Forte augmentation des fermes bio au Québec

La ruée va de pair avec des incitatifs... (Photo François Roy, La Presse)

Agrandir

La ruée va de pair avec des incitatifs financiers : le nouveau ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, Laurent Lessard, vient de prolonger jusqu'en 2022 le programme de transition en agriculture biologique qui donne un coup de pouce aux producteurs qui passent de l'agriculture conventionnelle au bio, une période de transition de trois ans.

Photo François Roy, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Alors qu'il était relativement stable depuis 2009, le nombre de fermes québécoises qui passent à l'agriculture biologique est en forte augmentation depuis deux ans.

Hausse impressionnante 

On avait l'impression que le bio stagnait au Québec, et c'était un peu vrai. Entre 2009 et 2013, il y avait plus ou moins 1000 fermes biologiques, avec environ le même nombre de nouveaux producteurs que d'abandons, chaque année. Depuis 2014, la balance est positive. Selon les derniers chiffres officiels, il y a 1250 fermes bios au Québec, mais environ 250 fermes sont en transition, ce qui soutiendra une croissance très forte pour quelques années. « Depuis la fin de 2015, nous avons reçu une hausse des demandes de 25 % à 30 %, c'est énorme », confirme Jorge Fontecilla, directeur général de l'organisme de certification Québec Vrai. 

Sirop et végétaux 

Cette croissance est menée par les acériculteurs qui font du sirop bio, les maraîchers et les producteurs de grandes cultures qui se convertissent à l'agriculture biologique, explique l'agronome Jean Duval, directeur du Centre d'expertise et de transfert en agriculture biologique et de proximité. « C'est un mouvement de masse », dit-il. Surtout que dans l'ensemble, le nombre de fermes au Québec diminue, note l'agronome. Malgré la hausse, le bio ne représente présentement que 4 % de la production agricole québécoise. Selon Jean Duval, on vient toutefois de franchir un seuil psychologique qui devrait aussi stimuler la croissance. 

Une culture rentable 

Il y a un nouvel intérêt pour la transition, notamment de fermes très grandes, parce que c'est payant, explique Denis La France, enseignant en agriculture biologique au cégep de Victoriaville. Selon lui, le bio s'est définitivement affranchi de son aura granola et les cultivateurs qui se présentent devant leur banquier sont maintenant pris au sérieux. « Au-delà du fait que le bio soit perçu comme rentable, il y a aussi que beaucoup d'agriculteurs en ont assez des pesticides, ajoute Denis La France. Ils veulent faire quelque chose de plus écologique. Le bio est aussi considéré comme un défi, donc plusieurs trouvent ça stimulant. »

Explosion de légumes 

Dans les légumes, le phénomène est complètement polarisé : on voit l'arrivée de petites fermes de proximité, explique Jean Duval, tout à fait dans le mouvement nord-américain des marchés publics. À l'autre bout du spectre, au Québec, la présence de Bonduelle, géant des légumes surgelés, fait une énorme différence pour l'agriculture biologique. L'entreprise a décidé de faire du Québec son principal fournisseur de légumes bios pour ses sacs de haricots, maïs, petits pois et tutti quanti. À noter aussi : la hausse de producteurs de légumes de serre qui obtiennent la certification. 

Le lait aussi 

La ruée vers le bio devrait aussi se faire dans le lait : il y a présentement 110 fermes qui font du lait bio, mais il devrait y en avoir le double en 2023. « C'est pour répondre à la demande des consommateurs », précise Linda Labrecque, présidente du Syndicat des producteurs de lait biologique. Selon elle, les producteurs laitiers dont les valeurs sont déjà proches de l'agriculture bio sont les premiers à faire le saut. Quant aux consommateurs, la croissance passe beaucoup par les jeunes familles, grandes consommatrices de lait, qui se tournent vers les produits biologiques. 

Plus d'étudiants 

La hausse d'intérêt se voit aussi sur les bancs d'école : au cégep de Victoriaville une soixantaine d'étudiants se sont inscrits au profil horticulture biologique l'année dernière. Il y en avait à peine une quinzaine il y a sept ou huit ans, se rappelle Denis La France. « Il s'agit beaucoup de jeunes néo-ruraux, dit-il. C'est une carrière attirante qui vient avec un engagement dans le sens de leurs valeurs. » Le Cégep va d'ailleurs construire un nouveau pavillon pour son Centre d'expertise et de transfert en agriculture biologique.

Incitatifs financiers 

La ruée va de pair avec des incitatifs financiers : le nouveau ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, Laurent Lessard, vient de prolonger jusqu'en 2022 le programme de transition en agriculture biologique qui donne un coup de pouce aux producteurs qui passent de l'agriculture conventionnelle au bio, une période de transition de trois ans. « Même si nous remarquons depuis quelques années une demande croissante des consommateurs pour les produits biologiques, la majorité de ceux qui sont offerts sur le marché québécois proviennent encore de l'extérieur de la province », a dit le ministre Lessard. Les agriculteurs ont aussi bénéficié de bonifications d'autres programmes de soutien au secteur.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer