Exclusif

 

Les Micmacs de la Gaspésie poursuivent Ottawa

Lorsque le port pétrolier de Belledune, au Nouveau-Brunswick, sera... (PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE)

Agrandir

Lorsque le port pétrolier de Belledune, au Nouveau-Brunswick, sera en service, jusqu'à 240 wagons-citernes chargés de pétrole traverseront chaque jour la Gaspésie, passant tout près de la communauté micmaque de Listuguj.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un nouveau front s'ouvre dans le combat des Premières Nations contre des projets de transport du pétrole. Les Micmacs de la Gaspésie intenteront aujourd'hui une poursuite contre le gouvernement fédéral, à qui ils reprochent d'avoir approuvé en catimini la construction d'un port pétrolier à Belledune, au Nouveau-Brunswick.

Les trois communautés micmaques québécoises qui composent le Secrétariat Mi'gmawei Mawiomi poursuivent déjà le gouvernement du Nouveau-Brunswick, qui a approuvé le projet en 2014. Ils ciblent maintenant Ottawa, qui refuse de lancer un nouvel examen en vertu de la Loi canadienne sur l'évaluation environnementale.

Dans la poursuite qui sera déposée en Cour fédérale aujourd'hui, que La Presse a obtenue, les Micmacs révèlent que l'autorité portuaire de Belledune, un organisme fédéral, a approuvé le projet controversé en octobre dernier. Mais cette décision leur a seulement été dévoilée le 20 juin, dans une lettre de la ministre de l'Environnement, Catherine McKenna.

Les Micmacs y voient la preuve qu'Ottawa a manqué à son devoir de les consulter, malgré des tentatives de leur part d'engager un dialogue.

«Il n'y a eu absolument aucun effort de la part du gouvernement du Canada de consulter ou d'accommoder les plaignants en lien avec le projet et ses effets potentiellement dévastateurs. [Il] a complètement échoué à répondre aux nombreuses préoccupations des demandeurs en lien avec le projet.» - Extrait du recours qui sera présenté par les Micmacs aujourd'hui

Le projet de Belledune, piloté par la société albertaine Chaleur Terminals, prévoit la construction d'une infrastructure de manutention et de stockage du pétrole. Le brut de l'Ouest canadien sera acheminé par rail à travers le Québec pour être exporté par bateau.

Jusqu'à 240 wagons-citernes

Lorsque le port sera en service, jusqu'à 240 wagons-citernes chargés de pétrole traverseront chaque jour la Gaspésie, passant tout près de la communauté micmaque de Listuguj. Les convois longeront et traverseront les rivières Matapédia et Ristigouche, un habitat essentiel au saumon.

Les plaignants craignent qu'un déraillement ou un déversement cause des dommages «irréparables» à leur mode de vie.

«Le projet présente une menace pour notre mode de vie, résume Tanya Barnaby, directrice par intérim du Secrétariat Mi'gmawei Mawiomi. Le saumon, l'eau, ce sont deux choses que vous ne pouvez pas séparer d'un Micmac. Si vous enlevez le saumon, est-ce qu'on continue d'exister en tant que Micmacs?»

Les Micmacs craignent par ailleurs le trafic maritime associé au projet. Une cinquantaine de pétroliers doivent accoster chaque année au port, chacun ayant une capacité de 250 000 à 650 000 barils. Un déversement dans la baie des Chaleurs pourrait dévaster un écosystème dont les autochtones dépendent pour leur subsistance, selon la requête.

Les Premières Nations contre les sociétés pétrolières

Les Premières Nations sont devenues un acteur majeur dans le débat sur les projets de transport pétrolier au Canada. Voici trois autres projets où leur opinion pèse lourd.

***

NORTHERN GATEWAY

Ce projet d'oléoduc de 7,9 milliards dans le nord de la Colombie-Britannique a obtenu l'aval du gouvernement Harper, mais son avenir est incertain. La Cour d'appel fédérale a invalidé le feu vert fédéral, le mois dernier, au motif qu'Ottawa n'avait pas adéquatement consulté les communautés autochtones.

ÉNERGIE EST

L'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador a récemment pris position contre ce mégaprojet de 16 milliards piloté par TransCanada. Les autochtones ont clairement laissé entrevoir des recours judiciaires pour bloquer le projet.

TRANSMOUNTAIN

Ce projet de pipeline de la société Kinder Morgan est moins connu au Québec, mais il suscite une vive opposition chez les Premières Nations en Colombie-Britannique. Certaines communautés ont déjà intenté un recours pour faire invalider l'évaluation du projet par l'Office national de l'énergie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer