Des centaines de juristes en toge manifestent contre la loi 78

  • De nombreux juristes, parmi lesquels d'éminents avocats, protestent contre la loi spéciale 78 en investissant les rues de Montréal, au départ du palais de justice. (Photo André Pichette, La Presse)

    Plein écran

    De nombreux juristes, parmi lesquels d'éminents avocats, protestent contre la loi spéciale 78 en investissant les rues de Montréal, au départ du palais de justice.

    Photo André Pichette, La Presse

  • 1 / 8
  • De nombreux juristes, parmi lesquels d'éminents avocats, protestent contre la loi spéciale 78 en investissant les rues de Montréal, au départ du palais de justice. (Photo André Pichette, La Presse)

    Plein écran

    De nombreux juristes, parmi lesquels d'éminents avocats, protestent contre la loi spéciale 78 en investissant les rues de Montréal, au départ du palais de justice.

    Photo André Pichette, La Presse

  • 2 / 8
  • De nombreux juristes, parmi lesquels d'éminents avocats, protestent contre la loi spéciale 78 en investissant les rues de Montréal, au départ du palais de justice. (Photo André Pichette, La Presse)

    Plein écran

    De nombreux juristes, parmi lesquels d'éminents avocats, protestent contre la loi spéciale 78 en investissant les rues de Montréal, au départ du palais de justice.

    Photo André Pichette, La Presse

  • 3 / 8
  • De nombreux juristes, parmi lesquels d'éminents avocats, protestent contre la loi spéciale 78 en investissant les rues de Montréal, au départ du palais de justice. (Photo André Pichette, La Presse)

    Plein écran

    De nombreux juristes, parmi lesquels d'éminents avocats, protestent contre la loi spéciale 78 en investissant les rues de Montréal, au départ du palais de justice.

    Photo André Pichette, La Presse

  • 4 / 8
  •  (Photo André Pichette, La Presse)

    Plein écran

    Photo André Pichette, La Presse

  • 5 / 8
  •  (Photo André Pichette, La Presse)

    Plein écran

    Photo André Pichette, La Presse

  • 6 / 8
  •  (Photo André Pichette, La Presse)

    Plein écran

    Photo André Pichette, La Presse

  • 7 / 8
  •  (Photo André Pichette, La Presse)

    Plein écran

    Photo André Pichette, La Presse

  • 8 / 8

Dossiers >

Conflit étudiant

Actualité

Conflit étudiant

Le gouvernement de Jean Charest a décidé d'augmenter les droits de scolarité de 1625 dollars en cinq ans, une hausse décriée par des dizaines de milliers d'étudiants. »

Sur le même thème

 

Daphné Cameron et David Santerre
La Presse

(Montréal) Environ 500 juristes drapés de leur toge ont manifesté ce soir au centre-ville de Montréal contre la loi 78 qui, selon eux, porte gravement atteinte aux droits et libertés. Ils furent relayés par la 35ème manifestation nocturne, qui a pris son départ au parc Émilie-Gamelin dès 21h.

La marche silencieuse a quitté le palais de justice de Montréal vers 19h et s'est terminée au square Émilie-Gamelin, où commencera, plus tard en soirée, la 35e manifestation nocturne contre la hausse des frais de scolarité.

Les juristes sont arrivés à destination un peu après 20h, où ils ont été accueillis par une symphonie de casseroles.

Certains avocats parmi les plus éminents, comme Me Pierre Poupart, ainsi que Me Véronique Robert qui représente certains des étudiants arrêtés depuis le début du mouvement de grève, sont du lot. Ils arborent l'emblématique carré rouge sur leur toge.

Les notaires et avocats descendent très rarement comme groupe dans la rue pour protester. Les organisateurs ont expliqué qu'ils portaient la toge afin de «de rappeler la dignité inhérente à (leur) profession, et au système de justice fondé sur la primauté du droit et le respect des libertés fondamentales.» Ils disent vouloir ainsi exprimer leur «désarroi» face à cette loi spéciale qu'ils estiment être «une atteinte disproportionnée aux libertés d'expression, d'association et de manifestation pacifique».

La marche s'est déroulée dans le calme sous les applaudissements des badauds.

Les organisateurs ont fourni leur trajet au Service de police de la Ville de Montréal, la manifestation ne risque donc pas d'être déclarée illégale.

L'un des organisateurs, Me François Desroches-Lapointe, souligne que les sources de malaise des juristes face à la loi spéciale sont multiples. «Par rapport au droit de manifestation, comment l'exercice de manifestations est encadré, cela peut être problématique aux yeux de certains. Beaucoup de personnes m'ont fait part aussi que les amendes qui peuvent être imposées sont préoccupantes. La délégation de pouvoirs semble aussi problématique pour plusieurs.»

Les juristes veulent aussi signifier leur préoccupation devant la perte de confiance prévisible d'un nombre croissant de citoyens envers les institutions judiciaires suite à l'adoption de cette loi.

Au fil de Twitter

- 19h: la marche silencieuse des juristes quitte le palais de justice de Montréal. Direction square Émilie-Gamelin

- 20h: casseroles et avocats sur Berri

- 20h20: Les juristes arrivent sous une pluie de casseroles au square Émilie-Gamelin

- 21h: La manifestation nocturne prend le relais de la manifestation des juristes

- Avec La Presse Canadienne

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer