Arrestations et perquisitions liées au conflit étudiant

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Les patrouilleurs

Actualité

Les patrouilleurs

Suivez David Santerre et Patrick Sanfaçon en patrouille. »

La police de Montréal a mené ce matin une opération policière d'envergure contre 11 militants étudiants dont certains auraient présumément participé à la commission de méfaits, ces dernières semaines dans le cadre de manifestations. La fille du député de Québec Solidaire Amir Khadir a été arrêtée, et la maison de celui-ci est l'objet d'une perquisition.

Yalda Machouf-Khadir lors de son arrestation.... (Photo Patrick Sanfaçon, Archives La Presse) - image 1.0

Agrandir

Yalda Machouf-Khadir lors de son arrestation.

Photo Patrick Sanfaçon, Archives La Presse

Arrestation des Khadir: qu'en pensez-vous?

Sur le coup de 6h, des policiers se sont présentés à divers endroits, notamment dans Hochelaga-Maisonneuve, Longueuil, et dans le Plateau-Mont-Royal.

Dans ce dernier secteur, ils ont frappé à la porte de la maison d'Amir Khadir, député de Mercier, qui englobe le Plateau-Mont-Royal. Sur la façade de la maison se trouve une pancarte portant l'inscription «quand l'injustice devient loi, la résistance est un devoir».

Mandat de perquisition en main, ils ont alors informé Nima Machouf, l'épouse de l'élu qu'ils étaient sur place pour y arrêter sa fille, Yalda Machouf-Khadir, 19 ans.

Comme toute la maisonnée, elle dormait encore, tout comme son ami de coeur Xavier Beauchamp qui a aussi été arrêté sur place.

Une fois ceux-ci amenés au poste de police, une équipe d'enquêteurs et de techniciens de l'identité judiciaire ont investi les lieux, en quête de divers objets, surtout des vêtements et un drapeau noir.

Colère

«Je vais vous surveiller pour m'assurer que vous ne saccagiez pas ma maison et n'humiliez pas ma famille et le quartier», leur a lancé Mme Machouf, éberluée par ce qui se passait chez elle.

Elle était de toute évidence en furie de voir sa famille être ainsi réveillée si tôt le matin. Dans la résidence se trouvaient évidemment sa fille et son ami de coeur, mais une autre de ses trois filles, la cadette.

«Tout le monde était couché. À 6h, ça sonne à la porte. Je vais ouvrir, je vois que quelque chose se passe. Je vois plusieurs personnes. Ils me disent qu'ils doivent réquisitionner ma fille. Je leur demande un mandat et ils me le montrent. J'ai regardé et leur ai dit d'accord, je vais vous la chercher. Ils m'ont dit non, c'est nous qui entrons», raconte la dame.

Yalda et son copain, qui est aussi un militant actif, se sont habillés, et ont été menottés.

Les policiers auraient dit à Mme Machouf que l'arrestation avait un lien avec les méfaits commis au bureau de comté de l'ex-ministre de l'Éducation Line Beauchamp, à Montréal-Nord le 13 avril.

«Sur le mandat il est écrit, nous croyons, pour motifs raisonnables, qu'une infraction au Code criminel a été commise, dont un méfait de plus 5000 $, un vol de moins de 5000 $, une introduction par effraction, et la possession d'outils de cambriolage», décrit Nima Machouf.

Il y avait aussi une liste de ce que les enquêteurs désiraient récupérer dans la maison.

«Un manteau bleu, un t-shirt noir, un pantalon noir, un téléphone cellulaire, des chaussures Converse, un bâton avec un drapeau noir, une chemise verte, un foulard noir, un sac de cuir en bandoulière, des pantalons leggings noir. Wow quelle preuve !», a ironisé la mère de la prévenue.

Yalda Machouf-Khadir a été une militante très active depuis le début de la contestation étudiante. Membre de l'association étudiante du cégep du Vieux-Montréal, elle a été mise à l'amende pour le blocus du pont Champlain et été arrêtée après une tentative de faire la même chose au pontJacques-Cartier, plus récemment.

Les policiers ont aussi perquisitionné, pour une deuxième fois en quelques semaines, un appartement d'Hochelaga-Maisonneuve ou habitait anciennement François Vivier-Gagnon, un des quatre accusés d'avoir déclenché des fumigènes dans le métro le 10 mai dernier.

Il n'y habite plus, car en vertu de ses conditions de remises en liberté, il doit loger chez sa mère. Mais sa conjointe et co-accusée y vit toujours, ce pourquoi l'endroit a été perquisitionné selon le SPVM. Mais elle n'a pas été arrêtée.

Les suites de l'enquête

Le tout s'inscrit dans le cadre d'une opération policière qui a mené à huit perquisitions, et qui visait en tout 11 personnes a d'abord annoncé le SPVM. Mais jusqu'à maintenant, seulement quatre d'entre eux ont été arrêtés. Un jeune homme n'a pu être arrêté, car il se trouve en voyage en Europe.

Ceux qui ne seront pas trouvés aujourd'hui pourraient voir un mandat d'arrestation émis contre eux en cours de journée.

Le SPVM affirme que tout ça est en lien avec divers méfaits commis dans le cadre du mouvement de contestation étudiant.

Les personnes visées sont notamment soupçonnées d'avoir joué un rôle dans diverses perturbations dans le métro de Montréal, notamment le déclenchement d'engins fumigènes». On se rappelle que quatre personnes ont été arrêtées en lien avec l'événement du 10 mai, au cours duquel trois engins fumigènes avaient causé une paralysie du métro de Montréal pendant plus de trois heures. Mais d'autres événements du genre, quoiqu'un peu moins perturbateurs, avaient eu lieu à quelques reprises au mois d'avril. Un lundi, des sacs de briques avaient été jetés sur les rails dans cinq stations alors que les freins d'urgences des trains avaient été actionnés, causant une bonne paralysie ce jour-là aussi. Certains des 11 suspects seraient liés à ces méfaits.

D'autres seraient, eux, plutôt liés aux méfaits commis au bureau de Line Beauchamp. Ce 13 avril, des manifestants étaient entrés de force dans le bureau de Montréal-Nord en forçant la porte avec un pied-de-biche. Ils avaient commis des actes de vandalisme avant de fuir.

La police dit aussi que certains seraient liés à d'autres actes de vandalisme commis à l'Université de Montréal le 12 avril.

Outre les accusations énumérées par la mère de Yalda Machouf-Khadir, les 11 suspects pourraient être accusés, selon les cas, de complot, de voies de fait sur policiers, de menaces à l'endroit d'un membre du gouvernement, et d'avoir fait craindre la commission d'actes terroristes. Ce dernier chef d'accusation est le même qui a été déposé contre les présumés auteurs des méfaits à l'engin fumigène déjà arrêtés en lien avec les événements du 10 mai.

Le groupe sera détenu jusqu'à sa comparution pour mise en accusation vendredi après-midi.

Manifs contre le Grand Prix

Ils ne pourront donc participer aux manifestations prévues ce jeudi soir en marge de l'ouverture du Grand Prix de Formule Un de Montréal. La Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC) a prévu de perturber le cocktail d'ouverture. Un groupe, Hors-d'Oeuvre, a même prévu une manifestation sur le circuit Gilles-Villeneuve. Dans un geste se voulant surtout satyrique, le groupe a même envoyé l'itinéraire de sa manifestation au SPVM.

«(La manifestation) aura lieu directement sur le circuit Gilles-Villeneuve, qui appartient en théorie à la Ville de Montréal. Reste à savoir qui y aura accès dans les faits : les tenants de la vie juste ou les pires crosseurs?», lit-on dans un communiqué du groupe.

«Drôle de timing»

L'avocat de la jeune Machouf-Khadir et son conjoint, Me Denis Poitras, est perplexe devant cette opération policière.

«Il est clair que c'est une opération pilotée. Pourquoi arrêter ces gens aujourd'hui alors que le Grand Prix commence et que des manifestations sont annoncées ? Pour dissuader les manifestants ? Ou pour les provoquer? La semaine prochaine, le juge en chef entendra la requête contestant la loi 78 et celle de l'Anarchopanda contre le règlement P-6. Si ça brasse moindrement en fin de semaine, ça pourrait donner des arguments au gouvernement et à la ville. C'est un drôle de timing», déplore-t-il.

Même son de cloche de la part de Sébastien Robert, un ancien candidat de Québec Solidaire, dont la demeure a été visitée à Longueuil. Lapolice y cherchait Hugo Lebleu-Tadros. Un militant qui a déjà été arrêté dans le cadre du conflit actuel et ancien du Collectif opposé à la brutalité policière.

«Dans le cadre de ses conditions de libération, il ne pouvait être sur l'île de Montréal. Il devait demeurer chez moi à compter de ce soir. C'est clair qu'ils ne le trouveraient pas ici ce matin! Il est évident que ce n'est pas un hasard cette opération. Le Bahreïn avait fait la même chose avant son grandprix, arrêter des opposants politiques. On veut créer un effet psychologique sur les étudiants, leur dire qu'on les a à l'oeil», opine M. Robert.

Hugo Lebleu-Tadros fait donc partie des 11 personnes visées. Les policiers l'ont trouvé à une autre adresse, où ils ne l'ont pas arrêté.

Le SPVM réfute tout cela, disant ne pas avoir agi dans une optique de neutralisation d'éléments plus subversifs en vue du Grand-Prix.

«Ces gens ont commis des actes criminels selon l'enquête et devaient être arrêtés», a déclaré le commandant Ian Lafrenière, porte-parole du SPVM.

«Il n'y a aucun lien à faire entre ces arrestations et le Grand prix. Le seul message que nous envoyons est qu'aucun acte criminel ne sera toléré, peu importe la situation et la personne qui le commet», a renchéri l'agent porte-parole Yannick Ouimet.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer