Des milliers d'étudiants de l'UQAM sans assurances collectives

La tentative sans précédent d'une association étudiante de l'UQAM de se passer... (PHOTO NINON PEDNAULT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO NINON PEDNAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sophie Allard
La Presse

La tentative sans précédent d'une association étudiante de l'UQAM de se passer des entreprises d'assurances trop «capitalistes» s'est terminée en queue de poisson, des milliers d'étudiants se sont retrouvés sans protection.

S'étant départis de leur régime d'assurance collective jugé trop «mercantile», en septembre dernier, les membres de l'Association facultaire étudiante des sciences humaines (AFESH) ont décidé de faire marche arrière.

En assemblée générale le 5 février, ils ont voté pour un retour au régime standard dès septembre 2015. Cinq mois après la fin de la couverture médicale, le fonds d'urgence prévu se fait toujours attendre.

Au printemps dernier, l'AFESH a décidé de ne pas renouveler son contrat avec l'assureur Assomption Vie (jugé trop coûteux) qui venait à échéance en août 2014. Elle a du même coup reçu le mandat de créer un fonds d'entraide de santé autogéré. L'objectif: offrir des soins gratuits ou à prix modique sans avoir recours au privé. Dans l'attente d'un projet solide, un fonds d'urgence (prévoyant un remboursement maximal de 300$ par personne) devait aider les étudiants les plus démunis. Cependant, le fonds d'entraide tarde à prendre forme: les ressources sont limitées et les délais pour une consultation parfois très longs. Et à ce jour, aucun remboursement n'a été effectué.

Bon an mal an, environ 3000 étudiants de l'AFESH (sur un total de 5000) adhèrent au régime d'assurances qui couvre les soins dentaires, les soins de la vue, les consultations en psychologie, la chiropractie, etc.

«De nombreux étudiants ont fait le saut quand ils ont appris qu'ils n'avaient plus de couverture. On a reçu énormément d'appels en septembre dernier», indique Patrice Allard, de l'Alliance pour la santé étudiante au Québec (ASÉQ), qui gère les contrats d'assurance pour les six autres associations facultaires de l'UQAM.

Étudiante en philosophie, Mélanie* déplore l'improvisation de la démarche. «Le fait de proposer un système alternatif à un régime standard d'assurances est louable. Mais rien n'a été planifié à temps pour subvenir aux besoins urgents des étudiants démunis, ceux-là mêmes qu'ils veulent aider.» Elle a créé une page Facebook contre l'annulation des assurances collectives.

Devant la grogne, l'AFESH a fait volte-face. En octobre, ses membres ont voté pour qu'elle «entame les démarches pour contracter un régime d'assurances collectives qui prendrait effet le plus rapidement possible».

Dans cette veine, ils ont voté le 5 février pour joindre l'ASÉQ à compter de septembre 2015, et ce, pour une période de cinq ans et une cotisation annuelle maximale de 215$. La proposition a été débattue dans une salle bondée pendant plus de quatre heures.

Invité pour répondre aux questions, le représentant de l'ASÉQ a été exclu de la salle lors de la plénière, des étudiants ayant un «malaise de s'exprimer devant un représentant commercial d'une compagnie privée et capitaliste».

L'idée de créer un fonds d'entraide en santé demeure. Un comité de l'AFESH poursuivra son travail pour développer des «ententes avec des professionnels de la santé provenant de multiples milieux» afin de constituer des cliniques communautaires. Les démarches sont toutefois plus laborieuses que prévu, a reconnu un responsable.

Fonds d'urgence

Les étudiants non assurés d'ici le prochain semestre pourront recevoir comme prévu un remboursement de 300$, malgré un cafouillage administratif avoué. Une employée devrait être embauchée la semaine prochaine pour mettre sur pied le fonds d'urgence et gérer les demandes de façon confidentielle.

«Il y a eu un problème de gestion. Ça aurait dû être fait bien avant, dès l'automne», a admis un membre de l'exécutif. Aussi, les dédommagements prévus jusqu'au 31 août 2015 seront rétroactifs en date du 1er septembre 2014.

* Le prénom a été changé pour préserver l'anonymat.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer