Le site web de la SEPAQ a été victime de ses succès lundi à l’occasion du lancement de ses cartes d’accès annuelles, vendues à moitié prix en vertu du plan de soutien à l’industrie touristique annoncé la semaine dernière par le gouvernement du Québec. Pendant une bonne partie de la journée, la file d’attente affichait plus de 80 000 connexions sur le service de réservation en ligne de la SEPAQ, du jamais vu.

Pierre-Marc Durivage Pierre-Marc Durivage
La Presse

« C’est le plus gros lancement de toute notre histoire », nous a confirmé dès la matinée la conseillère en communication stratégique de la SEPAQ, Mélanie Pageau. Toutefois, certains usagers ont éprouvé des difficultés au moment de la facturation. Patrice Lamontagne, de Québec, a vu sa carte de crédit facturée au plein prix malgré le fait qu’au moment de passer au paiement, le rabais de 69,80 $ pour deux cartes d’accès SEPAQ apparaissait bel et bien à l’écran de son portable. « J’ai vu que mon rabais n’apparaissait plus à l’écran final, mais je n’ai pas osé redémarrer le processus, je ne voulais pas me retaper la liste d’attente, nous a-t-il dit. Comme on part la semaine prochaine au parc national de Pointe-Taillon, je ne voulais pas être pris de court… »

À la SEPAQ, on nous a assuré que ce cas était très marginal, que simplement une vingtaine de personnes s’étaient vu facturer le mauvais montant. « On peut retracer les gens à qui c’est arrivé, on l’a déjà fait ce matin et ces gens ont été aussitôt remboursés, a assuré Mélanie Pageau. C’est le genre de problème informatique qui peut arriver quand il y a un volume trop élevé de transactions. »

Plusieurs personnes ont aussi dû s’y prendre à quelques reprises avant que leur transaction ne fonctionne, le système de réservation n’arrivait pas à reconnaître la validité de leurs cartes de crédit. « Ça nous disait que notre carte était invalide, j’ai dû recommencer la démarche d’inscription à peu près cinq fois, nous a appris Élisabeth Cyr, de Châteauguay, qui s’est inscrite dans la file d’attente dès 8 h pour finalement conclure sa transaction à 11 h 30. C’était paniquant, mais ça a fini par fonctionner. »

Le site de réservation en ligne de la SEPAQ a en effet été malmené pendant toute la journée, ce qui a forcé le personnel de soutien à faire de multiples ajustements. « On s’attendait à ce que l’affluence soit importante, mais jamais à ce point-là, a avoué Mme Pageau. Nos systèmes ont été mis à rude épreuve. Nous sommes en mesure de traiter de 75 à 150 sessions à la minute, mais quand il y a 80 000 personnes dans la file d’attente, on ne peut pas traiter tout en même temps, c’était vraiment un volume inattendu. »

Le ministère du Tourisme a annoncé la semaine dernière que cinq millions de dollars avaient été consacrés à la SEPAQ pour que l’organisme offre ses cartes d’accès annuelles à moitié prix. À 18 h, autour de 65 000 cartes avaient été vendues et il y avait encore plus de 76 000 personnes dans la file d’attente virtuelle. Il y avait donc fort à parier que les quelque 124 625 cartes disponibles allaient trouver preneur dans une seule et même journée.

CAPTURE D'ÉCRAN

Il y avait plus de 58 000 personnes dans la file d’attente virtuelle vers 19 h 35.

Valides pour un an, elles peuvent être activées à tout moment au cours des 12 prochains mois. La SEPAQ soutient que sa capacité d’accueil est au point, malgré les règles de distanciation en vigueur. « Nous avons prévu un achalandage important et sommes prêts à accueillir les visiteurs, a soutenu Mélanie Pageau. Les détenteurs de cartes annuelles représentent environ 20 % de nos visiteurs dans les parcs nationaux. Évidemment, la COVID-19 demande une adaptation de la part de tout le monde. Le meilleur conseil que nous pouvons donner aux visiteurs est de planifier leurs activités et leurs séjours en visitant la section COVID-19 de notre site internet. On recommande notamment aux gens de faire leurs activités tôt le matin et d'en profiter pour découvrir des secteurs moins fréquentés. » Le week-end dernier, certains villégiateurs n’ont pu avoir accès à certains secteurs de certains parcs, qui avaient atteint leur pleine capacité.

Néanmoins, la popularité de l’offre de carte d’accès annuelle devrait encourager les gens à visiter différents parcs du réseau de la SEPAQ au cours de la prochaine année. « J’achète habituellement une carte d’accès pour le parc du Mont-Orford car on habite tout près, nous a dit Pascale Beauregard, de Sherbrooke. Mais quand j’ai vu que je pouvais avoir pour le même prix une carte qui me donne accès à tous les parcs du Québec, je me suis pourquoi pas. Je vais probablement utiliser ma carte l’hiver prochain, et je vais aller camper cet été en prêt à camper au Parc Frontenac. »