Levée de boucliers contre la réforme du réseau de l'éducation

La présidente de la Fédération des syndicats de... (PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

La présidente de la Fédération des syndicats de l'enseignement, Josée Scalabrini

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Annabelle Blais, Hugo Pilon-Larose
La Presse

La réforme tous azimuts envisagée par le gouvernement Couillard dans le réseau de l'éducation s'est attiré les foudres de nombreux intervenants.

Josée Scalabrini, présidente de la Fédération des syndicats de l'enseignement, critique les méthodes du gouvernement. «On lance des ballons dans les médias [...], l'image qu'on a, c'est qu'on ne sait pas où on s'en va, mais on y va à grande vitesse. Et c'est démotivant et déstabilisant pour notre monde», dit-elle. Au sujet de la création d'un ordre professionnel des enseignants, elle affirme qu'il s'agit d'un faux débat puisque la question a déjà été étudiée par l'Office des professions, qui s'était prononcé contre. Elle s'oppose également à l'abolition ou la diminution du nombre de commissions scolaires, car elle rappelle que les dernières fusions n'ont généré aucune économie.

Selon Catherine Harel-Bourdon, présidente de la Commission scolaire de Montréal (CSDM), transférer les pouvoirs en éducation aux municipalités serait une mauvaise décision «qui coûterait plus cher aux contribuables québécois», a-t-elle indiqué. «Le citoyen doit comprendre qu'abolir ou diminuer le nombre de commissions scolaires ne nous fera pas économiser», a dit Mme Harel-Bourdon. Selon elle, diminuer le nombre de commissions scolaires n'est pas facilement réalisable.

Services aux élèves

La Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ) a refusé notre demande d'entrevue, mais déplore que le gouvernement s'intéresse aux structures plutôt qu'au service aux élèves, a-t-elle fait savoir par communiqué.

«Les démarches entamées se traduiront-elles par de meilleurs services aux élèves? Si le gouvernement ne devait répondre qu'à une seule question, ce serait celle-ci», affirme Sylvain Mallette, président de la Fédération autonome de l'enseignement (FAE). La Fédération s'oppose à la création d'un ordre professionnel et à la diminution du nombre de commissions scolaires. «Les orientations que semble prendre le gouvernement Couillard témoignent encore une fois d'une incompréhension des besoins réels du milieu de l'éducation», a ajouté M. Mallette.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Un milliard de moins en éducation

    Éducation

    Un milliard de moins en éducation

    Québec réduirait de près de un milliard de dollars le budget du ministère de l'Éducation avec sa réforme tous azimuts du réseau scolaire, a appris... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer