Conseils pour ceux et celles qui ont envie de rapporter quelques bonnes photos d’un voyage en nature, au Québec

Martin Chamberland
Martin Chamberland La Presse

Est-ce qu’on peut faire un voyage de photo animalière simplement avec son téléphone ?

C’est possible de prendre quelques bons clichés simplement avec son appareil mobile, mais il faut avoir des attentes modestes. Les animaux se tiennent habituellement assez loin des humains et c’est pour cela que les photographes animaliers utilisent des objectifs de grande taille. Certaines situations facilitent la photo avec téléphone. Par exemple, si vous allez voir les fous de Bassan dans l’île Bonaventure, vous vous retrouverez très près des oiseaux et votre téléphone sera un outil acceptable.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Un pygargue à tête blanche, en Gaspésie

Dans ce cas, doit-on y ajouter des accessoires ?

Il est possible et même souhaitable d’envisager l’achat d’un objectif téléphoto pour son téléphone. Une simple recherche en ligne permet de trouver une panoplie d’objectifs dont le prix peut varier grandement. On en trouve à partir d’une vingtaine de dollars, mais il est recommandé d’en chercher un dont les éléments sont en verre afin d’avoir de meilleurs résultats.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Une bernache du Canada se tient sur une patte, juchée sur une roche au parc du Bic

Si on opte pour de vrais appareils, quel est le matériel minimal qui permettrait à un néophyte de faire un beau voyage et de revenir avec de bonnes photos ?

Pour la photo animalière, le nerf de la guerre, c’est un objectif de longue focale. Il en existe une panoplie qui sont (relativement) abordables. Par exemple, un 100-400 mm f4.5-5.6 d’entrée de gamme coûte environ 1000 $. La location d’objectifs pour ceux qui veulent simplement essayer ce type de photo est recommandée. Pour le boîtier, la majorité des appareils photo relativement récents possèdent un mode rafale qui permet de prendre plusieurs photos par seconde. Toutefois, la majorité des photos animalières ne sont pas nécessairement réussies grâce à la rafale. Quant au trépied, il est totalement inutile en plein jour, mais peut s’avérer intéressant pour réaliser une belle photo de nuit.

Quelle est la meilleure saison pour faire de la photo animalière en Gaspésie ?

Toutes les saisons sont bonnes pour la photo animalière en Gaspésie. Comme on peut le constater avec les superbes photos d’Éric Deschamps, l’hiver offre de belles occasions photo. Cela dit, le niveau de complexité augmente grandement durant la saison froide à cause des éléments naturels particulièrement rigoureux en Gaspésie ainsi que tout l’aspect se rapportant à la gestion de l’appareil photo et de la durée de vie des piles. Le reste de l’année, on peut s’en tirer à meilleur compte, car la panoplie visuelle (paysages et animaux) est un peu plus grande.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Un castor nage dans un lac situé au sommet d’une montagne dans les Chic-Chocs, en Gaspésie.

Si on veut simplement faire de l’observation de la faune, pour une journée, sans dormir dans le bois, quel parc est la meilleure destination ?

Le parc du Bic est une excellente destination pour s’initier à la photo animalière, car on y trouve plusieurs espèces : des phoques, des cerfs, des renards, des oiseaux marins de toutes sortes, etc. On peut facilement se déplacer dans le parc en voiture pour aller dans les différents points d’intérêt. L’île Bonaventure est également un excellent endroit, mais il faut compter un plus grand déplacement en voiture, ainsi qu’un voyage en traversier.