Repentigny: un terrain de soccer plutôt qu'une nouvelle école

L'entrepreneur embauché par l'école Franklin-Hill pour aménager le... (PHOTO ALAIN DÉCARIE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

L'entrepreneur embauché par l'école Franklin-Hill pour aménager le terrain de soccer a installé sa machinerie sur le terrain la semaine dernière.

PHOTO ALAIN DÉCARIE, ARCHIVES LA PRESSE

Nouvelle étape dans le conflit entre les deux commissions scolaires qui se disputent le même terrain, à Repentigny: la commission scolaire anglophone s'apprête à aménager un terrain de soccer qui empiéterait sur l'espace convoité par la commission scolaire francophone, qui souhaite y construire une école primaire.

«Je suis très déçu de la décision de la commission scolaire anglophone d'aller de l'avant avec son projet de terrain de soccer avant même que le ministre de l'Éducation ne se prononce sur le dossier», dit René Labrie, président de la commission scolaire des Affluents.

La commission scolaire des Affluents, en banlieue nord de Montréal, veut construire une école primaire sur le terrain inoccupé de l'école primaire anglophone Franklin-Hill, dans le secteur Valmont-sur-Parcs, à Repentigny. Cela lui permettrait d'accueillir bon nombre des 600 nouveaux élèves attendus dans le secteur d'ici trois ans. La Ville de Repentigny, qui n'a plus de terrain libre dans Valmont-sur-Parcs, appuie le projet.

La commission scolaire anglophone (Sir-Wilfrid-Laurier) tient mordicus à garder ce terrain de 22 000 m2, qui lui a été donné par la Ville de Repentigny à la fin des années 90. Elle veut y aménager un terrain de soccer. Elle se réserve aussi de l'espace pour agrandir l'école Franklin-Hill (déjà pleine à 96%) si le besoin se fait sentir.

Contrat accordé

En juin, le ministre de l'Éducation, Yves Bolduc, a demandé aux deux commissions scolaires de s'entendre d'ici le mois de septembre. Le 16 juin, la commission scolaire Sir-Wilfrid-Laurier a tout de même accordé un contrat de 89 000$ à un entrepreneur pour aménager le terrain de soccer. Il empiéterait sur l'espace où la commission scolaire des Affluents songeait à aménager la cour et le stationnement de sa nouvelle école.

La semaine dernière, l'entrepreneur a installé sa machinerie sur le terrain. L'école Franklin-Hill en a fait l'annonce sur sa page Facebook: «Le terrain de soccer est finalement en cours de route! La construction devrait commencer lundi!»

La nouvelle est parvenue aux oreilles des fonctionnaires de la Ville de Repentigny. Vendredi, ils ont signifié à la commission scolaire qu'elle n'avait pas déposé de demande pour obtenir un certificat d'autorisation. L'entrepreneur est venu porter la demande lundi. La Ville a 30 jours ouvrables pour délivrer le permis. D'ici là, les travaux ne peuvent commencer.

«Nous avons été surpris de voir que la machinerie était déjà sur place», concède le directeur général de la Ville, David Legault. Il s'interroge sur la pertinence d'aménager un terrain de soccer à l'école Franklin-Hill, située à côté d'un parc municipal où l'on trouve déjà un terrain de soccer.

Le projet de terrain de soccer est en branle depuis plusieurs années, explique le commissaire Mike Pizzola, de la commission scolaire Sir-Wilfrid-Laurier. Cela fait plus d'un an que le Ministère a autorisé une aide financière au projet.

Pourquoi ne pas attendre de régler le dossier avant d'aller de l'avant? «On veut que nos enfants puissent l'utiliser le plus vite possible pour faire de l'exercice», répond M. Pizzola. Il souligne que le terrain de l'école Franklin-Hill sera encore assez grand pour accueillir une autre école si le Ministère en décide ainsi.

Si sa commission scolaire refuse de partager son terrain, c'est aussi une question de sécurité routière, explique Mike Pizzola. La rue est déjà engorgée par 8 ou 9 autobus scolaires matin et soir.

Au cabinet du ministre, Yves Bolduc, on souhaite que les parties trouvent une solution «qui convient à tout le monde» d'ici le mois de septembre. Le but: avoir une nouvelle école en 2016. Le ministre a rencontré les parties. Le Ministère a engagé un ingénieur pour déterminer si le terrain de l'école Franklin-Hill peut accueillir une autre école.

Le ministre a-t-il le pouvoir de forcer une commission scolaire à partager son terrain?

«On n'en est pas là, mais pas du tout», répond l'attachée de presse d'Yves Bolduc, Yasmine Abdelfadel.

Aucune rencontre n'est prévue entre les deux commissions scolaires.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer