Marois «profondément triste» pour les CPE

Pauline Marois croit que la modulation des tarifs... (PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Pauline Marois croit que la modulation des tarifs des CPE en fonction du revenu des parents pourrait nuire à l'égalité entre les hommes et les femmes.

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Déçue par la remise en question des garderies à 7 $, la mère des CPE monte au créneau pour critiquer les plans du gouvernement Couillard et défendre le plus célébré de ses legs politiques.

Pauline Marois croit que la modulation des tarifs des centres de la petite enfance (CPE) en fonction du revenu des parents pourrait nuire à l'égalité entre les hommes et les femmes, en plus d'être très lourde sur le plan bureaucratique, a-t-elle confié mardi à La Presse.

« Je suis profondément triste de ce que fait le gouvernement actuel », a affirmé Mme Marois en entrevue avec La Presse, alors qu'elle commentait le sujet pour la première fois. « Je trouve ça profondément dommage. »

« S'il y avait une politique, à mon point de vue, qui permettait une solidarité entre les classes, c'était bien celle-là, a-t-elle ajouté. Les politiques familiales adoptées par le Québec au fil des ans sont « un grand pas qui a été franchi pour libérer les femmes ».

SORTIR LES FEMMES DE LA PAUVRETÉ

En entrevue avec La Presse sur un autre sujet, Pauline Marois a expliqué qu'elle pensait particulièrement aux femmes démunies en mettant sur pied le réseau des CPE, à la fin des années 90. Elle revendique d'ailleurs l'étiquette de « féministe » comme un badge d'honneur.

«Les services de garde, ça a permis à beaucoup de femmes qui étaient bénéficiaires de l'aide sociale de sortir de leur pauvreté et d'accéder à plus d'autonomie. Ce sont des grands pas qui ont été faits.»

L'ex-première ministre Pauline Marois

« Nous [les femmes] sommes les seules à pouvoir porter un enfant. Si on n'est pas capable, tout en faisant cela, d'avoir le choix d'une carrière, d'avoir le choix d'un engagement, on retourne en arrière. »

Les familles plus nanties intègrent maintenant l'argumentaire de Mme Marois. Elles « paient beaucoup d'impôts au Québec », « plus qu'ailleurs », a-t-elle souligné.

« En contrepartie, [les Québécois plus nantis] doivent avoir accès à des services aussi, comme la classe moyenne y a accès, a ajouté Mme Marois. La politique des services de garde s'appuyait sur le principe fondamental de la solidarité. »

CHAMBOULEMENT COMPLEXE

De toute façon, les « sommes relativement peu significatives » que le gouvernement ira chercher en modulant les frais ne méritent pas de chambouler tout un système, selon l'ex-première ministre.

« Ils vont se compliquer la vie pour rien », a tranché Pauline Marois. L'obligation pour l'État de déterminer précisément le coût de la journée de garde de chaque enfant suppose « un système complexe qui va être très lourd à administrer au plan administratif, au plan bureaucratique ». « En plus, on va faire des distinctions : un tel paie tant, un tel paie tant », a-t-elle dénoncé.

HARCÈLEMENT SEXUEL

Malgré ses nombreuses années passées sur la colline parlementaire, à Québec, Pauline Marois affirme n'avoir ni « vu ni entendu » de femmes qui auraient subi des agressions sexuelles dans les coulisses de la politique. « Je crois qu'à l'Assemblée nationale, les femmes réagissent tellement rapidement », a-t-elle expliqué. « Ça fait craindre un peu [les hommes concernés]. C'est pas mauvais. » Elle a bien été témoin de quelques « remarques désobligeantes à l'occasion », mais elle n'a pas eu l'impression qu'il s'agissait d'un « phénomène significatif » à l'Assemblée nationale. « Je peux me tromper. »

UNE SIMPLE MILITANTE

Redevenue une « militante », Pauline Marois entend bien garder le silence quant à la course à la direction du Parti québécois jusqu'à ce que son successeur soit choisi. « Ce qui ne veut pas dire que je ne pense pas », a-t-elle dit. Elle votera elle-même pour déterminer l'identité du prochain chef péquiste, comme n'importe quel autre membre du parti. Mme Marois assure ne pas entretenir d'amertume quant à la façon dont son mandat s'est terminé. « Je n'ai pas quitté la politique. On a décidé que je quittais la politique, c'est autre chose », a-t-elle illustré pendant l'entrevue. Cette retraite est « finale ». « On ne va pas recommencer ça », a-t-elle lancé en rigolant.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer