Les touristes qui s’aventurent dans les quartiers à l’est de la Don River, dans la Ville Reine, sont rares. Même les Torontois de l’Ouest et du centre-ville dépassent rarement cette frontière psychologique. Il y a pourtant un nombre grandissant de découvertes à y faire.

Ève Dumas Ève Dumas
La Presse

Presque une ville en soi

N’oublions pas que Toronto est une très grande agglomération. Plus grande que Montréal, avec près de 6 millions d’habitants dans le Greater Toronto Area (GTA). L’East-End est presque une ville en soi.

D’ailleurs, pendant longtemps, Toronto s’arrêtait à la rivière Don. Au XIXe siècle, les riches sols de cette région autrefois peuplée par les nations wendate, haudenosaunee (iroquoiens) et anichinabée (algonquiens) étaient utilisés pour faire pousser des légumes et des fleurs. C’était le garde-manger de la Ville Reine.

PHOTO GETTY IMAGES

Le quartier Leslieville, à Toronto

Puis il y a eu le boom industriel. « Le chemin de fer était relié au port de Montréal, ce qui permettait d’importer et d’exporter beaucoup de marchandises à partir de cet emplacement stratégique », explique Camille Bégin, historienne employée par Heritage Toronto.

Lorsque le transport routier a pris le dessus, dans les années 50 et 60, plusieurs de ces grandes usines ont déménagé pour se rapprocher des autoroutes. Elles ont connu une deuxième vie à partir des années 80 et 90, quand des entrepreneurs les ont rachetées puis divisées en unités plus petites pour en faire des bureaux, des studios d’artistes, etc.

Aujourd’hui, il semble faire très bon vivre dans des quartiers comme Riverside et Leslieville. Et il fait également très bon « faire semblant » d’y vivre, en fréquentant les cafés, les boutiques, les plages et les édifices patrimoniaux, entre autres. Suivez-nous !

Visite guidée historique

IMAGE D’ARCHIVES TIRÉE DU SITE D’HERITAGE TORONTO

L’usine torontoise de la Woods Manufacturing Company, avenue Logan, en 1919.

Qu’ont en commun la gomme Wrigley, le dentifrice Colgate et le savon Palmolive ? À une époque, ils étaient tous produits dans l’une des grandes usines de l’avenue Carlaw. Aujourd’hui, ces immeubles industriels abritent des bureaux, de nombreux centres de conditionnement physique, des condos, des cafés, etc.

Nos recherches sur l’histoire des quartiers de l’est de Toronto nous ont permis d’aboutir sur un petit joyau de l’organisme Heritage Toronto : une très instructive visite guidée virtuelle du secteur Dundas-Carlaw. On la suit avec son téléphone cellulaire pour guide. « Notre but était de produire une visite où on transmettait des informations historiques de manière originale et ludique », explique Camille Bégin, responsable des plaques et des programmes éducatifs à Heritage Toronto.

C’est réussi. Entre les renseignements de nature plus factuelle, on intercale des témoignages, des photos et vidéos d’archives, des suggestions de choses à faire dans le coin, des faits cocasses, etc. Le contenu étant tout de même considérable, on vous suggère de consulter le site avant de faire la visite.

Consultez le site d’Heritage Toronto (en anglais) : https://www.exploredundascarlaw.heritagetoronto.org/index.html

Sur les traces de Drake et de Rihanna

À l’angle de l’avenue Carlaw et de la rue Gerrard Est se trouve The Real Jerk, un restaurant caribéen qui fait partie du paysage torontois depuis trois décennies, avec quelques changements d’adresse au fil du temps. Il y a d’ailleurs une deuxième succursale dans le quartier The Beaches. Le poulet jerk et les rotis de Lily Pottinger font courir les foules.

PHOTO TIRÉE DU SITE THEREALJERK.COM

La salle à manger de la succursale du Real Jerk de la rue Gerrard, où Rihanna et Drake ont tourné le vidéoclip de la chanson Work.

Mais ce qui a véritablement attiré l’attention internationale sur cette institution torontoise, c’est l’apparition de la colorée devanture du Real Jerk dans l’une des deux versions du vidéoclip Work de Rihanna, mettant en vedette le rappeur Drake. Pour l’occasion, le restaurant est transformé en boîte de nuit où la danse est lascive à souhait.

Consultez le site de The Real Jerk (en anglais) : http://www.therealjerk.com/index.html

Virée culinaire

PHOTO ÈVE DUMAS, LA PRESSE

Les pains de la St. John’s Bakery nourrissent la communauté.

Une visite guidée de Culinary Adventure Co., c’est beaucoup plus qu’une virée gourmande. Certes, le propriétaire Kevin Durkee nous a fait découvrir le quartier par le ventre, mais aussi par son histoire. Sa visite de Riverside et de Leslieville a été bâtie autour de petits commerces qui sont là depuis longtemps déjà. On s’arrête d’abord à la St. John’s Bakery, qui déborde de beaux pains et de délicieux scones et biscuits. C’est une entreprise sociale à but non lucratif, qui est attachée à la mission St. John voisine. Plusieurs grandes tables torontoises utilisent le pain au levain de cette petite boulangerie du quartier Riverside.

Consultez le site du Culinary Adventure Co. (en anglais) : https://www.culinaryadventureco.com/tour/riverside-leslieville-food-tour

PHOTO ÈVE DUMAS, LA PRESSE

Meagan Thibeault prépare un café fraîchement torréfié au Merchants of Green Coffee.

Prochain arrêt : café. C’est dans une ancienne usine de la famille Shirriff (marmelades) que s’est installée l’entreprise Merchants of Green Coffee. Spécialisés dans l’importation de café vert, les marchands ont aujourd’hui une marque de café on ne peut plus éthique (Solar), une école de café et le Restoration Cafe pour tout mettre en pratique. Il faut aimer un café au profil plutôt classique, très torréfié, pour apprécier celui-ci.

PHOTO ÈVE DUMAS, LA PRESSE

Une assiette de mezzé chez Tabulé

En nous rendant à notre prochaine destination, l’excellent restaurant de cuisine orientale Tabulé, nous passons devant l’ancien emplacement du Hamilton Tire and Garage, acheté en 1922 par les frères J.W. and A.J. Billes et rebaptisé en 1927… Canadian Tire.

Butchers of Distinction propose des viandes provenant exclusivement de l’Ontario. Vous n’êtes peut-être pas équipé pour cuisiner un steak, pendant votre séjour ? Ça tombe bien ! Le chic commerce propose également de superbes salades, sandwichs, chaussons et autres mets prêts à manger.

PHOTO ÈVE DUMAS, LA PRESSE

Gelato au chocolat et sorbet aux fraises, 
chez Ed’s Real Ice Cream

On termine la virée chez Ed’s Real Scoop, dont la première succursale, dans le quartier des plages plus à l’est encore, The Beaches, a vu le jour en 2000. À l’adresse de la rue Queen Est, on déguste d’excellentes crèmes glacées et du gelato aux parfums classiques. Les sorbets goûtent le fruit pur.

Adresses hors virée

Il y a tant d’adresses gourmandes intéressantes dans Riverside et Leslieville qu’on s’en voudrait de ne pas vous en suggérer d’autres !

Ruby Watchco est le restaurant de la chef vedette Lynn Crawford. Le menu change tous les soirs. Il est servi dans un style familial, à partager par toute la table. La cuisine est gourmande et délicieuse, mais c’est le service incroyablement chaleureux qui nous a charmée, ici.

On est dans un autre registre chez Reliable Fish & Chips, qui dessert le quartier depuis 1930. Le commerce a nourri les travailleurs de la Reliable Toy Company pendant des décennies. On y fait encore la file à ce jour.

Si la deep dish vous parle, il faut se gâter à la Descendant Detroit Style Pizza, quelques rues plus à l’est, rue Queen. Optez pour une classique au pepperoni ou pour la Jaffna srilankaise, avec une bière de microbrasserie ontarienne !

Pour une petite douceur qui sort vraiment de l’ordinaire, on se rend jusqu’à Wong’s Ice Cream, dans East Chinatown (rue Gerrard, près de Broadview). Ici, les glaces sont au bonbon White Rabbit, au miso et aux nouilles ramen croquantes, à la mangue et au riz collant, etc. Rassurez-vous, c’est moins étrange au goût qu’à l’écrit !

Consultez le site du Ruby Watchco (en anglais) : http://rubywatchco.ca/

Consultez la page Facebook du Reliable Fish & Chips (en anglais) : https://www.facebook.com/pages/Reliable-Fish-Chips/120766187978395

Consultez le site du Descendant Detroit Style Pizza (en anglais) : http://descendantdsp.com/

Consultez le site de Wong’s Ice Cream (en anglais) : http://wongsicecream.com/

PHOTO ÈVE DUMAS, LA PRESSE

Arts Market, caverne d’Ali Baba d’artisanat local, a deux adresses 
à un kilomètre l’une de l’autre.

Découvrir d’autres commerces indépendants

La rue Queen Est est jalonnée d’attirantes boutiques pour absolument tous les goûts. Common Sort propose une sélection de vêtements et d’accessoires vintage. Arts Market, caverne d’Ali Baba d’artisanat local, a deux adresses à un kilomètre l’une de l’autre. Vous vous mariez ? Sash & Bustle est une des boutiques les plus féeriques du genre. Some of the Parts est un adorable petit commerce tenu par une maniaque du design ludique.

Consultez le site du Common Sort (en anglais) : https://commonsort.com/

Consultez le site de Sash & Bustle (en anglais) : http://www.sashandbustle.com/

Consultez le site de l’Arts Market (en anglais) : https://www.artsmarket.ca/

Consultez le site de Some of the Parts (en anglais) : https://someoftheparts.ca/

PHOTO FOURNIE PAR L’HÔTEL

Le décor très réussi du Broadview Hotel mélange toutes les époques de cet immeuble de style néo-roman, datant de 1891.

Loger au Broadview

Le Broadview est bien plus qu’un magnifique hôtel boutique. C’est un lieu où les gens du quartier et les visiteurs peuvent prendre un verre et manger, que ce soit au cossu Civic, au bistro moderne ouvert sur le hall ou au très couru bar sur le toit. Si la cuisine est acceptable, les cocktails et autres boissons sont un peu décevants. Le principal attrait du Broadview, c’est le décor très réussi qui mélange toutes les époques de cet immeuble de style néo-roman, datant de 1891. Il a connu plusieurs incarnations au fil du temps : banque, club social, hôtel, bar de danseuses et maison de chambres.

Consultez le site du Broadview Hotel (en anglais) : https://www.thebroadviewhotel.ca/

Autres suggestions

Aller aux puces

Nous n’avons jamais réussi à chiner dans l’un des marchés aux puces du Leslieville Flea, mais ça semble prometteur. Ils se déroulent dans plusieurs lieux de l’est de la ville, quelques samedis et dimanches pendant l’été et l’automne. Mieux vaut consulter l’horaire.

Consultez le site du Leslieville Flea (en anglais) : https://leslievilleflea.com/markets

PHOTO GETTY IMAGES

Le quartier The Beaches, à Toronto

Aller à la plage

Les Beaches et leur longue promenade sont un avantage considérable pour les résidants de l’Est. Certaines plages sont infernales (éviter Woodbine), parce que trop populaires. D’autres sont paisibles et fréquentées par les gens du coin, comme Kew Balmy Beach, à côté d’un autre point d’intérêt, le parc Kew Gardens.

PHOTO TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK DE GODSPEED BREWERY

Godspeed brasse des bières inspirées 
par le Japon.

Faire le tour des microbrasseries du quartier

Luc Lafontaine, ancien brasseur chez Dieu du ciel !, a ouvert la brasserie à caractère japonais Godspeed, dans le quartier Little India (rue Gerrard, à 2 km à l’est de Carlaw). Un peu plus au nord, on trouve Leftfield Brewery, dont un des attraits est de se trouver à 39 m de l’atelier de torréfaction Pilot Coffee Roasters ! Rorschach, Radical Road, Black Lab et Saulter Street, entre autres, ont également poussé dans les années récentes.