Élèves handicapés ou en difficulté: les enseignants s'entendent avec Québec

Dès septembre, un dépistage précoce sera fait auprès... (Photo: Martin Chamberland, Archives La Presse)

Agrandir

Dès septembre, un dépistage précoce sera fait auprès des élèves de première année pour identifier les élèves en difficulté.

Photo: Martin Chamberland, Archives La Presse

Les quelque 70 000 enseignants représentés par la Fédération des syndicats de l'enseignement (FSE-CSQ) et l'Association provinciale des enseignants du Québec (APEQ-CSQ) ont convenu d'une lettre d'entente avec Québec concernant l'intégration des élèves handicapés ou en difficulté d'apprentissage ou d'adaptation (EHDAA).

Dès septembre, un dépistage précoce sera fait auprès des élèves de première année pour identifier les élèves en difficulté. Une mesure que la FSE juge primordiale. «On brise le cercle vicieux des élèves à risque», s'est réjouie la présidente, Manon Bernard. En contrepartie, les syndicats ont renoncé à l'instauration d'une limite quantitative - un ratio - d'élèves handicapés ou en difficulté au sein d'une même classe. Un budget de 52 millions de dollars supplémentaires est consenti pour les diverses mesures prévues, notamment pour la création de classes répit ou de classes spécialisées, l'ajout de ressources auprès des élèves ainsi que davantage de temps pour que l'enseignant se consacre à certaines tâches, dont les plans d'intervention.

Il s'agit d'une entente déterminante pour le milieu scolaire, a souligné la ministre de l'Éducation, Line Beauchamp. «Nous avons fait un grand grand, grand, pas quand on sait que c'était une des préoccupations les plus importantes du personnel enseignant au Québec.»




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer