• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Demandeurs d'asile: pas d'injonction pour fermer la frontière 

Demandeurs d'asile: pas d'injonction pour fermer la frontière

Depuis quelques semaines, des centaines de demandeurs d'asile... (Photo Martin Tremblay, La Presse )

Agrandir

Depuis quelques semaines, des centaines de demandeurs d'asile ont traversé la frontière à des points d'entrée non autorisés.

Photo Martin Tremblay, La Presse 

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Katia Gagnon
La Presse

Le juge Michel Yergeau, de la Cour supérieure, a rejeté vendredi une demande d'injonction déposée par un médecin de Montréal, le docteur Paul Clifford Blais, qui visait à faire fermer les points d'entrée non autorisés à la frontière entre le Québec et les États-Unis afin d'empêcher de nouvelles entrées de migrants.

Le docteur Paul Clifford Blais avait déposé une... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Le docteur Paul Clifford Blais avait déposé une demande d'injonction qui visait à faire fermer les points d'entrée non autorisés à la frontière entre le Québec et les États-Unis afin d'empêcher de nouvelles entrées de migrants.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

D'emblée, le juge Yergeau s'est montré extrêmement réticent à intervenir dans un débat essentiellement politique. « Vous me demandez de pénétrer sournoisement dans le champ politique, et ce n'est pas mon rôle », a-t-il reproché à l'avocate du demandeur, MLynda Renaud, à qui il a posé de nombreuses questions insistantes.

« Comment est-ce que vous voulez que je rende une ordonnance au premier ministre du Canada d'arrêter physiquement des passants avec des mesures de restriction ? Comment voulez-vous appliquer cela sans que la situation se dégrade ? », a notamment demandé le magistrat.

Au terme des plaidoiries, il a fermement rejeté la demande d'injonction, qui ne satisfait, a-t-il indiqué, à aucun des critères requis. « Malgré la publicité quotidienne faite à la situation dans divers médias d'information, le tribunal ne peut pas se substituer aux pouvoirs publics qui ont la responsabilité d'appliquer la loi. »

Les avocats du gouvernement fédéral et du gouvernement du Québec s'étaient bien sûr opposés à cette injonction, indiquant que les autorités canadiennes se conformaient à la loi sur l'immigration, qui prévoit spécifiquement un mécanisme destiné aux migrants se présentant à un point d'entrée non autorisé.

« Émettre une telle ordonnance, a souligné MDaniel Latulippe, serait donc contraire à la loi. » Son collègue, Me Claude Joyal, a renchéri : « Est-ce qu'on veut des barbelés ? Un mur de ciment ? Qu'est-ce qu'on veut, au juste ? »

DÉTERMINÉ À REVENIR À LA CHARGE

De son côté, le DBlais s'est dit bien déterminé à revenir à la charge. « Le juge m'a donné le mode d'emploi pour revenir et présenter une nouvelle demande », dit-il. Pourquoi mener une telle bataille juridique ? « J'ai des enfants et je tiens à leur montrer qu'au Canada, on respecte la loi. Si le ministère de l'Immigration ne le fait pas, je vais leur démontrer qu'un citoyen peut la faire respecter. »




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer