Exclusif

Québec impose de nouvelles coupes aux universités

Après le dépôt du budget Leitao en juin,... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Après le dépôt du budget Leitao en juin, Québec a annoncé aux universités les premières compressions de 172 millions. De cette somme, 123 millions correspondent aux coupes que le gouvernement Marois avait imposées au cours des deux dernières années et qui deviennent récurrentes.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Une deuxième vague de compressions frappera les universités cette année, a appris La Presse. Le ministre de l'Éducation, Yves Bolduc, a informé les recteurs que des coupes s'ajouteront à celles, déjà imposées, de 172 millions. Du jamais vu en fait de restrictions budgétaires, estime le milieu universitaire.

Les nouvelles compressions font partie d'une commande que le Conseil du trésor a passée à des ministères afin de resserrer le contrôle des dépenses. Le mois dernier, un rapport du ministère des Finances démontrait que pour le premier trimestre de l'année financière, les dépenses avait bondi de 2,9% par rapport à l'an dernier. Or, la cible du gouvernement est de limiter leur croissance à 1,8% cette année. Un changement de cap s'impose.

«Le Conseil du trésor fait ses suivis budgétaires pour atteindre ses cibles pour 2014-2015. Le ministère de l'Éducation comme les autres ministères sont appelés à contribuer à l'atteinte des cibles. Il y a des échanges entre le Conseil du trésor et les différents ministères, mais ces échanges-là restent entre le Conseil du trésor et les ministères», se contente de dire Marie-Ève Labranche, attachée de presse du président du Conseil du trésor Martin Coiteux.

Un minimum de 25 millions de plus

Chose certaine, les universités feront les frais de l'opération. Selon ce qu'a appris La Presse de source sûre, Yves Bolduc a profité d'une rencontre avec les recteurs, le 3 octobre, pour annoncer qu'il y aurait des coupes supplémentaires durant l'exercice en cours. Il n'en a pas précisé la somme. Un peu plus tard le même jour, les vice-recteurs aux finances ont rencontré des hauts fonctionnaires qui leur ont confirmé les intentions du gouvernement.

Des chiffres circulent sur «l'effort supplémentaire» imposé aux universités, pour reprendre la formule d'Yves Bolduc. On évoque un minimum de 25 millions. Mais le montant ferait toujours l'objet de pourparlers entre le Conseil et le ministère de l'Enseignement supérieur. Le cabinet du ministre Bolduc n'a pas voulu commenter ces informations.

Après le dépôt du budget Leitao en juin, Québec a annoncé aux universités les premières compressions de 172 millions. De cette somme, 123 millions correspondent aux coupes que le gouvernement Marois avait imposées au cours des deux dernières années et qui deviennent récurrentes. Les libéraux les avaient condamnées avec force à l'époque.

Différentes enveloppes, comme celle du soutien à l'insertion professionnelle, sont également réduites d'une somme totale de 31 millions. Le reste des compressions, autour de 18 millions, découle de mesures imposées aux secteurs public et parapublic. Le gouvernement réclame entre autres de faire des gains de productivité représentant 2% de la masse salariale et de réduire de 3% les dépenses administratives.

Dans ses orientations budgétaires datées du 3 septembre, le ministère de l'Enseignement supérieur calculait que l'enveloppe budgétaire des universités pour 2014-2015 augmentait de 1,4% - 41 millions - par rapport à l'an dernier, si l'on tient compte des compressions. Elle passait de 2,87 à 2,91 milliards. La deuxième vague de compressions remettra en question ces chiffres.

Un réseau «en récession»

Des universités soutiennent que le gouvernement ne leur permet pas de couvrir la hausse des coûts de système et de répondre à l'augmentation du nombre d'étudiants. Le 17 septembre, avant même l'annonce des nouvelles coupes par le ministre Bolduc, le recteur de l'Université de Montréal, Guy Breton, écrivait dans La Presse que le réseau est «en récession» et qu'il reçoit moins d'argent que l'an dernier par étudiant, «une première en plus de 15 ans». On est loin du réinvestissement promis à l'issue du Sommet sur l'enseignement supérieur de février 2013, sous le gouvernement Marois.

Une deuxième vague de compressions à ce stade-ci de l'année est un casse-tête, explique-t-on dans le milieu universitaire. La marge de manoeuvre est mince, puisque des coupes ne peuvent s'appliquer que pour la session d'hiver. Et 75% du budget est constitué de salaires dictés par des conventions collectives.

Résultat: des universités estiment maintenant qu'elles seront acculées au déficit. Or, la loi leur interdit d'écrire leurs livres comptables à l'encre rouge. Québec a toutefois levé cette interdiction au cours des deux dernières années, ce qui a poussé la grande majorité des universités à enregistrer un déficit ces années-là en raison des compressions. Jusqu'ici, le gouvernement Couillard a indiqué qu'il refusait d'accorder une telle permission cette année. Il imposerait donc un plan de redressement à chacune des universités déficitaires. Un cauchemar administratif, prévoit-on.

Les universités québécoises se plaignent depuis des années d'un sous-financement par rapport à leurs homologues du reste du Canada. Elles le chiffraient à 850 millions l'an dernier.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer