Un séjour d'horreur dans le Grand Nord mis en doute

Michael Cloutier affirme avoir vécu huit mois d'enfer,... (PHOTO PASCAL RATTHÉ, ARCHIVES LE SOLEIL)

Agrandir

Michael Cloutier affirme avoir vécu huit mois d'enfer, en 2010 et 2011, dans le village de Puvirnituq, dans le Grand Nord. Son témoignage est sérieusement mis en doute par plusieurs personnes consultées par La Presse et bien au fait du dossier.

PHOTO PASCAL RATTHÉ, ARCHIVES LE SOLEIL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Hachey

Le récit horrifiant d'un séjour dans le Nord d'un jeune entraîneur de hockey suscite la colère et l'incrédulité au Nunavik.

Le témoignage de Michael Cloutier, qui soutient avoir été poignardé en pleine nuit dans le Grand Nord, est sérieusement mis en doute par plusieurs personnes consultées par La Presse et bien au fait du dossier.

Michael Cloutier affirme avoir vécu huit mois d'enfer, en 2010 et 2011, dans le village de Puvirnituq. Le jeune homme, alors âgé de 18 ans, se serait notamment fait poignarder chez lui, à 4 h du matin, par un Inuit à la recherche d'alcool.

Un reportage publié lundi dans Le Soleil sous le titre « Séjour d'horreur dans le Nord » a été largement partagé sur les réseaux sociaux. On y rapporte que, « sans service hospitalier durant la fin de semaine », Michael Cloutier a été forcé de panser sa blessure lui-même, en communiquant par Skype avec une infirmière de Montréal.

« C'est un mensonge. On offre des services dans les sept municipalités situées sur la côte de la baie d'Hudson 24 heures par jour, sept jours par semaine », dit Jane Beaudoin, directrice générale du Centre de santé Innulitsivik, dont le siège est à Puvirnituq.

Joint par La Presse, Michael Cloutier a admis qu'il aurait pu communiquer avec une infirmière de garde à Puvirnituq. Mais il n'en a pas senti le besoin. « J'étais correct avec l'infirmière de Montréal et avec mon beau-père. Je me sentais en confiance. »

Le beau-père de M. Cloutier, Marien Grenier, est un médecin de famille à la retraite de L'Ancienne-Lorette. Il a été impossible de le joindre pour confirmer la version de son beau-fils.

Michael Cloutier s'est rendu à l'hôpital le lundi suivant, plus de 48 heures après l'agression. On lui a diagnostiqué une « dépression majeure », selon Michael Cloutier, ainsi qu'une « lacération superficielle de 9 centimètres », selon une source ayant consulté le rapport médical.

Selon nos sources, Michael Cloutier a refusé de montrer sa blessure aux personnes qui l'entouraient - même aux policiers chargés de l'enquête - sous prétexte qu'elle était infectée et que son beau-père lui avait conseillé de ne pas enlever son pansement.

Michael Cloutier n'avait jamais vu son agresseur et n'a pas été en mesure de l'identifier par la suite.

Michael Cloutier soutient aussi que, deux mois avant d'être poignardé, un Inuit en état d'ébriété lui a braqué une carabine en plein visage, le soir, sur le pas de sa porte. Il n'en a parlé à personne dans le village et a rapporté l'incident à la police deux mois plus tard. Dans ce cas non plus, l'agresseur n'a jamais été identifié.

Au Soleil, Michael Cloutier a décrit Puvirnituq comme un village violent, hors contrôle, où les jeunes frappent les enseignants à coups de chaise et s'agressent dans les vestiaires de hockey. « Je lis ça et ça me fait mal », se désespère Joé Juneau, qui a mis sur pied un programme de hockey destiné aux jeunes du Nunavik.

En 2010, Joé Juneau a donné un coup de main à Michael Cloutier pour qu'il obtienne un poste à Puvirnituq. Le rôle du jeune homme était d'aider à implanter le programme de hockey dans le village. En général, selon Joé Juneau, ça fonctionne plutôt bien. « En 10 ans, je n'ai jamais entendu une histoire pareille ! »

« Dans cet article, on essaie de faire croire que les jeunes de Puvirnituq sont une bande de criminels en devenir. C'est ridicule. Au contraire, ce sont des jeunes qui écoutent et qui travaillent. »

Au Soleil, Michael Cloutier a laissé entendre que les autorités de Puvirnituq avaient volontairement cessé de fournir son logement en eau potable. « Je ne sais pas où il a pris cette idée », rétorque le maire, Levi Amarualik. Il explique que le village manque parfois d'eau, fournie par camions, en raison du blizzard.

« Il y a des gens qui débarquent ici sans avoir la moindre idée où ils sont. Ils développent une mentalité de clients, vivent en ghetto et se prennent pour des victimes. Les plus paranoïaques, s'ils manquent d'eau, pensent qu'ils sont ciblés. Mais il y a des familles inuites qui manquent d'eau aussi, sur une base régulière ! », se désole une habitante de Puvirnituq.

Michael Cloutier, qui se décrit sur son compte Twitter comme un « survivant du Nord », affirme pour sa part vouloir éveiller les consciences. « J'en connais des victimes du Nord, et ces gens-là se sentent incompris. Les gens disent : ça ne se peut pas, c'est au Québec, ça n'existe pas, ces histoires-là. Ben oui, ça existe ! »

Deux cancers

Peu après son retour en catastrophe de Puvirnituq, Michael Cloutier soutient avoir été terrassé coup sur coup par deux cancers, d'abord à l'estomac puis à la moelle épinière.

Le jeune homme affirme avoir soigné les deux cancers comme il a soigné sa blessure à l'abdomen : en faisant appel à son beau-père. « On parle de cancer, c'est grave. Avec mon beau-père, je me sens en sécurité, il connaît son affaire. »

Il dit avoir été également traité par son médecin de famille de Québec, puis ajoute ne pas vouloir en dire davantage à ce sujet « par respect pour [sa] famille ».

Les dernières années ont été éprouvantes, explique-t-il. 

« La semaine où j'ai été poignardé, j'avais des idées suicidaires. Je suis tombé en mode survie. Je me suis dit : il faut que je vive. Quand je suis revenu à Québec, j'ai rechuté assez profondément », relate M. Cloutier.

Le premier cancer se serait manifesté cinq mois après son retour de Puvirnituq, en novembre 2011. Le jeune homme dit être en rémission complète depuis le mois de mai 2015.

Dans un tweet diffusé le 7 novembre 2012, Michael Cloutier écrit : « Je viens de recevoir l'appel de Jean Charest pour me soutenir et me voir bientôt. Ça fait ma journée ! »

Interrogé à ce sujet, Michael Cloutier maintient avoir reçu l'appel de l'ancien premier ministre : « Il m'a soutenu comme moi je l'ai soutenu quand il a perdu ses élections. »

« On a tout épluché, on a retracé les éléments d'agenda du mois de novembre 2012 et on n'a pas d'indication que cet appel a eu lieu », souligne l'adjoint de Jean Charest, Grégory Larocque, ajoutant qu'il est néanmoins possible que M. Charest ait fait l'appel sans en avoir conservé de traces.

Après nous avoir accordé une entrevue, Michael Cloutier est revenu sur sa décision. Il ne voulait plus collaborer avec La Presse. « Ne perds pas ton temps, j'ai fait mon choix de médias », nous a-t-il écrit dans un courriel.

De son côté, Joé Juneau garde un goût amer du témoignage de Michael Cloutier, dont il craint l'impact dévastateur pour les relations, déjà fragiles, entre le Nord et le Sud. « Il y a tellement d'ignorance des questions autochtones qu'une grande proportion des lecteurs vont y croire. C'est frustrant, parce que ce n'est pas du tout la réalité. J'ai passé une partie de ma vie à travailler à une meilleure compréhension entre les peuples... On n'a vraiment pas besoin de ça. »

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • Séjour d'horreur dans le Nord

    Société

    Séjour d'horreur dans le Nord

    À 18 ans, il s'est fait poignarder et pointer un fusil sur la tête. La violence qui l'entourait au quotidien était pratiquement devenue banale.... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer