Nathan Frank Cirillo, 24 ans: un père aimant et un soldat aimé

La victime, Nathan Frank Cirillo, était le père d'un... (PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK)

Agrandir

La victime, Nathan Frank Cirillo, était le père d'un jeune garçon qui fréquente l'école primaire.

PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attentat à Ottawa

Actualité

Attentat à Ottawa

Le 22 octobre 2014, des coups de feu ont été tirés sur la colline parlementaire, à Ottawa. »

(Hamilton et Montréal) «Nathan vivait pour son fils et pour servir son pays». Les larmes ont monté aux yeux de David Cirillo, hier soir, lorsqu'il s'est mis à parler de son cousin Nathan, le soldat de 24 ans abattu, hier, alors qu'il montait la garde au Monument commémoratif de guerre du Canada, à Ottawa. Malgré l'émotion, David Cirillo tenait à rendre hommage à son cousin afin qu'on se souvienne avant tout de lui et non du tueur.

Branden Stevenson et Nathan Frank Cirillo... (Photo tirée de Facebook) - image 1.0

Agrandir

Branden Stevenson et Nathan Frank Cirillo

Photo tirée de Facebook

Le Caporal Cirillo et le caporal Stevenson montant... (Photo tirée de Facebook) - image 1.1

Agrandir

Le Caporal Cirillo et le caporal Stevenson montant la garde devant le monument commémoratif de guerre, il y a quelques jours.

Photo tirée de Facebook

Père monoparental d'un garçon de 4 ans, Nathan Frank Cirillo était membre de la garnison des Argyll & Sutherland Highlanders du Canada, des réservistes basés à Hamilton. Des membres du régiment faisaient depuis quelques jours leur tour de garde au monument historique à Ottawa.

«Nathan était dans le régiment depuis qu'il avait 17 ans, mais il est entré comme cadet à l'âge de 13 ans», a expliqué David Cirillo, que La Presse a rencontré à Hamilton. Ce dernier a dressé le portrait d'un soldat fier et d'un père très aimant.

«Il était toujours très attentionné avec son fils, mais aussi avec tout son entourage. Le genre de gars qui met son manteau au sol pour vous éviter de marcher dans un nid de poule», illustre-t-il.

«C'est l'un des meilleurs gars que j'ai jamais rencontré, il en a touché plusieurs avec sa gentillesse», a ajouté son ami de longue date Corey Kisch. «À mes yeux, c'est un héros.»

Selon son amie Jennifer Lynn Michelle, le but de Nathan était d'être un bon modèle pour son fils. «Tout ce qu'il faisait, c'était pour lui», a-t-elle résumé. «Son pauvre petit garçon», a-t-elle laissé tombé en décrivant son ami comme un homme au grand coeur, toujours souriant.

Une ville sous le choc

Devant la garnison des Argyll à Hamilton, les gerbes de fleurs s'accumulaient hier soir. Après avoir déposé quelques fleurs, certains restaient sur place pour se recueillir. D'autres repartaient aussitôt tout en essuyant leurs larmes.

April Guyatt se souvient de leur rencontre il y a quelques années. «On s'est croisé et il m'a dit : "comme tu es belle" ç'a cliqué tout de suite, dit la jeune femme. «Il s'occupait bien de son fils. Il parlait sans arrêt de lui. Il en était vraiment fier et s'en occupait seul.»

Fereshta Hassani accompagnée de son mari et de leur fille de 4 ans sont venus déposer une gerbe de fleurs en solidarité pour la famille de Nathan bien qu'elle ne la connait pas personnellement. La famille musulmane qui a fui l'Afghanistan il y a cinq ans s'est toutefois sentie interpellée par cette histoire.

«Nous avons aussi été victime de la terreur et nous voulons dire qu'en tant que musulmans, nous condamnons ces gestes a expliqué M. Zahedi tandis que sa fillette tenait une affiche sur laquelle était écrit «Je hais les terroristes».

Tristesse chez les militaires

Nathan Cirillo laisse aussi plusieurs collègues dans le deuil. «Nous sommes tous attristés par son décès», a déclaré son collègue et ami, Christopher Prpic. «Il était à la fois un bon soldat et un ami sincère qui souriait toujours et était plein de rires.»

Le meilleur ami de Cirillo, Branden Stevenson, un autre réserviste de Hamilton était vraisemblablement en poste ce matin à ses côtés. Il y a quelques jours, la page Facebook de la 91e garnison Argyll du Canada montrait les deux amis, en poste devant le monument où Nathan a été abattu ce matin.

En après-midi, la famille de Stevenson, contactée par La Presse, se disait toujours sans nouvelles de lui, ni de son état de santé.

«Branden, Nathan et moi avions tellement de belles choses devant nous», a confié à La Presse Chris Cartel, qui travaille aussi pour la Défense nationale. «Qui pourrait vouloir nous faire du mal? Qui peut faire une chose pareille?» s'est-il interrogé.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer