Les moyens de pression des taxis monteront d'un cran

Les actions de visibilité « monteront d'un cran »,... (Photo Ryan Remiorz, La Presse Canadienne)

Agrandir

Les actions de visibilité « monteront d'un cran », a expliqué un porte-parole, tout en assurant que les services essentiels desservis par les taxis ne seront pas touchés.

Photo Ryan Remiorz, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Les chauffeurs et propriétaires de taxis et de limousines reprennent leur blocus à compter de mercredi, à Montréal. Ils maintiendront leurs moyens de pression durant toute la durée de la Commission parlementaire sur l'industrie du taxi qui commence jeudi, à moins qu'Uber ne cesse ses activités.

Les chauffeurs entendent bloquer plusieurs postes d'attente et deux artères importantes, mercredi, à Montréal. Le lendemain, ils manifesteront devant l'Assemblée nationale, à Québec, alors que débutera la Commission parlementaire. 

« On a demandé au premier ministre d'intervenir, qu'Uber cesse ses activités et on n'a pas eu de réponse, a expliqué Benoit Jugand, porte-parole du RTAM-Métallos qui représente plus de 4000 chauffeurs et propriétaires de taxi et limousines. On ne peut pas accepter qu'Uber aille se retrouver en Commission sur le même pied d'égalité que l'industrie du taxi. C'est carrément rire du monde ! »

Les actions de visibilité « monteront d'un cran », a expliqué le porte-parole, tout en assurant que les services essentiels desservis par les taxis - comme le transport adapté et les courses pour les hôpitaux - ne seront pas touchés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer