Abandon de l'écriture cursive: à éviter selon une chercheuse

La professeure Isabelle Montésinos-Gelet croit que l'enseignement exclusif de... (Photo Erick Labbé, Archives Le Soleil)

Agrandir

La professeure Isabelle Montésinos-Gelet croit que l'enseignement exclusif de l'écriture cursive est préférable. «Les élèves qui n'avaient appris que la cursive avaient la meilleure syntaxe.»

Photo Erick Labbé, Archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Leduc
La Presse

Après la presque totalité des États américains, voilà que la Finlande abandonne à son tour l'enseignement de l'écriture cursive (en lettres attachées). Le Québec serait bien avisé de ne pas suivre ce mouvement, dit une chercheuse de l'Université de Montréal spécialisée dans ces questions.

En 2012, Isabelle Montésinos-Gelet, professeure à la Faculté des sciences de l'éducation, de même que les professeures Marie-France Morin, de l'Université de Sherbrooke, et Natalie Lavoie, de l'Université du Québec à Rimouski, publiaient les résultats d'une étude menée auprès de 718 enfants de 54 classes de 2e année du primaire.

Depuis longtemps, la plupart des élèves québécois apprennent à écrire en scripte en 1re année, avant de passer à la cursive en 2e année. 

Les chercheuses ont comparé ce cas de figure classique à l'enseignement exclusif en lettres attachées ou en lettres détachées. 

Premier constat: la façon dont on apprend à tracer nos lettres n'est pas sans conséquence. Si les scripteurs experts forment leurs lettres sans aucun mal et ne butent sur l'orthographe que de quelques mots, les enfants, eux, doivent consacrer beaucoup d'attention au seul tracé des lettres (la graphomotricité).

Or, à peine commencent-ils à maîtriser cet art, à peine développent-ils certains automatismes qu'on leur demande de passer à un autre type d'écriture en deuxième année, ce qui détourne plus longtemps leur attention de l'orthographe ou de la construction de phrase, relève Mme Montésinos-Gelet.

Un seul type d'écriture

Ce qu'il faut donc surtout éviter, à son avis, c'est d'enseigner les deux types d'écriture. «Qu'ils apprennent à écrire en script ou en cursive, les enfants sont avantagés lorsqu'un seul type d'écriture est enseigné.»

Et entre la cursive et les lettres détachées, quel enseignement privilégier?

Mme Montésinos-Gelet croit que l'enseignement exclusif de l'écriture cursive est préférable. «Les élèves qui n'avaient appris que la cursive avaient la meilleure syntaxe.»

Cela ne signifie pas pour autant que les parents d'enfants d'âge préscolaire doivent se garder d'enseigner à leurs enfants à reconnaître les lettres détachées.

D'une façon ou d'une autre, dit Mme Montésinos-Gelet, il est important de savoir identifier toutes les lettres.

Au Québec, le choix de la graphie relève de chaque école ou de chaque commission scolaire et non pas du ministère de l'Éducation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer