(Washington) Les aéroports des États-Unis ont enregistré vendredi leur plus forte fréquentation depuis un an, quand l’épidémie de COVID-19 mettait un coup d’arrêt brutal au transport aérien dans le pays, selon les données publiées par l’agence de sécurité dans les transports (TSA).

Agence France-Presse

Au cours de la journée de vendredi, un peu plus de 1,35 million de passagers ont été enregistrés dans les aéroports américains, ce qui représente le nombre le plus élevé depuis le 15 mars 2020, quand 1,5 million de personnes avaient voyagé.

Pour autant, cela représente toujours près de la moitié seulement du volume habituel pour cette période.

Le précédent plus haut depuis le début de la crise avait été enregistré le 3 janvier, avec près de 1,33 million de passagers.

Le nombre de personnes qui avaient pris un avion au départ ou à l’arrivée des États-Unis est passé sous la barre symbolique du million le 17 mars 2020, et l’avait franchie de nouveau le 18 octobre seulement, soit sept mois plus tard.

Le trafic a plongé, avec un record de 87 534 passagers le 14 avril.

Beaucoup d’Américains, désormais vaccinés, se remettent à voyager en avion. Aux États-Unis, 68,9 millions de personnes ont reçu au moins une dose, et 36,9 millions étaient entièrement vaccinées, soit 11,1 % de la population du pays, selon les données publiées samedi par les Centres américains de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), la principale agence fédérale de santé publique du pays).