Au cœur du Parc Safari, à 250 m de l’enclos des lions, se dresse une douzaine de minimaisons colorées. Objectif : offrir aux amateurs une expérience inusitée, bonifiée, immersive et surtout éducative, dans le temps et la durée. La Presse l’a testée.

Silvia Galipeau
Silvia Galipeau La Presse
David Boily
David Boily La Presse

Confirmons-le d’emblée : le concept est franchement bienvenu. Qui a le temps, en une maigre journée, de tout voir, tout faire, de la tournée des animaux aux jeux d’eau (ouverts à partir de la fin de juin seulement), avec des enfants de surcroît ?

Nul besoin ici de se presser : le forfait « Coolbox » (du nom desdites minimaisons) permet d’étirer le plaisir sur deux journées. Avec, en prime, des activités en soirée : une animation immersive avec les oiseaux de proie, une marche au crépuscule pour découvrir la vie nocturne des animaux et, le clou du séjour, un déjeuner avec les lions le lendemain matin, avant l’ouverture officielle du parc. Explications et anecdotes de toutes sortes, en sus.

Des attentes élevées

Le communiqué de presse annonçant ce nouveau forfait n’y va pas de main morte, et parle carrément d’une « nuitée avec les lions » dans « des minimaisons d’où vous entendrez le rugissement des lions ! ». Disons que les attentes, chez nous, étaient assez élevées. Il faut dire que nous avons de grandes amatrices d’animaux en général, et de lions en particulier. Merci, Disney...

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Une « nuitée avec les lions », vous dites ? Les attentes, chez nous, étaient assez élevées, merci.

Arrivés en fin d’après-midi vendredi dernier (pour la réouverture de la saison), avec notre petite famille (pour nos trois filles de 9, 16 et 18 ans, la passion des lions n’a pas d’âge !), nous avons commencé par faire le tour des fameux minichalets, pour y poser nos pénates.

À quelques mètres du stationnement (apprécié, car nous ne voyageons pas léger, armés de notre eau, de notre nourriture, mais surtout des draps, serviettes et sacs de couchage, COVID-19 oblige), les chalets nous ont franchement séduits : avec leur look industriel (on dirait presque des conteneurs), ils sont minuscules, mais hyper fonctionnels : munis de lits superposés, ils peuvent coucher jusqu’à huit personnes, selon le format sélectionné.

  • Une douzaine de Coolbox colorées permettent aux visiteurs de dormir sur le site du Parc Safari.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Une douzaine de Coolbox colorées permettent aux visiteurs de dormir sur le site du Parc Safari.

  • Les Coolbox peuvent loger jusqu’à huit personnes en tout confort, sur des lits superposés.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Les Coolbox peuvent loger jusqu’à huit personnes en tout confort, sur des lits superposés.

  • Le souci du détail est manifeste : ici un crochet, là une étagère, bien pensés et toujours bien placés.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Le souci du détail est manifeste : ici un crochet, là une étagère, bien pensés et toujours bien placés.

1/3
  •  
  •  
  •  

S’ils ne contiennent officiellement que le « strict minimum », celui-ci inclut ici un ensemble à fondue, des verres à vin, des couteaux de cuisine et même une machine à café. Du camping de luxe, quoi, chic à souhait, luminaires et chaises stylées compris, avec toilette et (mini) douche (hautement prisée par cette chaleur précoce), et surtout... la climatisation !

Croisé en arrivant, le propriétaire du parc, Jean-Pierre Ranger, en a rajouté : « Vous voulez savoir si vous allez entendre les lions ? Moi, j’y mettrais un 2 $ », nous a-t-il lancé, assez confiant, souriant.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Jean-Pierre Ranger, propriétaire du Parc Safari

J’habite sur le site, à un kilomètre, et il m’arrive tous les jours d’entendre les lions rugir. Ils ont une routine : un premier se met à chanter, puis un deuxième, troisième, quatrième, après les loups embarquent, c’est comme une sérénade !

Jean-Pierre Ranger, propriétaire du Parc Safari

Puis de préciser : « S’il y a du bruit dans la Coolbox, c’est évident que le son ne passera pas. Mais il n’y a pas que les lions dans l’expérience ! »

En effet : la soirée commence plutôt par une animation d’oiseaux de proie. Lors de notre passage, soir de « première » en quelque sorte, ils nous en ont aussi mis plein la vue. Au son d’une musique de circonstance, on nous a présenté harfang des neiges, buse de Harris, faucon laggar, grand-duc d’Europe, pour des vols d’agilité et de rapidité, soufflants à souhait. Ce n’est pas tous les jours qu’on voit de telles bêtes, surtout pas de si près !

  • Une volontaire ose tenir la buse de Harris, qui a attrapé une souris en plein vol.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Une volontaire ose tenir la buse de Harris, qui a attrapé une souris en plein vol.

  • Le forfait propose une animation spectaculaire d’oiseaux de proie.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Le forfait propose une animation spectaculaire d’oiseaux de proie.

  • N’hésitez pas à poser des questions, les animateurs se feront un plaisir d’y répondre.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    N’hésitez pas à poser des questions, les animateurs se feront un plaisir d’y répondre.

  • Le harfang des neiges du Parc Safari

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Le harfang des neiges du Parc Safari

1/4
  •  
  •  
  •  
  •  

Si vous voulez savoir combien de temps on les entraîne, où ils passent la nuit, ce qu’ils mangent, les animateurs se feront aussi un plaisir de répondre à toutes vos questions.

Déception

Prochaine activité : la marche au crépuscule sur la Terrasse Afrika, laquelle surplombe la « Plaine d’Afrique ». Première déception ici : d’abord, il ne fait aucunement nuit quand nous sortons (peut-être est-ce la faute à ce début de saison, et au coucher de soleil plus tardif ?), mais surtout, il n’y a pas le moindre animal, ou presque, dans la fameuse « Plaine ». Au loin, très loin, distingue-t-on vaguement un maigre élan.

Heureusement que l’animateur a de la répartie, car il réussit mine de rien à rattraper la soirée, avec toutes sortes d’informations pour initiés, hautement divertissantes. Notamment : pourquoi les animaux sont abrités la nuit (parce qu’en cas d’orage, la girafe est la première à être ici frappée, ça ne s’invente pas) ; les couleurs du zèbre (rayé noir sur blanc ou blanc sur noir, vous saurez tout), et surtout, surtout, une anecdote craquante sur leur rhinocéros national. Accrochez-vous : Tony de son petit nom (oui, tous les animaux sont ici baptisés) a dû être isolé, parce qu’il a tenté d’adopter... un petit de zèbre ! On vous laisse imaginer la bisbille...

Parlant de zèbres, ils étaient aussi aux abonnés absents au cours de notre passage la semaine dernière. Déception, bis. Trop tôt dans la saison, apparemment, nous a-t-on expliqué, les animaux étant ici préparés, vaccinés, acclimatés, au compte-gouttes. Bonne nouvelle : tout le monde devrait être au poste pour le début de la saison forte (lire : les grandes vacances).

Fascination

Ces quelques déceptions seront rapidement éclipsées par le déjeuner des lions le lendemain matin. Heureusement, parce que non, si vous voulez tout savoir, ils n’ont pas non plus fait le moindre rugissement du temps où nous y étions. Pas un seul son. Et ce, même si, à quelques reprises, nous avons cru les entendre, pour réaliser qu’il s’agissait plutôt de... la pompe de la douche ! Oups.

Vers 9 h 30 tapantes au petit matin, donc, avec le groupe des autres joyeux locataires de Coolbox, nous nous dirigeons vers le tunnel (vitré) des félins. Ici et là, des boules de viande hachée ont été collées, question d’attirer les bêtes le plus proche possible des visiteurs. On a du mal à y croire, tellement les lions nous ont toujours semblé si paresseux et peu sociables lors de nos précédentes visites. Et pourtant, c’est bel et bien vrai. Nous sommes aux premières loges de leur festin, et ils s’en donnent à cœur joie. À peine libérés de leur enclos (eux aussi passent la nuit sous clé), ils se jettent à tour de rôle et à gros coup de langue sur leur viande. À quelques centimètres de nous. On aura même droit aux « besoins du matin » du roi des animaux, en direct sous nos yeux. Non loin de là, deux femelles, nées ici même en captivité il y a 19 ans, se régaleront à leur tour, en sautant littéralement sur nos têtes. « C’est Nala ! » L’émerveillement est palpable. Partagé. Généralisé.

  • Le clou du séjour : le déjeuner des lions, à quelques centimètres des visiteurs

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Le clou du séjour : le déjeuner des lions, à quelques centimètres des visiteurs

  • Les lions sautent littéralement sur les têtes des visiteurs pour aller chercher leur déjeuner.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Les lions sautent littéralement sur les têtes des visiteurs pour aller chercher leur déjeuner.

  • Toutes les familles rencontrées ont grandement apprécié le séjour. Notamment ce fameux déjeuner avec les lions.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Toutes les familles rencontrées ont grandement apprécié le séjour. Notamment ce fameux déjeuner avec les lions.

1/3
  •  
  •  
  •  

Globalement, toutes les familles rencontrées ont d’ailleurs grandement apprécié le séjour. Avec quelques minces bémols, quant à l’absence d’animaux lors de la promenade en « soirée », comme mentionné précédemment. « Impressionnant », « super bien expliqué, bon complément » et surtout « bon rapport qualité-prix », a souligné Amélie Racine, de passage avec son conjoint et leurs trois jeunes enfants. « Super le fun, on a beaucoup aimé ça, même si la seule chose un peu plate, c’est hier soir, il n’y avait pas d’animaux. Peut-être qu’on est un peu tôt en saison », a tempéré Josie-Ann Bell-Isle, également avec conjoint et enfants. Si les enfants ont été déçus ? Félicia Massé, accompagnée de ses deux jeunes enfants, conclut ici avec philosophie : « Mais non, ils ont de l’imagination ! » En effet. Et nous aussi !

La Coolbox

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

La Coolbox, le minichalet bon chic bon goût

Concept né au Lac-Saint-Jean, la Coolbox offre « la simplicité tout équipée ». Objectif ? Être au « cœur de l’action ». C’est ainsi que cette chaîne d’« hôtellerie de plein air » se retrouve dans les lieux les plus inusités : à flanc de montagne de ski (au mont Édouard), dans une île (à Saint-Félicien) ou carrément au zoo (au Parc Safari). S’il existe différents modèles, les Coolbox se déclinent généralement selon le même concept : une aire ouverte, des lits superposés, avec électricité, chauffage ou climatisation, et un souci du détail manifeste. Le look « chalet » est assumé, en mode caviar.

Au Parc Safari, le forfait Coolbox comprend deux journées complètes au parc pour toute la famille, l’accès à l’Oasis tropicale (en saison), au parcours en voiture et à tous les sentiers, en plus de l’expérience VIP, à savoir : animation avec les oiseaux de proie, marche « nocturne » et animation matinale. Quant au rugissement des lions, meilleure chance la prochaine fois !

Pour deux adultes et deux enfants, à partir de 384 $ en basse saison.

Cliquez pour en savoir plus sur les Coolbox Cliquez pour en savoir plus sur l’expérience Coolbox au Parc Safari

Le Parc Safari en chiffres

  • 1972 : ouverture du Parc Safari
  • 13 millions de visiteurs ont parcouru depuis ses débuts les sentiers du parc qui fêtera l’an prochain ses 50 ans
  • 300 000 visiteurs par année environ
  • 110 000 visiteurs l’an dernier, été de pandémie
  • 500 animaux, en provenance des cinq continents
  • 5 km à parcourir en voiture, pour voir les animaux de près, mais aussi plusieurs sentiers (le Jardin des oiseaux), tunnels (des félins) et passerelles (Olduvaï, Terrasse Afrika), même une petite ferme (des cinq continents), à découvrir à pied.

  • Séjour dans une Cool Box, les nouvelles mini maisons sur le site du parc Safari. Les flamants rose.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Séjour dans une Cool Box, les nouvelles mini maisons sur le site du parc Safari. Les flamants rose.

  • Séjour dans une Cool Box, les nouvelles mini maisons sur le site du parc Safari. On peut nourrir de girafes à partir d’une passerelle spéciale.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Séjour dans une Cool Box, les nouvelles mini maisons sur le site du parc Safari. On peut nourrir de girafes à partir d’une passerelle spéciale.

  • Séjour dans une Cool Box, les nouvelles mini maisons sur le site du parc Safari. Au parc Safari une grande partie de la visite se fait en voiture. Les bisons se reposent.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Séjour dans une Cool Box, les nouvelles mini maisons sur le site du parc Safari. Au parc Safari une grande partie de la visite se fait en voiture. Les bisons se reposent.

  • Au Parc Safari, une grande partie de la visite se fait en voiture. Les dromadaires aiment bien se faire nourrir et ne se gênent pas pour approcher les gens.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Au Parc Safari, une grande partie de la visite se fait en voiture. Les dromadaires aiment bien se faire nourrir et ne se gênent pas pour approcher les gens.

  • Séjour dans une Cool Box, les nouvelles mini maisons sur le site du parc Safari. Un paon montre son plumage.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Séjour dans une Cool Box, les nouvelles mini maisons sur le site du parc Safari. Un paon montre son plumage.

  • Séjour dans une Cool Box, les nouvelles mini maisons sur le site du parc Safari. Un guépard.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Séjour dans une Cool Box, les nouvelles mini maisons sur le site du parc Safari. Un guépard.

  • Séjour dans une Cool Box, les nouvelles mini maisons sur le site du parc Safari. Les invités des Cool Box ont accès au parc avant l’ouverture à 10 h. Un loup.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Séjour dans une Cool Box, les nouvelles mini maisons sur le site du parc Safari. Les invités des Cool Box ont accès au parc avant l’ouverture à 10 h. Un loup.

  • Séjour dans une Cool Box, les nouvelles mini maisons sur le site du parc Safari. Le Pygargue à tête blanche.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Séjour dans une Cool Box, les nouvelles mini maisons sur le site du parc Safari. Le Pygargue à tête blanche.

  • Séjour dans une Cool Box, les nouvelles mini maisons sur le site du parc Safari. Les invités des Cool Box peuvent assister au déjeuner des macaque japonais.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Séjour dans une Cool Box, les nouvelles mini maisons sur le site du parc Safari. Les invités des Cool Box peuvent assister au déjeuner des macaque japonais.

  • Séjour dans une Cool Box, les nouvelles mini maisons sur le site du parc Safari. Après que le parc soit fermé aux visiteurs, les invités des Cool Box peuvent assister à une présentation exclusive d’oiseaux de proie. Une buse en démonstration.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Séjour dans une Cool Box, les nouvelles mini maisons sur le site du parc Safari. Après que le parc soit fermé aux visiteurs, les invités des Cool Box peuvent assister à une présentation exclusive d’oiseaux de proie. Une buse en démonstration.

1/10
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •