Le nouveau procès de Mohamed Fahmy doit s'amorcer jeudi

Mohamed Fahmy, qui avait la double citoyenneté canado-égyptienne,... (Photo Hamada Elrasam, Archives AP)

Agrandir

Mohamed Fahmy, qui avait la double citoyenneté canado-égyptienne, a renoncé à sa citoyenneté égyptienne dans l'espoir de pouvoir être libéré en vertu de cette même loi.

Photo Hamada Elrasam, Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Diana Mehta
La Presse Canadienne

Mohamed Fahmy se préparait à retourner devant le tribunal du Caire où son nouveau procès doit s'amorcer jeudi.

Une avocate pour le journaliste canado-égyptien, qui est détenu depuis plus d'un an sous des accusations reliées au terrorisme, doit réclamer la déportation au Canada de l'homme de 40 ans.

Marwa Omara, fiancée de M. Fahmy, a affirmé à La Presse Canadienne que la déportation était «le meilleur espoir», ou plutôt «le seul espoir», ajoutant qu'une intervention de haut niveau du Canada pourrait aider. Elle a soutenu que si Stephen Harper était prêt à «lui-même intervenir» et appeler l'Égypte à relâcher M. Fahmy, il y aurait «encore de l'espoir».

Le porte-parole du premier ministre, Jason MacDonald, avait indiqué mardi que M. Harper avait communiqué avec le président égyptien pour discuter du cas de Mohamed Fahmy. Il a expressément refusé de dévoiler les modalités ou la tournure de la conversation. La famille estime que le gouvernement du Canada n'en a pas fait «suffisamment» et l'a «laissée tomber».

M. Fahmy et ses deux collègues - l'Australien Peter Greste et l'Égyptien Baher Mohamed - ont été arrêtés alors qu'ils travaillaient pour le réseau d'information par satellite Al Jazeera en anglais en décembre 2013. Leur procès, largement critiqué à l'international, a mené au prononcé d'une peine de sept ans pour MM. Fahmy et Greste, et de dix ans pour Baher Mohamed.

Un appel en janvier a entraîné l'annonce d'un nouveau procès, mais aucune date n'avait été divulguée, et la famille de M. Fahmy espérait que des efforts diplomatiques mèneraient à sa libération avant un retour devant le tribunal.

M. Greste a été libéré dimanche dernier grâce à une nouvelle loi permettant au président égyptien Abdel Fattah al-Sissi de déporter des étrangers reconnus coupables ou accusés de crimes.

M. Fahmy, qui avait la double citoyenneté canado-égyptienne, a renoncé à sa citoyenneté égyptienne dans l'espoir de pouvoir être libéré en vertu de cette même loi.

La directrice générale d'Amnistie internationale pour le Canada francophone, Béatrice Vaugrante, a dit fonder peu d'espoir dans ce nouveau procès. «Clairement, vu les défauts du premier procès, on a peu d'espoir que le second soit juste et équitable. De toute façon, pour nous, ces gens ont été emprisonnés tout simplement pour leur liberté d'expression en tant que journaliste», a exposé Mme Vaugrante.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer