Un lobbyiste engagé pour remettre un chèque à Jean Charest?

Jean Charest... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Jean Charest

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le nom de l'ex-premier ministre Jean Charest a rebondi à la commission Charbonneau. L'écoute électronique révèle qu'un fabricant d'éoliennes prétend avoir remis un chèque à l'ex-premier ministre par l'entremise d'un lobbyiste un an avant d'obtenir un important financement d'Investissement Québec.

Louis-Pierre Lafortune... (Photo Édouard-Plante Fréchette, La Presse) - image 1.0

Agrandir

Louis-Pierre Lafortune

Photo Édouard-Plante Fréchette, La Presse

Le fondateur d'AAER, Dave Gagnon.... (Photo: David Boily, La Presse) - image 1.1

Agrandir

Le fondateur d'AAER, Dave Gagnon.

Photo: David Boily, La Presse

La commission Charbonneau a levé partiellement l'interdit de publication imposée l'automne dernier sur deux témoignages. Lors de son passage devant l'enquête publique, l'entrepreneur Louis-Pierre Lafortune a été longuement questionné sur des conversations interceptées en novembre 2008 par la Sûreté du Québec dans lesquelles il était question de démarches auprès de Jean Charest.

Dans les enregistrements, Louis-Pierre Lafortune discutait avec Dave Gagnon, président du fabricant d'éoliennes AAER, dans lequel il a investi 200 000$. L'entrepreneur lui vantait le travail effectué pour ses entreprises par un lobbyiste dont l'identité ne peut être révélée, celle-ci étant toujours frappée d'un interdit de publication.

«Je lui ai donné un beau chèque pour monsieur Charest», entend-t-on Dave Gagnon déclarer. Dans une autre conversation survenue une semaine plus tard, le président d'AAER précise que le lobbyiste a remis «une enveloppe à Jean Charest».

Le procureur Paul Crépeau a demandé au témoin «qu'est-ce que AAER a obtenu en échange de l'enveloppe donnée [...]à Jean Charest?» «J'en ai aucune idée» a répondu M. Lafortune. Selon lui, il s'agissait d'une contribution à une collecte de fonds du parti libéral. De fait, la Commission a retracé un chèque de 3000$ fait à l'Association libérale de Sherbrooke, en novembre 2008, par Jean Pronovost, l'un des dirigeants de AAER.

Un an après ces conversations, le fabricant d'éoliennes a reçu un financement de 2,5 millions d'Investissement Québec. Malgré ce coup de pouce, l'entreprise a finalement fait faillite.

Le Parti libéral avait demandé à ce que l'identité de Jean Charest soit maintenue sous ordonnance de non-publication, estimant que l'information avancée par le témoin était trop incomplète. L'avocat du parti, Me Michel Décary, a profité de son contre-interrogatoire pour faire souligner au témoin qu'AAER n'a jamais vendu d'éolienne au Québec. En mai 2008, l'entreprise a notamment échoué à remporter un appel d'offres d'Hydro-Québec pour l'acquisition de 2000MW d'énergie éolienne. 

À midi, La Presse n'avait pas encore de retour d'appel du bureau de Jean Charest et du Parti libéral du Québec.

Lafortune payait les contraventions de Dupuis

L'entrepreneur Louis-Pierre Lafortune a reconnu à la commission Charbonneau avoir lui-même payé plusieurs contraventions du syndicaliste Jocelyn Dupuis. Dans la portion rendue publique de son témoignage, l'homme d'affaires a expliqué avoir entretenu de «bonnes relations» avec l'ex-directeur général de la FTQ-Construction. Celui-ci lui aurait demandé son aide pour contester des contraventions, mais l'entrepreneur dit avoir simplement décidé de les payer. «S'il m'a amené ses tickets, je les ai payés.» La Commission a aussi révélé que Louis-Pierre Lafortune a réservé en 2008 sur sa carte de crédit trois chambres pour Jocelyn Dupuis et ses proches dans un chic hôtel de Las Vegas, le Bellagio. Malgré tout, l'entrepreneur a assuré ne pas avoir eu de retour d'ascenseur. «On restait des bons amis, mais c'est un syndicaliste assez chevronné. (...) Il a toujours été dur avec moi, comme patron.»

Commission d'un million pour un proche des Hells

Un proche des Hells Angels a touché une commission de tout près d'un million de dollars pour son rôle d'intermédiaire dans la vente d'une entreprise de grues, a reconnu l'entrepreneur Lous-Pierre Lafortune lors de son passage à la commission Charbonneau.

En décembre, l'enquête publique s'est intéressée à la vente de Fortier Transfert pour 26 millions à Grues Guay. Louis-Pierre Lafortune a expliqué que si Denis Vincent «s'est imposé» dans la transaction. Si l'homme décrit comme un proche des Hells représentait Grue Guay, c'est néanmoins Fortier Transfert  qui a fini par lui verser une importante commission de près d'un million.

L'entrepreneur Yannick Payette, dont le témoignage a lui aussi été partiellement libéré, a affirmé avoir empoché en fin de compte environ 6 millions dans la vente de son entreprise à Grue Guay. Celui-ci s'est toutefois montré évasif sur ce qu'il était advenu de son argent. Multipliant les trous de mémoire, Payette s'est dit incapable de se rappeler s'il a visité un jour les îles Turks-et-Caïcos afin d'y ouvrir un compte de banque pour y transférer ses gains. «Vous savez si vous êtes allé aux îles Turques ou pas», s'est étonnée la juge Charbonneau. «Eille, j'ai voyagé, Madame. J'avais un passeport ça d'épais. J'ai voyagé comme personne ici a voyagé. Ça fait que, où j'ai été, Madame, là...»

Jean Charest nie tout, assure Couillard

Jean Charest «nie catégoriquement avoir reçu quoi que ce soit de M. Lafortune ou de qui que ce soit d'autre», assure Philippe Couillard.

Le chef libéral a appelé son prédécesseur plus tôt aujourd'hui. M. Charest a fermement nié les allégations, rapporte M. Couillard. Il a minimisé ces allégations, qui proviennent de «ouï-dire, de la part d'une personne dont la crédibilité est mise en cause».

Jean Charest devrait s'expliquer publiquement? «C'est son choix», a répondu M. Couillard. Mais il n'adopte pas la même réserve pour Pauline Marois. La première ministre doit absolument s'expliquer, et ce aujourd'hui, dit le chef libéral.

La nature du «deal» entre la FTQ et le mari de Mme Marois, Claude Blanchet, s'est précisée. «Il y a coïncidence de date», dit le chef libéral, entre la rencontre au 357C entre Mme Marois et Michel Arsenault, l'investissement dans la société immobilière de M. Blanchet http://goo.gl/77qtxK et la conversation où M. Arsenault dit avoir «un deal».  

M. Couillard veut savoir «par quel mécanisme cet investissement s'est fait, qui a fait pression sur qui, et s'il y a eu une influence de ce deal sur les décisions du (Parti québécois)».

Aux messages laissés à son bureau de McCarthy Tétreault, l'ancien premier ministre a fait répondre par un collaborateur, Me Gregory Larroque que «ces allégations étaient non fondées et non crédibles». «M. Charest ne veut pas se rabaisser à commenter ces déclarations, il regrette qu'on diffuse des déclarations qui n'ont pas passé le filtre de la crédibilité».

De l'avis même de M. Lafortune, ces informations étaient véhiculées «par un beau parleur» enclin au «name dropping». Au moment où ces faits auraient eu lieu, M. Charest était en campagne électorale, «à bord d'un autobus, entouré de journalistes», rappelle Me Larroque.

Fournier se défend

Jean-Marc Fournier s'est aussi retrouvé sur la défensive. «Il semblerait, je n'en ai pas souvenir, que (Louis-Pierre) Lafortune a participé à ce cocktail (de financement libéral dans sa circonscription)», a d'abord dit M. Fournier. Il était à l'époque ministre au sein du gouvernement Charest.

M. Fournier se défend d'avoir mal agi. En 2008, l'entrepreneur «n'avait pas de poursuite ni aucun élément contre lui», dit-il. «Il est impossible de savoir un an à l'avance que des gens seront poursuivis, et deviendront des gens qu'on ne souhaite pas rencontrer», a-t-il insisté.

Un attaché politique libéral voulait aussi organiser une rencontre entre M. Fournier et l'entrepreneur. N'envoie-t-on pas le message qu'il faut contribuer à la caisse du parti libéral pour avoir une rencontre avec un ministre? Il est normal qu'un député rencontre les citoyens, dit M. Fournier, en s'empressant d'ajouter que cette rencontre n'a jamais eu lieu.

Le dossier de M. Lafortune n'avait pas été réglé sous le gouvernement libéral, ajoute-t-il. Il a été réglé «récemment».  

Faudrait-il que les élus soient plus prudents? «C'est une bonne question, répond M. Fournier. Il faudrait demander à Mme Charbonneau de nous faire des recommandations.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer