Notre journaliste a passé cinq jours à camper en compagnie de deux adolescentes avec son autocaravane en Haute-Mauricie, au Saguenay–Lac-Saint-Jean et dans Charlevoix, afin de voir à quoi pourrait ressembler la route des vacances cet été.

Isabelle Ducas Isabelle Ducas
La Presse

Son constat ? Il sera tout à fait possible de passer du bon temps en visitant le Québec, mais ces vacances nécessiteront plus d’organisation, de patience et de tolérance. Voici quelques éléments à prendre en considération et à vérifier si vous planifiez une virée en région.

Se loger

Les hôtels avaient l’autorisation de rester ouverts, même pendant la période de confinement. Cependant, de nombreux établissements ont fermé leurs portes, faute de clientèle. Avec l’arrivée des beaux jours, certains se préparent à accueillir les voyageurs de nouveau, mais d’autres attendent de voir si la demande sera suffisante.

Les auberges et gîtes comptant quatre chambres et moins n’ont pas encore eu l’autorisation d’ouvrir, mais ça pourrait changer dans les prochains jours ou les prochaines semaines.

À plusieurs endroits, on souligne que les annulations de réservations de la part des touristes étrangers ont permis de libérer des dates, maintenant disponibles pour les visiteurs québécois.

Camper

PHOTO ISABELLE DUCAS, LA PRESSE

Certains terrains de camping ont décidé de ne pas ouvrir leurs installations sanitaires, parce que les autorités de la santé publique demandent des nettoyages beaucoup plus fréquents et une gestion de la distanciation entre usagers. Cela signifie qu’ils n’accueillent pas les campeurs qui dorment sous la tente, dans une tente-roulotte ou dans un petit véhicule récréatif sans toilette ni douche.

Certains terrains de camping ont décidé de ne pas ouvrir leurs installations sanitaires, parce que les autorités de la santé publique demandent des nettoyages beaucoup plus fréquents et une gestion de la distanciation entre usagers. Cela signifie qu’ils n’accueillent pas les campeurs qui dorment sous la tente, dans une tente-roulotte ou dans un petit véhicule récréatif sans toilette ni douche.

D’autres campings n’ouvriront qu’un nombre limité de toilettes ; elles seront alors réservées aux campeurs qui n’ont pas leurs propres installations sanitaires.

Depuis lundi, la Santé publique permet l’ouverture des piscines et modules de jeux pour enfants sur les terrains de camping. Cependant, la baignade n’est toujours pas permise sur les plages des campings.

Les activités souvent offertes sur les terrains de camping risquent aussi d’être limitées tant que les rassemblements sont toujours interdits.

Conclusion : vérifiez par téléphone ou sur les sites web des établissements d’hébergement avant de vous présenter sur les lieux, pour éviter les déceptions. Sur son site web, Camping Québec répond aux questions les plus fréquentes des campeurs.

> Consultez le site de Camping Québec

Se restaurer

Les restaurants à l’extérieur de Montréal pourront ouvrir à partir de lundi, ce qui devrait faciliter la vie des voyageurs. Avant cette date, la seule option pour les visiteurs était de commander des plats pour emporter, puis de les manger dans la chambre d’hôtel ou au terrain de camping. Cependant, en raison des règles de distanciation, la capacité d’accueil des restaurants sera réduite. Réserver serait donc sage.

Aller au petit coin

L’ouverture des restaurants signifie que les clients auront accès à leurs toilettes. Voilà ce qui sera fort utile, puisque plusieurs haltes municipales avec toilettes sont fermées, comme nous avons pu le constater la semaine dernière. Seront-elles rouvertes pour la période estivale ? Difficile à dire.

Pour ceux qui craignent de ne pas trouver d’endroit où se soulager et qui veulent éviter de devoir aller derrière un buisson, il existe des toilettes portatives pour le camping, dont les prix varient entre 25 $-30 $ (pour un modèle avec seau ou sac de plastique) et 130 $-150 $ (pour un modèle avec chasse d’eau et réservoir d’eau usée). Ne reste qu’à installer une toile ou autre chose pour un peu d’intimité…

PHOTO ISABELLE DUCAS, LA PRESSE

Dans plusieurs régions du Québec, la beauté des paysages vaut le détour à elle seule. Mais quand vous en aurez assez d’admirer la vue ou si le temps est maussade, il faut savoir que de nombreux attraits, musées, centres d’interprétation et autres lieux de divertissement risquent d’être fermés.

Bouger et se divertir

Dans plusieurs régions du Québec, la beauté des paysages vaut le détour à elle seule. Mais quand vous en aurez assez d’admirer la vue ou si le temps est maussade, il faut savoir que de nombreux attraits, musées, centres d’interprétation et autres lieux de divertissement risquent d’être fermés. Pour des vacances avec ou sans enfants, mieux vaut donc prévoir de la lecture et des jeux de société pour les jours qui ne se prêtent pas aux visites extérieures.

Les activités de plein air en groupe sont à nouveau permises depuis le 8 juin, mais elles sont limitées à six personnes par groupe, ce qui réduit fortement la capacité d’accueil dans plusieurs cas. Mieux vaut donc se renseigner et réserver avant de se déplacer.