Tout au long de l’été, La Presse vous propose des activités d’une journée inspirées par les éléments.

Marie Tison
Marie Tison La Presse

Faire du kayak dans le canal de Lachine ? L’idée est intrigante. On pourrait craindre une navigation tristounette entre deux murs de béton. Or, ce n’est pas le cas.

Il y a des brins de nature qui apparaissent ici ou là : sur une berge herbeuse, des bernaches veillent jalousement sur deux gros oisons bien duveteux. Un peu plus loin, sur l’eau, une cane colvert se déplace suivie d’une bonne dizaine de canetons. Plus tard, un carouge à épaulettes lance un trille bien senti à partir d’un bosquet d’herbes hautes.

L’environnement est toutefois essentiellement urbain, pour ne pas dire post-industriel, dans ce bout du canal coincé entre Griffintown, Verdun et Saint-Henri, à quelques pas du marché Atwater.

Pour qui aime cette architecture, ces anciens bâtiments industriels qui connaissent une nouvelle vie, ou qui auraient bien besoin d’un peu d’amour, la balade est fascinante.

Depuis l’eau du canal, la perspective est très belle, aérée. Au loin, on peut voir les gratte-ciels du centre-ville, le mont Royal.

Près de l’écluse Côte-Saint-Paul, on a une vue en contre-plongée sur la fameuse petite maison rose, avec ses volets verts et ses bacs à fleurs, perchée tout en haut de l’usine désaffectée de la Canada Malting.

Il y a bien quelques éléments irritants, comme des déchets dans l’eau (un masque contre la COVID-19, quelqu’un ?). Mieux vaut se concentrer sur cette expérience inhabituelle : faire du kayak en pleine ville.

Pour tous les goûts, vraiment

  • Les gens du Centre nautique du canal de Lachine (H2O Adventures) donnent un coup de mains aux clients lors de l’embarquement, une étape délicate.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Les gens du Centre nautique du canal de Lachine (H2O Adventures) donnent un coup de mains aux clients lors de l’embarquement, une étape délicate.

  • Il y a quelques endroits un peu plus sauvages sur le bord du canal. Des carouges à épaulettes ont élu domicile dans ces hautes herbes.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Il y a quelques endroits un peu plus sauvages sur le bord du canal. Des carouges à épaulettes ont élu domicile dans ces hautes herbes.

  • Le canal offre de belles perspectives. On a ici une vue sur le marché Atwater et, en arrière-plan, les édifices du centre-ville.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Le canal offre de belles perspectives. On a ici une vue sur le marché Atwater et, en arrière-plan, les édifices du centre-ville.

  • Il y a de très beaux secteurs le long du canal de Lachine. Et il y a de drôles d’oiseaux sur les eaux du canal.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Il y a de très beaux secteurs le long du canal de Lachine. Et il y a de drôles d’oiseaux sur les eaux du canal.

  • L’écluse de Côte-Saint-Paul, le point final de la balade. Il faut maintenant revenir au Centre nautique du canal de Lachine. Tranquillement. Très tranquillement.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    L’écluse de Côte-Saint-Paul, le point final de la balade. Il faut maintenant revenir au Centre nautique du canal de Lachine. Tranquillement. Très tranquillement.

  • Une famille de bernaches se prélasse sur la berge du canal de Lachine.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Une famille de bernaches se prélasse sur la berge du canal de Lachine.

  • Ce n’est pas souvent qu’un train nous passe sur la tête alors qu’on fait du kayak.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Ce n’est pas souvent qu’un train nous passe sur la tête alors qu’on fait du kayak.

1/7
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cela fait des années que le Centre nautique du canal de Lachine (Aventures H2O) loue des embarcations. Il a accumulé une flotte particulièrement diversifiée : des bateaux électriques, des pédalos en forme de cygne (ou en forme de pédalo) et différentes catégories de kayaks, afin de répondre aux besoins des kayakistes aguerris et des kayakistes en devenir.

Il est préférable de réserver. Avec la pandémie, les Montréalais ont découvert le plein air et le canal de Lachine est devenu une destination prisée. Les kayaks et les autres embarcations partent comme des petits pains chauds.

Au départ, sur le quai situé en face de la cabane du Centre nautique, les employés se font un plaisir de donner quelques instructions. Pour les débutants, il est toutefois souhaitable de suivre une petite formation de deux heures, donnée sur place les mercredis en fin d’après-midi et les dimanches en matinée. Il faut toutefois s’inscrire d’avance.

La section du canal accessible aux embarcations du Centre nautique se situe entre les écluses Saint-Gabriel et Côte-Saint-Paul. On peut y effectuer un circuit de 6 km, ce qui peut prendre une heure trente, un peu plus si on prend vraiment son temps. Si on a la chance d’observer un grand héron, par exemple, ou un couple de huards.

Le Centre nautique offre des sorties guidées qui permettent de franchir l’écluse Saint-Gabriel et d’explorer le bassin Peel.

Qu’il s’agisse d’une sortie autonome ou d’une sortie guidée, une petite navigation sur le canal de Lachine se marie parfaitement bien à une balade en vélo sur la piste cyclable qui longe le canal. Le tout peut se terminer avec une crème glacée au marché Atwater.

En bref

Quoi : sortie en kayak ou en pédalo sur le canal de Lachine

Où : Centre nautique du canal de Lachine, 2727 B, rue Saint-Patrick

Pour : toute la famille. Avec des enfants, on peut louer un pédalo ou un petit bateau électrique.

Combien : kayak simple : 20 $/h, pédalo en forme de cygne : 30 $/h, bateau électrique à cinq places : 40 $/h, formation de deux heures : 60 $, sortie guidée dans le bassin Peel : 75 $

Quand : du lundi au vendredi, de 12 h à 20 h, samedi et dimanche, de 10 h à 20 h.

Consultez le site d’Aventures H2O