La CSDM invite ses élèves à manifester

Des élèves ont formé une chaîne humaine autour... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

Agrandir

Des élèves ont formé une chaîne humaine autour d'une école. Sur la photo, Menelik Philip, président de l'association des élèves de Montréal.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Leduc
La Presse

Ne décolérant pas contre le projet de redécoupage des commissions scolaires qui lui ferait perdre des dizaines de milliers de jeunes, la Commission scolaire de Montréal (CSDM) organise des manifestations d'élèves.

La semaine dernière, c'était une chaîne humaine autour de l'École Internationale de Montréal, à Westmount. Hier, c'était une chaîne humaine de jeunes autour de l'école Saint-Luc, dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce.

Dans les deux cas, le service de communication de la CSDM a publié un communiqué pour inviter les médias à ces évènements, dont la porte-parole principale était chaque fois la commissaire de la CSDM du quartier.

Jeudi dernier, pendant un jour de classe, la CSDM a aussi loué un autobus scolaire pour que 12 élèves aillent à Québec protester contre le projet de fusions.

«Ils sont vraiment impliqués, nos jeunes!», s'est exclamée hier Marie-José Mastromonaco, commissaire dans Notre-Dame-de-Grâce.

De fait, hier, une cinquantaine d'adolescents - dont certains étaient vêtus en plein froid d'un chandail ou de manteaux très légers - ont consacré une partie de leur heure de dîner à manifester contre le démantèlement de la CSDM et, disent-ils, de leur école, Saint-Luc.

«À notre école, on a un programme de musique exceptionnel et on risque de le perdre», a dit Jasmine Istiytieh, 16 ans, qui fait partie de l'Association des élèves.

Plusieurs d'entre eux ont affirmé que c'est précisément cette grande crainte de perdre leur programme de musique ou leur programme international qui les a amenés à se mobiliser.

Qui leur a dit que le transfert de leur école vers la commission scolaire Marguerite-Bourgeoys ferait planer une grande menace sur ces programmes?

Les élèves interrogés ont mentionné que cela leur avait été expliqué en classe par des enseignants, de même que dans une lettre que la présidente de la CSDM, Catherine Harel-Bourdon, avait fait parvenir à tous les parents.

Jasmine Istiytieh, pour sa part, a dit que c'est la commissaire Marie-José Mastromonaco qui l'avait sensibilisée.

En entrevue, Mme Mastro-monaco dit qu'elle n'a aucune idée de ce qui va arriver, mais qu'elle invite les jeunes à se mobiliser. «Je les informe, je leur dis: «Politiquement, il faut s'impliquer.» »

«C'est sûr qu'il ne faut pas instrumentaliser les jeunes, a-t-elle dit, mais si on les avait empêchés de se faire entendre, ils auraient été déçus.»

Ménélik Philip, président de l'Association des élèves du secondaire de la CSDM, raconte que c'est sa crainte pour les programmes particuliers qui l'a motivé à prendre part au voyage à Québec, la semaine dernière, pour y rencontrer des députés et les sensibiliser aux dangers de la nouvelle carte scolaire.

Qui a eu l'idée de ce voyage? L'idée, a-t-il répondu, est venue de la présidente de la CSDM, Catherine Harel-Bourdon, et de sa conseillère stratégique, Christine Mitton.

En entrevue, Catherine Harel-Bourdon signale que les jeunes sont eux-mêmes très mobilisés, que les parents des 12 enfants qui sont allés à Québec avaient tous donné leur consentement. Oui, cela s'est fait pendant un jour de classe, «mais ça fait partie d'un cours [d'éducation] à la citoyenneté», a-t-elle répondu.

Mme Harel-Bourdon assure que le contenu de ses rencontres avec les représentants de l'Association des élèves du secondaire de la CSDM, de même que les lettres qu'elle a envoyées aux parents et aux enseignants de l'école, reposait strictement sur des faits.

La CSDM met aussi en évidence une pétition sur son site internet.

Jean-Michel Nahas, porte-parole de la commission scolaire Marguerite-Bourgeoys, signale que selon le dernier scénario à l'étude, Notre-Dame-de-Grâce - et, partant, l'école Saint-Luc - est de toute façon destiné à rester à la CSDM.

Mais surtout, dit-il, la commission scolaire Marguerite-Bourgeoys n'a aucune intention de mettre la hache dans les programmes particuliers des écoles dont elle héritera.

Une carte mouvante

Si le ministre de l'Éducation, Yves Bolduc, semble tenir mordicus à ce qu'il ne reste plus que 46 commissions scolaires au Québec, la carte, à Montréal, continue d'être mouvante. Ainsi, selon le dernier scénario à l'étude, la Commission scolaire de la Pointe-de-l'Île prendrait Saint-Michel, Villeray et Parc-Extension. La CSDM récupérerait Côte-des-Neiges, Notre-Dame-de-Grâce, Westmount et le Sud-Ouest, qu'elle avait perdus dans le plan de départ. La CSMB récupérerait pour sa part Ahuntsic-Cartierville. Selon la dernière carte en circulation, la CSDM, qui comptait 100 000 élèves, n'en compterait plus que 68 000, selon sa présidente, Catherine Harel-Bourdon.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer