Vol à la tire: la police lance un appel à la vigilance

Les voleurs choisissent principalement des établissements où les... (Photo Olivier Jean, La Presse)

Agrandir

Les voleurs choisissent principalement des établissements où les tables et les chaises sont très rapprochées, pour avoir un accès facile aux vestons, manteaux ou sacs à main accrochés aux dossiers des chaises des tables voisines et en vider les poches.

Photo Olivier Jean, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Renaud
La Presse

Alors que les voleurs à la tire sont très actifs dans les restaurants, sur les terrasses et dans les foires alimentaires des centres commerciaux, la police de Montréal lance aux consommateurs un appel à la vigilance.

«On recommande aux gens de toujours garder leur portefeuille et leurs objets de valeur directement sur eux, et non pas de les laisser dans un veston ou un sac à main posé sur le dossier de leur chaise ou sur un banc, et de toujours faire attention au moment de payer, alors que le contenu du portefeuille est souvent exposé. 

«On suggère également aux clients de faire en sorte que leur argent soit difficilement accessible, de ne pas traîner avec eux toutes leurs cartes de crédit, de bien fermer leurs poches et sacs à main et d'être attentifs à leur environnement, en particulier à leur bulle, d'observer qui s'assoit à côté d'eux au restaurant», ajoute le commandant David Bertrand, de la Division ouest du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

L'officier est bien au courant du phénomène. Entre décembre et mai derniers, au moins une centaine de vols à la tire ont été commis sur son territoire, principalement dans des restaurants, des foires alimentaires de centres commerciaux ou de petits cafés.

Les voleurs choisissent principalement des établissements où les tables et les chaises sont très rapprochées, pour avoir un accès facile aux vestons, manteaux ou sacs à main accrochés aux dossiers des chaises des tables voisines et en vider les poches.

«Avec les cartes et les informations trouvées dans les portefeuilles, les suspects sont capables de faire modifier les numéros d'identification personnels et font des achats ciblés, comme des cartes-cadeaux ou des billets sur internet, des choses faciles à revendre, car ils ont déjà un bon réseau d'acheteurs », affirme le commandant Bertrand.

Projet Ombrer

Le total de la centaine de vols enregistrés en moins de six mois sur le territoire de la Division ouest s'élève à plusieurs dizaines de milliers de dollars.

Pour tenter d'arrêter l'hémorragie, les enquêteurs ont lancé une opération baptisée Ombrer, qui a été menée parallèlement au projet Gazelle de la police de Laval dont La Presse a fait état la semaine dernière.

Le 21 juin, en compagnie de leurs collègues lavallois de l'opération Gazelle, les enquêteurs de la Division ouest du SPVM ont arrêté cinq individus, quatre hommes et une femme.

Sans vouloir commenter davantage, le commandant Bertrand croit que les employés des commerces, des institutions financières et des entreprises de cartes de crédit ont aussi une part de responsabilité dans ces fraudes.

«Lorsqu'un employé de commerce se fait demander 25 cartes-cadeaux de 100 $ chacune, il devrait se poser des questions. Mais en même temps, c'est étonnant, le nombre d'informations que les gens peuvent avoir dans leur portefeuille», conclut-il.

Pour joindre Daniel Renaud, composez le 514 285-7000, poste 4918, écrivez à drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l'adresse postale de La Presse.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer