Alain Morin, Shawinigan

Alain Morin, 72 ans, Shawinigan... (Photo Olivier PontBriand, La Presse)

Agrandir

Alain Morin, 72 ans, Shawinigan

Photo Olivier PontBriand, La Presse

Les Québécois éliront un nouveau gouvernement le 1er octobre prochain. D'ici là, La Presse a voulu sonder l'état d'esprit des électeurs. Nos journalistes et nos photographes ont été à leur rencontre dans 100 villes différentes dans toutes les régions du Québec. Découvrez ce que les électeurs ont à dire.

QU'EST-CE QUI VOUS PRÉOCCUPE EN CE MOMENT ?

Il y a une nouvelle exposition à la Cité de l'Énergie, Planète énergie, tout est neuf et j'aimerais bien y travailler. Mais je dois apprendre toute cette nouvelle matière. Je trouve ça complexe et rendu à un certain âge, le disque est plus dur et ça me préoccupe. Je vais travailler fort.

QUELLE EST LA DERNIÈRE CHOSE QUI VOUS A MIS DE BONNE HUMEUR ?

On était en formation avant l'ouverture de la saison et un de mes collègues ne donnait jamais la bonne réponse. C'est comme s'il avait tout oublié durant l'hiver. Ça nous a fait bien rire.

QUELLE EST LA DERNIÈRE CHOSE QUI VOUS A MIS EN COLÈRE ?

Le 12 juin, un type en Floride a tué ses deux enfants et les deux autres de sa compagne, âgés de 1 à 11 ans, avant de se suicider. Ça m'arrive rarement, mais j'ai lancé un sacre dans l'auto, parce que j'ai des petits-enfants de ces âges-là. Je me disais : « Ça ne se peut pas ! »

QUELLE EST LA DERNIÈRE PERSONNALITÉ PUBLIQUE DONT LA MORT VOUS A ÉMU ?

La mort de Jean Lapierre m'a surpris. J'aimais beaucoup ses interventions sur la politique.

SI VOUS POUVIEZ ET VOULIEZ VIVRE DANS UNE AUTRE VILLE DU QUÉBEC, LAQUELLE SERAIT-CE, ET POURQUOI ?

Québec, parce que mon garçon demeure là et qu'il y a beaucoup de musées.

SI VOUS POUVIEZ CHANGER UNE SEULE CHOSE DANS VOTRE CIRCONSCRIPTION, QU'EST-CE QUE CE SERAIT ?

Lors de la refonte de la carte électorale, ils ont fusionné les circonscriptions de Laviolette et de Saint-Maurice. Je ramènerais ça comme c'était avant. C'était mieux divisé et on avait de bons candidats.

SI VOUS POUVIEZ CHANGER UNE SEULE CHOSE AU QUÉBEC, QU'EST-CE QUE CE SERAIT ?

Il faut améliorer le système de santé. Ce n'est pas parce qu'il n'y a pas d'argent, c'est juste le vouloir. Il faut motiver les gens qui sont en place, qui nous dirigent, pour qu'ils amènent réellement le changement.

QUEL EST LE DERNIER CONTENU QUE VOUS AVEZ PARTAGÉ SUR FACEBOOK ?

Je ne suis pas sur Facebook.

OÙ VOUS VOYEZ-VOUS DANS CINQ ANS ?

Oh ! Dans cinq ans ? Je voudrais arrêter le travail, mais m'impliquer dans le bénévolat auprès de gens dans le besoin.

QU'EST-CE QUE C'EST, POUR VOUS, ÊTRE QUÉBÉCOIS ?

C'est d'être fier du Québec, d'être fier d'où on est rendu. On a fait de grands pas et il faut continuer d'en faire. Le Québec est une belle province, on est bien et on doit continuer d'avancer.

FAITES UN VOEU...

Ce serait que tout le monde qui m'entoure vive bien et en santé. J'ai une femme, un garçon et deux petits-enfants.

QUE FERIEZ-VOUS SI VOUS GAGNIEZ UNE SOMME IMPORTANTE ?

J'arrêterais de travailler pour donner la chance à d'autres qui veulent réellement travailler d'avoir mon poste. Je partagerais l'argent avec ma famille. Ce serait une façon pour moi de voir à leur bien-être.

DANS VOTRE VIE, CES CINQ OBJETS SONT-ILS POSITIFS OU NÉGATIFS ?

Téléphone

Positif.

Ordinateur

Positif.

Carte de crédit

Ça peut être négatif.

Télévision

Positif.

Bouteille de bière ou de vin

Positif.

VOUS DEVENEZ PREMIER MINISTRE DEMAIN. QUELLE EST LA PREMIÈRE PHRASE DE VOTRE PREMIER DISCOURS ?

Quand le premier ministre Robert Bourassa a lancé le projet de la Baie-James, il a dit : « Il ne sera pas dit que nous vivrons pauvrement sur une terre aussi riche. » Je reprendrais la même phrase. Le Québec est riche, il a plein de ressources, il s'agit de les exploiter comme il le faut. On oublie trop souvent qu'on a une terre si riche.

Si un chef de parti croisait votre chemin pendant la campagne électorale, de quelle préoccupation aimeriez-vous lui parler? Préserver votre emploi, acquérir une propriété, refaire une route dangereuse? Dites-nous ce qui vous préoccupe, et pourquoi, en 250 mots, en écrivant à centvilles@lapresse.ca en prenant soin de préciser votre nom, votre âge, ce que vous faites et la municipalité dans laquelle vous vivez. Nous publierons un certain nombre de messages pendant la campagne électorale, en septembre.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

la boite:4372315:box
la boite:219:box
image title
Fermer