• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Québec accorde 10 millions pour la lutte contre l'homophobie 

Québec accorde 10 millions pour la lutte contre l'homophobie

Le drapeau arc-en-ciel flottant sur l'une des tours... (Photo archives Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Le drapeau arc-en-ciel flottant sur l'une des tours de l'Assemblée nationale du Québec.

Photo archives Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patrice Bergeron
La Presse Canadienne
Québec

Le gouvernement Couillard a voulu apporter sa contribution à la Journée contre l'homophobie, la transphobie et la biphobie, mercredi, en dévoilant un plan de lutte contre ces fléaux, doté de 10 millions de dollars sur cinq ans.

Ce plan d'action comporte une série de mesures qui touchent notamment le réseau scolaire, les services publics et même les relations internationales: en effet, le Québec investira des fonds pour l'acceptation sociale des minorités sexuelles en Haïti et à Cuba.

Au cours d'une conférence de presse dans le hall de l'Assemblée nationale, les nombreux ministres ont tour à tour affirmé qu'il reste «beaucoup à faire» au Québec pour réaliser la pleine inclusion des personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles et transgenres (LGBT).

«Il y a le besoin de sensibilisation en général dans l'espace public, au sein des organismes publics, des ministères, on a une responsabilité, collectivement, d'en parler, pas seulement dans les salles de classe, mais dans la société en général, alors le plan d'action, c'est ce qu'il vise», a résumé la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée.

Même si le degré d'aisance envers cette diversité sexuelle est passé de 63 à 74 % en quatre ans, selon un sondage réalisé en mars 2017 par le ministère de la Justice, la ministre Stéphanie Vallée a affirmé que les «préjugés persistent», notamment par rapport à l'homoparentalité. Un document sur la réalité des familles homoparentales sera diffusé à cet égard.

Également, encore une personne sur trois estime qu'il est facile de reconnaître une personne issue d'une minorité sexuelle dans un groupe, a fait savoir Mme Vallée.

«Des personnes âgées craignent toujours d'être jugées dans leur communauté par leurs proches ou par les intervenants de leur milieu si elles choisissent de vivre leur orientation sexuelle au grand jour», a affirmé la ministre responsable des aînés, Francine Charbonneau.

Parmi les mesures prévues, citons d'ailleurs le soutien de projets destinés aux aînés, de même que l'élaboration de formation concernant la réalité des aînés LGBT.

Pour les milieux de travail, un guide sur la diversité en entreprise sera confectionné, a indiqué le ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais.

Des formations sont prévues pour le personnel des services publics, comme les policiers, les gardiens de prison, les professionnels des services de consultation téléphonique, de la sensibilisation des coroners aussi et des professionnels du milieu de la santé, etc.

En outre, pour la première fois, ce plan d'action a un volet international. Avec sa nouvelle politique internationale, le gouvernement a créé le poste d'émissaire «qui oeuvrera au rayonnement de l'expertise québécoise en matière de droits et libertés de la personne», a affirmé la ministre des Relations internationales, Christine St-Pierre.

Elle a indiqué que le Québec allait soutenir des projets pour aider les minorités sexuelles dans deux pays des Amériques, Haïti et Cuba.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer