Des Québécois sauvent six naufragés en haute mer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(HAMILTON, Bermudes) À plus de 500 kilomètres au sud des Bermudes et loin de toute intervention possible de la garde côtière, le voilier de course océanique québécois Esprit de Corps IV a sauvé d'un naufrage six hommes d'affaires canadiens dont le bateau a sombré dans les profondeurs de l'Atlantique, tôt mercredi matin.

À plus de 500 kilomètres au sud des Bermudes,... (Photo Tristan Péloquin, La Presse) - image 1.0

Agrandir

À plus de 500 kilomètres au sud des Bermudes, le capitaine du Monterey, Les Crane, observe son voilier couler tranquillement, depuis le pont d'Esprit de corps IV.

Photo Tristan Péloquin, La Presse

À bord d'un radeau de sauvetage pneumatique, les... (Image tirée d’une vidéo de Tristan Péloquin, La Presse) - image 1.1

Agrandir

À bord d'un radeau de sauvetage pneumatique, les six membres d'équipage du Monterey ont doucement dérivé jusqu'à Esprit de Corps IV.

Image tirée d’une vidéo de Tristan Péloquin, La Presse

Le voilier québécois, un Volvo Ocean Racer enregistré à Québec et conçu pour la rigueur de la navigation en haute mer, participait à une course océanique de 935 milles nautiques entre l'île d'Antigua et les Bermudes, avec 10 membres d'équipage, dont un journaliste de La Presse.

Après cinq jours à naviguer nuit et jour, le monocoque de 60 pieds venait de traverser une longue et frustrante zone de vents faibles quand une lueur orange est apparue à l'horizon. Charlotte Rousselot, une équipière qui se trouvait sur le pont pour le quart de nuit, a d'abord cru qu'il s'agissait d'un navire en feu. « Ils viennent de lancer une fusée de détresse », a-t-elle ensuite crié, réveillant ses compères endormis plus bas dans les couchettes de la nacelle.

MINUTES ANGOISSANTES

Le skipper Gilles Barbot, propriétaire du voilier et responsable de l'équipe Atlas Ocean Racing, a immédiatement ordonné d'affaler le foc et la grand-voile, et de pousser au maximum le régime du moteur. Au poste de radio, l'auteur de ces lignes a tenté à plusieurs reprises de contacter l'équipage en détresse. À vue de nez, le bâtiment se trouvait à cinq milles nautiques, une distance appréciable en mer.

Les 30 minutes qui ont suivi ont été extrêmement angoissantes, tant pour l'équipage d'Esprit de Corps IV que pour celui du bateau en détresse.

«On ne savait pas du tout ce qui se passait. Ça aurait pu être un homme à la mer qu'ils cherchaient, ça aurait pu être n'importe quoi.»

Simon DuBois,
un des équipiers d'Esprit de Corps IV

Une première communication radio à mi-chemin a clarifié la situation. Le Monterey, un voilier de 56 pieds qui participait aussi à la course Antigua Bermuda, prenait gravement de l'eau pour une raison qui demeure inconnue.

« ABANDONNEZ LE NAVIRE »

Son équipage, très aguerri, dont certains membres ont appris l'art de la voile ensemble au Royal Yacht Club de Toronto il y a plus de 40 ans, s'apprêtait à embarquer dans le radeau de secours gonflable à l'arrivée d'Esprit de Corps IV.

Le capitaine du Monterey, Les Crane, qui est ironiquement un des organisateurs de la course océanique, a alors péniblement donné l'ordre final : « Abandonnez le navire. » Le radeau de survie jaune a doucement dérivé vers Esprit de Corps IV. « Ça a été les quatre pires minutes de ma vie », dit Kit Tatum, un des rescapés, originaire du Canada.

« Le radeau était mouillé, nous étions coincés, c'était très inconfortable », renchérit James Watlington, un rescapé qui habite la région de Toronto.

Le sauvetage, survenu dans des conditions météorologiques relativement clémentes, s'est déroulé dans le calme. « Il y a eu un peu de panique quand ils ont voulu sortir du radeau. Mais c'était un équipage très compétent. Ils étaient super organisés, leur skipper était d'un calme remarquable, et la communication s'est très bien déroulée », relate le skipper d'Esprit de Corps IV, Gilles Barbot.

« On était prêts pour ce genre de situation. Ce sont des choses pour lesquelles on doit se préparer quand on fait de la course océanique. J'étais à l'aise dans mon rôle et l'équipage a fait preuve d'initiative. Il y a eu un bel engagement de la part de tout le monde. »

FIN DES TRANSMISSIONS

La proue du Monterey commençait à s'enfoncer quand Esprit de Corps IV a hissé les voiles et repris la route vers le nord à 7 h 10. Le bâtiment en perdition a transmis une ultime position GPS au comité organisateur de la course quelques minutes plus tard. Il a fort probablement sombré vers 7 h 30, à plus de 5000 mètres de profondeur.

L'équipage du Monterey s'explique mal ce qui a pu se passer. Construit au début des années 2000, le monocoque venait de subir une mise à jour mécanique et de son gréement. L'eau s'est peut-être infiltrée par l'arbre de l'hélice.

«Ça s'est fait tellement vite. Quand je suis descendu à la cuisinette vers 4 h 30, j'avais déjà de l'eau jusqu'à la taille.»

James Watlington,
un des rescapés

« C'est ridicule. J'ai d'abord voulu sauver un peigne qui m'a été légué par mon grand-père, puis je l'ai remis à sa place en me disant que ce n'était pas nécessaire. Dans l'urgence, on pense à sauver toutes sortes de choses comme ça, et après coup, ce sont des images qui nous restent à l'esprit », ajoute-t-il.

Une fois à bord d'Esprit de Corps IV, l'équipage du Monterey a insisté pour participer aux manoeuvres, de nuit comme de jour. Les six hommes ont même pris la barre du voilier, l'aidant à regagner une place dans la course avant d'arriver aux Bermudes. « Les événements hautement émotifs comme ceux-là, ça cristallise les relations. L'histoire de cette course, ce n'est pas le résultat final au classement. C'est plutôt l'histoire d'amitiés spéciales qui viennent de se créer, et qui vont probablement se souder dans le temps », croit le capitaine Gilles Barbot.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer