(Drumheller, Alberta) La jeune femme gratouille patiemment un métatarse d’hadrosaure, un os de près de 30 cm de long. Tout en travaillant, elle répond aux questions des visiteurs, petits et grands, qui sont fascinés par tout le travail que doivent accomplir les techniciens pour nettoyer les os de dinosaures.

Marie Tison Marie Tison
La Presse

Le Laboratoire de préparation est une des sections les plus populaires du Royal Tyrrell Museum, situé à Drumheller, dans le sud-est albertain, à un peu moins de deux heures de route du Dinosaur Provincial Park. Le déplacement en vaut la peine : ce n’est pas tous les jours qu’on a la chance de voir des paléontologues en action.

PHOTO MARIE TISON, LA PRESSE

La technicienne Chantal Delage explique les étapes de préparation des fossiles au Royal Tyrrell Museum. 

Le Royal Tyrrell Museum est le seul musée canadien voué exclusivement à la paléontologie. Il présente des spécimens de toutes les époques préhistoriques, depuis les étranges créatures aquatiques d’il y a 505 millions d’années découvertes dans les schistes argileux de Burgess (reproduites à 12 fois leur taille) jusqu’aux mammouths d’il y a 12 000 ans. C’était hier !

Entre les deux, il y a des stégosaures, des plésiosaures, des tyrannosaures, des tricératops…

PHOTO FOURNIE PAR LE ROYAL TYRRELL MUSEUM

Le célèbre Black Beauty : un fossile de tyrannosaure découvert par deux adolescents partis à la pêche, exposé au Royal Tyrrell Museum

Les squelettes sont souvent montés avec des os moulés, mais on utilise parfois des fossiles originaux. Ces fossiles sont très lourds et il serait difficile de monter tout un squelette avec de telles pièces. Sur des panneaux explicatifs (en anglais uniquement, malheureusement), le musée prend soin d’expliquer aux visiteurs comment différencier les fossiles des os moulés (les fossiles sont souvent plus foncés).

Le musée compte d’autres sections intéressantes, comme un véritable jardin du crétacé (ce qui permet de voir ce à quoi ressemblait le Dinosaur Provincial Park il y a 75 millions d’années) et une salle intitulée « Un jour au boulot ». On y raconte comment de simples mineurs, des travailleurs pétroliers ou des travailleurs de la voirie sont tombés sur des fossiles inestimables en faisant des excavations. Un très chouette nodosaure (une énorme bête couverte d’une sorte d’armure en forme de plaques), découvert par un travailleur minier en 2011, trône au beau milieu de la salle.

Le musée offre un programme de conférences et de séances de fouilles et de moulage de fossile. Les visiteurs qui ont besoin de s’oxygéner peuvent également parcourir à l’extérieur du musée un sentier d’interprétation d’environ 1 km de long, avec des panneaux explicatifs. C’est comme un Dinosaur Provincial Park en miniature, hoodoos compris.

> Consultez le site du Royal Tyrrell Museum (en anglais)