vise «l'abolition des mesures d'austérité», l'arrêt de l'exploitation et du transport d'hydrocarbures et l'abrogation de la loi 10 (sur la réorganisation des services de santé).

En début d'assemblée, par brigades, des étudiants sont partis «lever des cours». Cours qui, de toute manière, étaient déjà désertés.

«On ne négocie pas le recul social, on le combat par la grève générale», «À nous l'UQAM, unis contre l'austérité», pouvait-on lire sur des bannières géantes.

Les étudiants seront appelés à voter de nouveau le 7 avril sur la pertinence de prolonger ou non la grève.

Raphaëlle, une étudiante en droit, a expliqué à la sortie de l'assemblée générale avoir voté pour la grève, mais elle ne se berce pas d'illusions. «J'espère que ça va avoir un impact, que ça ne sera pas juste une répétition de ce qui est arrivé en 2012.»

Contrairement à elle, de très nombreux étudiants en droit s'opposent à la grève. Certains craignent de ne pas pouvoir faire leur barreau ou entrer à la maîtrise à l'automne, tandis que d'autres nous ont dit ne pas comprendre l'intérêt de faire la grève contre un gouvernement majoritaire.

Comme d'autres étudiants présents, Alexandre Luiggi réclamait, lui, la tenue d'un référendum pour que tous les étudiants en droit et en sciences politiques puissent se prononcer. En lieu et place, dit-il, «on a tenu cette assemblée qui a duré cinq heures et qui s'est tenue en pleine semaine d'examens».

La tenue même de l'assemblée de mardi a été contestée par une injonction qui a été demandée par un étudiant, mais qui a été refusée par la Cour supérieure.

Malgré tout cela, un autre étudiant, qui a demandé l'anonymat, s'est réjoui, lui, du bon déroulement de l'assemblée générale, qui s'est tenue sous les auspices d'une «gardienne du senti» à laquelle tous les étudiants présents pouvaient s'adresser s'ils ne se sentaient pas respectés dans leur droit d'expression.

Cette «gardienne du senti» s'assurait aussi qu'un nombre égal d'hommes et de femmes intervenaient au micro.

Des pétitions contre deux associations

Deux associations étudiantes sont visées par des pétitions contestant leur légitimité. Près de 300 étudiants contestent la légitimité de l'AFESH (l'association facultaire des étudiants en sciences humaines). Un scrutin électronique aura lieu du 13 au 20 mars à l'issue duquel l'AFESH pourrait perdre sa légitimité et, du coup, disparaître.

SI l'AFESH - qui n'a pas répondu à nos demandes d'entrevue - ne fait pas l'unanimité parmi ses 5239 membres, les voix discordantes sont pourtant rares lors des assemblées générales.

«Un noyau très dur, qui réussit à crier plus fort, arrive à décider pour la masse, déplore Yan Myette, étudiant en sexologie qui fait partie de ceux qui ont lancé la pétition. Les décisions ne sont pas représentatives de l'ensemble des étudiants. Entre les modules, il y a de grandes différences d'idéologie politique.»

Les assemblées générales sont «arides», s'étirant pendant des heures, et les votes se font à main levée, dit-il. «Ça peut être difficile de s'exprimer à contre-courant. On a déjà vu de l'intimidation. Il y a un non-respect de la démocratie.»

Du côté des étudiants en droit et en science politique (AFESPED), ce sont 105 personnes qui contestent la représentativité de l'association étudiante.

Actes de vandalisme dénoncés

Quatorze professeurs de la Faculté de science politique et de droit dénoncent la violence et les actes de vandalisme dont ils sont victimes à l'UQAM.

«Depuis quelques années, en effet, notre université est en proie aux agissements d'une minorité: empêchement du déroulement des cours par des commandos autoproclamés et parfois masqués, intimidations, harcèlement, bousculades, actes de vandalisme et saccages, perturbations de réunions et de conférences, grèves à répétition», écrit le vice-doyen aux études de la faculté de science politique et de droit, Jean-Guy Prévost, dans une lettre cosignée par 13 de ses collègues professeurs obtenue par Le Devoir.

«Nous refusons catégoriquement qu'une minorité - de quelque couleur politique qu'elle soit - s'impose ainsi à l'UQAM», était-il aussi écrit.

«L'engagement politique étudiant ne cessera pas», ont répliqué par lettre 19 étudiants de science politique.

Décriant «le manque de perspective» des professeurs qui ont signé la lettre, ces étudiants les accusent «d'aseptiser [leur] spontanéité politique».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer