Les New-Yorkais ont hâte de nous accueillir de nouveau dans leur ville ! Et il devrait être un peu plus simple de les visiter d’ici quelques semaines. L’office de tourisme de New York a lancé récemment une vaste campagne qui s’accompagne d’un investissement de 30 millions pour attirer les visiteurs. Mais quelle expérience attend le touriste qui se rendra dans la Grosse Pomme au cours des prochaines semaines ? Notre journaliste est allée s’y promener en juin et a constaté que plus que jamais, il faut planifier ses activités. Elle nous fait aussi part de quelques nouveautés à découvrir lors de votre prochain périple.

Publié le 14 août 2021
Nathalie Collard
Nathalie Collard La Presse

(New York) Le magasin Harry Potter

PHOTO ANGELA WEISS, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Le plus grand magasin Harry Potter au monde a ouvert ses portes à Manhattan, au printemps.

Le plus grand magasin Harry Potter au monde a ouvert ses portes à Manhattan, au printemps, en prévision du 20e anniversaire du premier film de la série, qu’on célébrera en novembre prochain. Le magasin, qui occupe trois étages, se trouve derrière l’immeuble Flatiron, pas très loin de la superbe épicerie Eataly, avec des portes sur Broadway et la 5Avenue. On y trouve de la marchandise liée aux films, des vêtements, des livres, de la papeterie, ainsi qu’une section où sont vendues pas moins de 50 modèles de baguettes magiques. La fameuse bière au beurre est également servie, et on peut même en acheter quelques bouteilles sur place. Les visiteurs sont aussi conviés à jouer à des jeux interactifs dans le magasin. Un beau programme, qu’on avait bien hâte de découvrir.

Quelle chance : lorsqu’on arrive sur les lieux, il n’y a aucune file d’attente. Mais deux gardes de sécurité nous bloquent l’entrée. Il faut un billet pour pénétrer dans le royaume de Harry. Billet qu’on se procure en téléchargeant un code QR offert… dès 7 h le matin, à l’entrée principale de la boutique. Attention, ils s’envolent vite. Il arrive souvent que toutes les places aient été assignées à l’heure du lunch.

Une fois le code QR téléchargé, on vous indiquera votre rang dans la file. Vous recevrez un texto qui vous avisera que c’est bientôt à votre tour d’entrer. Vous avez intérêt à vous trouver tout près du magasin. Pas très pratique quand on a des rendez-vous aux quatre coins de Manhattan…

Le dernier soir de notre séjour, on règle le réveil pour 5 h 30 le lendemain. Il n’est pas dit qu’on n’entrera pas dans ce foutu magasin. Nous arrivons à 6 h 50, fière de notre coup… pour découvrir une loooongue file d’attente qui fait le tour du pâté de maisons. Il y a 223 personnes exactement devant nous, c’est indiqué sur le billet que nous avons finalement téléchargé à 7 h 30.

Quand nous avons finalement reçu le texto tant attendu nous invitant à nous approcher du magasin… nous étions dans le taxi, en direction de l’aéroport. Morale de cette histoire : planifiez.

Consultez le site du magasin Harry Potter (en anglais)

Little Island

PHOTO ANGELA WEISS, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Little Island est située à la hauteur du Quai 55, dans le Hudson River Park.

Cette petite île, c’est le cadeau du millionnaire Barry Diller et de sa femme, la designer de mode Diane von Fürstenberg, à la ville de New York. Bon, le couple a aussi bénéficié d’une aide financière gouvernementale pour payer cette petite excentricité sur pilotis, mais ne nous égarons pas dans les détails. Située à l’intersection de West Street et de la 13e Rue, aux limites des quartiers Chelsea et Meatpacking District, l’île d’un peu moins de 10 000 m2 repose sur 280 tulipes de béton. Une fois sur place, on peut se balader dans les sentiers verdoyants ou profiter de la vue imprenable sur l’ouest de Manhattan ou sur le New Jersey, de l’autre côté du fleuve Hudson. Une fois sur l’île, on découvre un amphithéâtre à ciel ouvert de 687 places, une scène et une place publique où se trouvent des camions de rue si on souhaite manger sur place. À noter que Little Island a été conçue par le designer Thomas Heatherwick, qui a également signé The Vessel, dans Hudson Yards. Il faut absolument réserver sa place si on souhaite visiter Little Island après midi.

Consultez le site de Little Island (en anglais)

Des pierres précieuses et des minéraux

  • Le Musée américain d’histoire naturelle de New York

    PHOTO NATHALIE COLLARD

    Le Musée américain d’histoire naturelle de New York

  • À l’intérieur de la nouvelle salle Allison et Roberto Mignone consacrée aux pierres précieuses et aux minéraux, au Musée américain d’histoire naturelle

    PHOTO NATHALIE COLLARD, LA PRESSE

    À l’intérieur de la nouvelle salle Allison et Roberto Mignone consacrée aux pierres précieuses et aux minéraux, au Musée américain d’histoire naturelle

  • Un des présentoirs où on peut admirer des pierres multicolores.

    PHOTO NATHALIE COLLARD, LA PRESSE

    Un des présentoirs où on peut admirer des pierres multicolores.

1/3
  •  
  •  
  •  

Le Musée américain d’histoire naturelle est toujours une sortie réussie avec des enfants : les squelettes de dinosaures, les gros mammifères et autres artéfacts impressionnent à tout coup. Mais le musée commence à se faire vieux, le tapis est élimé et certaines sections sont défraîchies. Heureusement, grâce à un généreux don, le Musée a modernisé la salle consacrée aux pierres précieuses et aux minéraux, et le succès a été instantané. On peut y admirer des roches multicolores, des cristaux et des pierres précieuses. On peut en apprendre davantage sur les phénomènes physiques et chimiques qui transforment les sédiments ou tout simplement se laisser éblouir par la galerie de bijoux somptueux conçus à partir des pierres transformées. L’information est présentée de façon à ce qu’un enfant puisse y trouver un intérêt et ses parents aussi. Une belle sortie en famille qu’on peut compléter par un pique-nique en face, dans Central Park.

Visitez le site du Musée américain d’histoire naturelle (en anglais)

Voir New York de haut

PHOTO NATHALIE COLLARD, LA PRESSE

Assis dans cet escalier du High Line Park, on peut voir The Edge, l’observatoire triangulaire en hauteur situé dans Hudson Yards.

Il y avait déjà l’Empire State Building, le sommet du Rockefeller Center (Top of the Rock) et l’observatoire de la Freedom Tower (One World Observatory), qui demeure le plus haut. Deux nouveaux points de vue s’ajoutent désormais d’où on pourra admirer New York d’en haut. Mais attention, cœurs sensibles s’abstenir. Dans Hudson Yards, le nouveau quartier où on trouve The Vessel, au bord de l’Hudson, on peut visiter le Edge. Hauteur : 100 étages, 1131 pi. La plateforme d’observation, en forme de triangle, s’avance dans le vide et nous offre une vue panoramique sur New York et ses environs. Et comme si ce n’était pas assez épeurant, on peut regarder à travers un plancher de verre. Nous nous sommes contentée d’admirer le tout d’en bas… L’autre observatoire sera encore plus haut ! Juché au sommet de la tour du One Vanderbilt, voisine de Grand Central Station, il accueillera ses premiers visiteurs en octobre prochain, à une altitude de 1400 pi. On pourra monter les derniers étages dans un ascenseur complètement vitré, question de se donner quelques sueurs froides.

Visitez le site du Edge (en anglais)
Visitez le site du Summit (en anglais)

Réserver, absolument

À New York, plus que jamais, il faut réserver. Partout. Au restaurant, bien sûr, mais aussi dans les musées où on vous demande de planifier votre visite. Il faut également réserver sa place, gratuite, si on souhaite découvrir Little Island après midi. Nouveauté covidienne : il faut réserver son entrée au High Line Park les week-ends (un employé sur place nous a assurée que cette mesure serait en vigueur au moins tout l’été). La spontanéité est plus difficile, mais ça vous évitera beaucoup de frustration. Pour plus d’information, on peut aussi consulter le site du bureau de tourisme de New York.

Une partie des frais d’hébergement pour ce voyage a été payée par l’office de tourisme de New York, qui n’a exercé aucun droit de regard sur le contenu de ce reportage.

Consultez le site du bureau de tourisme de New York

Où dormir ?

Nous logions au Moxy (une chaîne propriété de Marriott), qui possède trois adresses à Manhattan (et un peu partout dans le monde). Notre hôtel était situé sur la 36e Rue, entre la 6e et la 7e Avenue, quartier très achalandé, pas très loin du grand magasin Macy’s. Ce n’est pas le quartier le plus chic ou le plus couru de New York, mais c’est très bien situé pour qui souhaite se déplacer en métro. Et c’est à deux coins de rue de la gare de train Penn Station, dont le hall vient d’être entièrement rénové. Superbe ! L’hôtel se veut une sorte d’Ace Hotel, à plus petit budget. La clientèle est jeune, et le bar-terrasse sur le toit est très couru en soirée. Les chambres sont propres, le personnel est sympa, et on vous offre muffins et café le matin.

Consultez le site du Moxy (en anglais)