(Bruxelles) Un nouveau train de nuit reliant Vienne à Bruxelles est arrivé lundi en fin de matinée dans la capitale belge, une initiative de la compagnie publique autrichienne ÖBB saluée par les défenseurs de ce mode de transport non polluant, à l’heure du « Pacte vert » de la nouvelle Commission européenne.

Agence France-Presse

L’Autriche et la Belgique n’avaient plus de liaison ferroviaire directe depuis 16 ans.

L’inauguration de ce train de nuit symbolise la volonté de l’Autriche de contribuer de manière décisive à l’ambition européenne de réduire les émissions de CO2.

Le premier train, portant le slogan #loveyourplanet, est parti de Vienne dimanche à 20 h 38 porté par les notes de l’hymne de l’Union européenne, L’Ode à la joie, joué par un orchestre.

Il est arrivé à 10 h 54 lundi en gare de Bruxelles-Midi, où la patronne des chemins de fer belges (SNCB) Sophie Dutordoir a accueilli sur le quai le président de la compagnie autrichienne ÖBB, Andreas Matthä.

« Je crois que le rail peut jouer un rôle très important dans un contexte de congestion routière et de défi climatique tant sur de courtes distances que sur la moyenne distance », a déclaré Mme Dutordoir à la chaîne belge francophone RTBF.

En Autriche, ÖBB s’est lancée depuis quelques années dans un renouvellement de son offre de nuit, dont elle est aujourd’hui particulièrement « fière », selon M. Matthä.

Un voyage Vienne-Bruxelles par le rail émet moins d’un dixième de CO2 de celui que rejette l’avion.

La SNCB, dont l’État belge est le principal actionnaire, est elle critiquée pour son « manque d’ambition » par les défenseurs du train de nuit.

Lundi, la branche belge du collectif européen Back on track a qualifié de « succès » le retour de la liaison nocturne Vienne-Bruxelles même si « ce n’est pas assez ».

Avec des élus écologistes belges, allemands et français, ce collectif en a profité pour réclamer le retour du train de nuit Paris-Berlin, liaison supprimée en 2015.

« Au lendemain de l’annonce du Green Deal européen […], relancer la ligne Paris-Berlin, par Bruxelles, est une décision nécessaire », indique le texte d’une pétition qui doit être lancée mardi.

PHOTO ALEX HALADA, AGENCE FRANCE-PRESSE

Le premier train, portant le slogan #loveyourplanet, est parti de Vienne dimanche à 20 h 38. Il est arrivé à 10 h 54 lundi en gare de Bruxelles-Midi.

Selon la compagnie autrichienne ÖBB, toutes les places en couchettes et voitures-lits avaient été réservées pour ce premier Vienne-Bruxelles.

La liaison est programmée pour l’instant deux fois par semaine, le dimanche et mercredi soir, tandis que le Bruxelles-Vienne part le lundi et le jeudi soir, avec des wagons qui se sépareront pour desservir Munich (Allemagne) et Innsbruck (Autriche).

En octobre, ÖBB avait fait état d’une hausse de 11 % sur un an de ses réservations de nuit. Le billet commence à 19 euros (27,50 $), un tarif qui rivalise facilement avec les compagnies aériennes à rabais, mais qui n’offre qu’un siège, pas une couchette.

La compagnie autrichienne propose 27 trains de nuit, et prévoit ajouter Amsterdam aux Pays-Bas comme prochaine destination. Fin 2016, elle avait pris le risque d’acheter la filiale trains de nuit de son concurrent allemand Deutsche Bahn.

L’Autriche veut devenir « neutre en carbone » d’ici à 2040, a rappelé la ministre autrichienne de l’Environnement, Leonore Gewessler.

Quant à la nouvelle Commission européenne, présidée par l’Allemande Ursula von der Leyen, elle a érigé en priorité de son agenda la transition du continent vers la neutralité carbone d’ici 2050.