La Nouvelle-Écosse fait figure de géant en matière d’histoire maritime. Cette petite province compte plus de phares que toutes ses homologues canadiennes, soit plus de 150, disséminés tout le long de la côte Atlantique. Celui de Peggy’s Cove, avec son paysage de carte postale, est certainement le plus connu.

La Presse

En voici cinq autres à inscrire sur la liste de son prochain voyage en Nouvelle-Écosse... quand les restrictions de déplacement seront enfin levées.

PHOTO ANDREW VAUGHAN, LA PRESSE CANADIENNE

Il y a désormais deux phares à Port Bickerton : un bâtiment utilitaire, en béton, toujours en activité, et un deuxième en bois, restauré, qui accueille maintenant le Centre d’interprétation des phares de la Nouvelle-Écosse.

PHOTO ANDREW VAUGHAN, LA PRESSE CANADIENNE

Le nouveau phare — d’où est prise cette photo – a été construit en 1960. Les touristes peuvent y séjourner, l’été.

PHOTO ANDREW VAUGHAN, LA PRESSE CANADIENNE

Le phare de Gilbert’s Cove a été construit en 1904. C’est l’un des rares au Canada dont la lanterne repose au-dessus de la maison du gardien, plutôt qu’au sommet d’une tour détachée.

PHOTO ANDREW VAUGHAN, LA PRESSE CANADIENNE

Le phare de Gilbert’s Cove est surnommé « le plus beau petit phare du Canada ». On peut y faire des pique-niques.

PHOTO ANDREW VAUGHAN, LA PRESSE CANADIENNE

Le phare de Cap Forchu affiche certainement la silhouette la plus originale des phares de la Nouvelle-Écosse. Il est maintenant le seul encore actif à être ouvert au public.

PHOTO ANDREW VAUGHAN, LA PRESSE CANADIENNE

Le plus célèbre des phares de la Nouvelle-Écosse : celui de Peggy’s Cove.